↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Megadeth


The System Has Failed


(14/09/2004 - - Thrash Metal - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Blackmail The Universe / 2- Die Dead Enough / 3- Kick The Chair / 4- The Scorpion / 5- Tears In A Vial / 6- I Know Jack / 7- Back In The Day / 8- Something That I'm Not / 9- Truth Be Told / 10- Of Mice And Men / 11- Shadow Of Death / 12- My Kingdom
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (18 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Dave Mustaine nous prouve qu'il ne fallait pas enterrer Megadeth trop vite..."
Lulu, le 29/11/2004
( mots)

Une des grandes surprises de cette fin d'année 2004 est certainement la sortie de ce nouvel album de Megadeth. D'une part parce que Dave Mustaine, fondateur, guitariste et chanteur de Megadeth avait annoncé la fin du groupe en 2002 après l'annonce d'une maladie qui lui paralysait le bras et qui l'empêchait de jouer de la guitare. Il en profitait alors pour mettre fin à l'aventure en diffusant dans la foulée un remix de son premier album avec des titres bonus, un double live, un best of? Bref, il raclait les fonds de tiroir pour offrir aux fans les dernières salves de Megadeth et pouvoir se transformer en producteur et conseiller pour d'autres groupes de Métal. D'autre part, pas un bruit n'avait filtré sur l'enregistrement de ce nouvel opus qui déboule dans les bacs en Septembre 2004 à la surprise de tout le monde. Megadeth a ressuscité et comme coup médiatique, on n'a rien inventé de mieux?

Dave choisit de changer tous les membres du groupe en embauchant Jimmy Lee Sloas à la basse, Vinnie Colaiuta à la batterie mais surtout son ancien comparse des premiers albums Chris Poland à la guitare. Le premier choc vient du son de ce The System Has Failed : rien à voir avec les précédents albums, on se croirait revenu au temps de Killing is my business? ou de Rust in Peace? Beaucoup moins heavy metal et beaucoup plus basique et Trash. Mustaine se souvient sûrement que son groupe était très apprécié à cette époque (fin 80) et pour faire plaisir au maximum de fans, il décide d'appliquer la même recette. Mais le problème, c'est qu'on ne trouvera pas de morceaux aussi puissants que "Holy Wars" ou "Hangar 18"?

L'album commence à toute vitesse par un "Blackmail the Universe" qui transpire la rage et donne une impression de panique, comme si une grande catastrophe était arrivée et que tout le monde courrait pour se mettre à l'abri. "Die Dead Enough" ralentit nettement le tempo et s'en sort bien avec un final très sympa. Puis arrive "Kick the Chairs" et son tempo diabolique servi par un solo de guitare de toute beauté. Un autre grand moment de l'album est "The Scorpion" avec une mélodie très accrocheuse et MegaDave nous ressort sa voix acerbe et vicieuse. "Back in The Day" est aussi un grand cru avec un final taillé pour être chanté sur scène par milliers. "Something I'm Not" est tout droit sorti d'une session de Crypting Writings avec un heavy metal bien amené et bien saccadé pour enfoncer chaque riff un peu plus profondément dans la chair.

Alors cet album est un grand cru ? Pas complètement. Si certaines chansons sont très bonnes et font remuer le pied sans effort, d'autres sont inutiles et sans saveur ("I know Jack", "Shadow of Deth") ou carrément inintéressantes ("Of Mice and Men", "My Kingdom Come" et son introduction ratée et plate). "Tears in a Vial" se rapproche de la période Youthanasia c'est-à-dire du métal bien joué mais sans grande originalité. Heureusement, "Truth be Told" permet à cette galette de finir sur du tout bon, une sorte de power ballad que vient détruire Dave Mustaine à chaque refrain pendant lesquels les ch?urs apportent une puissance ultra-efficace. Sans oublier les très bons solos de guitare et le final digne du Megadeth des premiers albums.

Bref, on reste un peu sur sa faim, c'est un bon album très excitant pendant la période de découverte, mais au bout de quelques écoutes, on s'en lasse (sûrement à cause de certaines chansons assez fades par ci par la) et on le range sur l'étagère pour passer à autre chose. Cependant, les fans de Megadeth (surtout ceux du début) devraient s'y retrouver.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Megadeth


Dystopia


Critique d'album

Megadeth


Endgame


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également