↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Kaolin


Mélanger les couleurs


(25/09/2006 - At(h)ome - - Genre : Rock)
Produit par

1- Beach Party / 2- Partons vite / 3- J'irai mélanger les couleurs / 4- Je reviens / 5- Chercher des poux / 6- Sur le coeur / 7- Belle évidence / 8- Greta / 9- Club 35 / 10- Lilla Huset / 11- Fais semblant / 12- J'insiste
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (36 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Kaolin plus séduisant que jamais ..."
Lilian, le 09/11/2006
( mots)

Cela faisait plus de deux ans que De retour dans nos criques, second opus de Kaolin, squattait de temps à autres la platine du salon. Avec ce second album, Kaolin s'est imposé comme une formation avec laquelle il fallait compter parmi la scène française. Cependant, même si celui-ci n’arrivera jamais à lasser, il était temps pour le quatuor de donner un peu de fraîcheur à sa discographie. Et pour la passe de trois, Kaolin nous propose de Mélanger les couleurs pour un résultat étonnant.

Avec leur second album, Kaolin avait su imposer un son, un style qui leur était propre et qui avait su séduire un large public. Ce n’est pas pour autant que le groupe s’est entêté à nous pondre une suite logique à cela, où l’on aurait pu de nouveau s’extasier devant la puissance des guitares ou encore planer sur des mélodies psychédéliques. Sur Mélanger les couleurs, le pari est pris de séduire à nouveau mais avec des mélodies plus simples et des textes plus directs.

Passons rapidement "Beach party", morceau d’introduction fait de vocalises mais sans intérêt, pour arriver directement sur "Partons vite" ; le tube. La leçon a sûrement été retenue, car si Dionysos n’avait pas pointé le bout de son nez sur "C’est la vie", jamais Kaolin ne serait passé en radio. Guitares sèches, paroles efficaces qui éveilleront des souvenirs pour beaucoup, chant tout en douceur et refrains qui font "la la la", tout y est, et pour un résultat plus que convainquant. Mais ce n’est pas pour autant que Kaolin a rangé les amplis et les pédales de distorsion au fond du placard. La suite s’ancre plus dans un rock soft mais bien rythmé avec des morceaux comme "J’irai mélanger les couleurs", "Je reviens", "Cherche des poux" ou encore "Fais semblant", sûrement le plus efficace. Ce qui marque le plus, ce sont bien sûr les textes qui racontent des choses simples sans vouloir faire trop de poésie. D’autres titres apaisent le jeu comme "Sur le cœur", le très chaud "Club 35" et l’excellent "Belle évidence". Sur "Greta", Guillaume Cantillon met ses envolées vocales de côté pour nous dire ses paroles sur une musique envoûtante à la manière d’un poète. Attention, rien à voir avec le slam. Enfin, "Lilla Huset" nous ramène à l’album précédent avec plus de huit minutes de musique aérienne d’où jaillissent des guitares et des sons improbables. A déguster avec le volume adéquat.

Paradoxalement, c’est maintenant que Kaolin se retrouve sur un label indépendant qu’il devrait connaître son plus gros succès. Ce troisième album est une vraie réussite. Et avec ses douze titres qui ne se ressemblent pas mais s’assemblent à merveille, Kaolin change de style et surprend une nouvelle fois. La biographie officielle du groupe est conclue par cette phrase : "Jamais Kaolin ne s'est approché aussi près de Kaolin". Espérons quand même qu’il sauront encore nous surprendre.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Groupe

Kaolin


Critique d'album

Kaolin


Kaolin


Album de la semaine

Pearl Jam


Gigaton


"

Si tout le monde connaît l’adage “qui aime bien châtie bien”, il semblerait que certains fans aient du mal à laisser leur formation fétiche se faire vertement critiquer, quand bien même elle n’aurait à l’évidence pas réellement cherché à se surpasser. Qu’on ne s’y trompe pas : Pearl Jam est un grand groupe, l’un des meilleurs à avoir émergé durant la décennie 90, une formation techniquement solide, artistiquement intègre et qui peut de surcroît compter sur un chanteur d’exception, mais un groupe qui a eu un peu trop tendance à vivre sur ses acquis durant les vingt dernières années. D’aucuns auront pu se contenter des corrects Lightning BoltBackspacerRiot Act et autre PJ (on peut même y ajouter un ou deux disques au passage) tandis que d’autres auront conspué le quintette de Seattle pour son évidente paresse. Rétrospectivement, et à l’écoute de ce Gigaton assez inespéré, ces derniers n’avaient pas tort, même si l’horizon Ten - Vs - Vitalogy paraît encore bien loin.

"
À lire également