↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Kaolin


De retour dans nos criques


(10/02/2004 - Barclay - - Genre : Rock)
Produit par

1- Loin de l'île / 2- Plages Et Gazole / 3- Cette Roche / 4- C'est La Vie / 5- Shalem / 6- Dérangé / 7- De Retour Dans Nos Criques / 8- Vides Et Silence / 9- Jusqu'à La Peau / 10- Ne Dis Rien / 11- Caraïbes
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (12 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"La musique électrique qui sent la mer, c'est Kaolin !"
Lilian, le 12/04/2004
( mots)

Un magnifique et obscur packaging annonce le retour de Kaolin avec son deuxième album, De retour dans nos criques. Une pochette et un titre plein de sens quand on apprend que le premier EP du groupe était titré "Bienvenue dans les criques ?", et qu'ils entendent bien avec ce second volet effectuer un retour aux sources au niveau musical. Et il est vrai que la différence avec "Allez", leur premier album, se fait largement sentir. Un son plus brut, plus noisy avec moins d'extravagance dans la voix en font un bien meilleur album.

"Loin de l'île", premier titre et premier single, nous met directement dans le bain; sans vilain jeu de mot, tant les textes de Kaolin tournent autour du monde aquatique; avec ses guitares électriques saillantes sur lesquelles vient se poser la douce voix de Guillaume Cantillon. Une voix qui n'est pas pour rien dans la qualité de cet album, qui oscille du suave à l'aigu avec une facilité déconcertante. La batterie quant à elle, nous offre ce qu'il a de plus pur pour de la musique taillée dans la roche, un déchaînement sur les fûts et un martelage incessant des cymbales.
Le groupe sait en plus faire varier les plaisirs avec des chansons bien rock ("Plages et gazoles", "C'est la vie", "Jusqu'à la peau") mais aussi des titres bien plus calmes, limite planant comme "Shalem" et sa très longue intro ou encore "De retour dans nos criques" et ses distorsions humides. L'album se conclut d'ailleurs dans le même esprit, avec un titre entièrement musical de près de 7 minutes, "Caraïbes".

Kaolin prétend faire une musique d'ambiance, et il est vrai que, bien que leur son soit beaucoup plus complexe qu'une banale musique d'ambiance, il en possède tous les atouts dans son aspect général. C'est une musique qui sait à la fois se faire douce et rapide, qui n'est pas étouffante, et dont on ne se lasse jamais. Bref, c'est un album qui vaut bien plus qu'un détour, c'est un petit bijou de plus pour la scène française.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Groupe

Kaolin


Critique d'album

Kaolin


Kaolin


Critique d'album

Kaolin


Mélanger les couleurs


Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également