↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Savages


Adore Life


(22/01/2016 - Matador Records - Post-Punk Gothique - Genre : Rock)
Produit par Johnny Hostile

1- The Answer / 2- Evil / 3- Sad Person / 4- Adore / 5- Slowing Down the World / 6- I Need Something New / 7- When in Love / 8- Surrender / 9- T.I.W.Y.G. / 10- Mechanics
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (6 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Les Savages s'affirment et posent leurs griffes sur le monde du rock indie !"
Marc, le 27/01/2016
( mots)

L'une des dernières grandes révélations de la scène indie rock est de retour. Le quatuor franco-anglais avait fait sensation avec son premier album, Silence Yourself, paru il y a trois ans déjà, où tous les codes du post-punk avaient été parfaitement assimilés et remis au goût du jour par ces femmes aux influences et au look facilement identifiables. La qualité de leurs prestations scéniques et le charisme de la chanteuse Jehnny Beth avaient tout autant marqué les esprits et la perspective d'une suite sombre et encore plus intense était donc fortement espérée. Attendues au tournant, les Savages avaient-elles réellement les ressources pour s'affirmer en évitant l'écueil du second album tant redouté ?

Si Adore Life parle bien de métamorphose et d'évolution, l'accouchement de ce second opus n'a cependant pas été fait sans quelques contractions. Des premiers morceaux composés dans un studio trop petit au nord de Londres au début de l'année 2015, en passant par une résidence de trois semaines à New York pour expérimenter en live leurs différentes versions, puis un retour à Londres pour finalement enregistrer au RAK Studios au mois d'avril dernier, elles ont soigneusement pris le temps d'affiner leurs choix. Le fidèle Johnny Hostile est resté le maître d'oeuvre à la production, épaulé par l'inattendu DJ et compositeur électro Anders Trentemøller au mixage. Une réelle continuité avec une sensible note de changement, une formule gagnante pour un acte de foi qui s'avère implacable.

Adore Life est un brûlot de dix chansons d'amour, sous toutes ses formes. De l'amour de soi, sans conditions, à celui que l'on doit éprouver pour la vie, les autres, peu importe sa ou leur nature. Le tout est nimbé d'une tension sexuelle inhérente à la personnalité de Jehnny Beth avec une musique qui navigue sans cesse entre l'amour et son désordre, la délicatesse et la bassesse, le punk et le glamour.

"The Answer" répond d'entrée à l'attente. Un morceau transpercé de punk avec des guitares saturées et une rythmique saccadée de breaks beaucoup plus métal à la QOTSA. L'urgence de vivre est identifiée. Si la noirceur d'un post-punk d'antan parcourt "Evil" et "Sad Person", avec une basse omniprésente et l'ombre de Siouxsie, de Bauhaus ou de Joy Division toujours prégnante, "Adore", titre beaucoup plus lumineux, est empli de contrastes atmosphériques et d'un refrain très Smiths, interrompus d'un long silence avant un final au crescendo percutant : "I will die maybe tomorrow, so I need to say, I adore life, do you adore life ?". Par petites touches, avec des abords psychédéliques ou électroniques dans "Slowing Down the World" et "Surrender", cet album se révèle beaucoup moins abrupt et plus hypnotique que Silence Yourself. Même si la deuxième partie n'omet pas de nous marteler de répétitions brutales, "I Need Something New" ou "TIWYG", comme pour mieux ancrer la nécessité d'aimer et de vivre au présent plutôt que dans un hypothétique futur. La balade "Mechanics" clôt paradoxalement cette nouvelle chaleur de sons et de mots dans une ambiance meurtrie, embellie d'un phrasé digne d'un Jacques Brel ou d'un Léo Ferré.

Adoubées par des pointures comme Henry Rollins, Josh Homme ou Michael Gira, les quatre Savages ont bel et bien posé leurs griffes sur le monde du rock indie. Elles transforment ainsi leur premier essai en réaffirmant de la plus belle des manières leur expression féminine, sans cacher leurs forces et leurs faiblesses. Une consécration méritée qui n'empêche toutefois pas de penser que cet Adore Life n'est peut-être pas encore l'album incontournable que l'on pouvait espérer d'elles. Peu importe, le temps sera seul juge et ne boudons pas notre plaisir en suivant leur commandement : profiter de la vie ici et maintenant. Quoiqu'il arrive, pour tous les amoureux du genre, le post-punk a dorénavant un beau présent et un futur on ne peut plus alléchant.

Note de 4/5
Un nouveau disque coup de poing, comme en atteste sa pochette idéalement stylisée, de la part des franco-anglaises. Leur post punk réalise une sorte d'équilibre en force de l'instrumentation, nervosité, sécheresse et fragilité féminine. La surprise n'est plus là, mais le songwriting progresse. Une belle réussite.
Note de 4/5
Émane de cet Adore Life un girl power éloquent et véhément qui transcende la furie de Silence Yourself et développe un nouveau langage : plus sophistiqué, plus subtil, mais aussi plus brut et plus ravageur sur l'autre front. Définitive réussite que ce second opus aux airs de confirmation pour les anglaises (et la chanteuse française, on ne se lassera pas de le rappeler).
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Application Albumrock

Albumrock sur mobile


Retrouvez votre webzine sur Android & iOS


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Savages


Silence Yourself


Album de la semaine
À lire également


TalkTalk - Messagerie privée en direct