↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Jolly


The Audio Guide To Happiness - Part 2


(04/03/2013 - Inside Out - Rock progressif - Genre : Rock)
Produit par

1- Guidance Three / 2- Firewell / 3- You Against The World / 4- Aqualand and the 7 Suns / 5- Dust Nation Bleak / 6- Golden Divide / 7- Guidance Four / 8- Lucky / 9- While We Slept In Burning Shades / 10- Despite The Shell / 11- As Heard On Tape / 12- The Grand Utopia
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Jolly achève son diptyque du bonheur. Convainquant, à quelques chouillas près."
Nicolas, le 19/03/2013
( mots)

Tiens, on les avait oubliés, ceux-là. Après un premier album intéressant qui leur avait valu de tourner avec quelques ténors progressistes européens (oui, vous savez, le terme qui passe outre le fameux faux-ami "progressive rock" - "rock progressif"), les new-yorkais avaient disparu de nos radars pour réapparaître discrètement chez Inside Out, réalisant au passage une bonne plus-value en quittant l’obscur label suisse Progrock Records. On les a donc retrouvés en 2013 après avoir manqué l’opus précédent, première partie d’un diptyque qui se propose, ni plus ni moins, de nous amener jusqu’au bonheur, et en cela, le patronyme du groupe n’aurait pu être mieux trouvé. Plongeons donc dans cette deuxième partie avec enthousiasme.

The Audio Guide To Happiness se base sur le même fondement que sur le premier album de Jolly : les sons bineuraux (pour savoir de quoi il retourne, cliquez donc ici). C’est donc grâce à cette technique scientifique que la bande à Anadale se propose de nous transporter de joie. Le verdict, après trois bonnes semaines passées en compagnie de cet album, semble bien mitigé en ce qui concerne le bien-être du rédacteur de ces lignes, mais que voulez-vous : entre une crève hivernale et une météo catastrophique, on ne peut quand même pas s’attendre à un miracle. Plus objectivement, on ne peut que regretter, tous sons bineuraux exclus, certains choix de production assez discutables qui grèvent le plaisir de l’écoute. Si la section rythmique claque parfaitement, si la voix se trouve bien mise en valeur, si les claviers tirent sans problème leur épingle du jeu, on regrette en revanche le flou dommageable des guitares lourdes qui transforme en bouillie la moindre brouettée de riffs un peu costaud. Encore heureux que Jolly n’en ait pas fait son fond de commerce exclusif : de fait, ce serait plutôt l’inverse.

Deux choses frappent d’emblée à l’écoute de ce disque : son éclectisme presque déraisonnable et un certain manque de personnalité. Vous aurez du mal à trouver ailleurs un disque capable de réunir en son sein des parties de death metal grawlées ("Firewell") se mêlant à des interludes quasiment reggae ("You Against The World") en passant par de la pop sensible ("While We Slept in Burning Shades"), un peu d’électro ("Lucky") et du piano jazz ("Golden Divide"). On reste néanmoins dans un registre prog-rock musclé (entendez par là, au sens moderne du terme, "qui ne rechigne pas à se doper au metal"), et à ce titre Jolly a bien du mal à imposer sa patte pour faire oublier les Porcupine Tree et autres Riverside qui l’ont précédé. Les seuls moments où l’on ressent véritablement les particularités du groupe résident dans les parties chantées d’Anadale et dans ses mélodies ondulantes autour de longues notes tenues ("Dust Nation Bleak", dont le refrain est assez caractéristique à cet égard) et dans l’utilisation, justement, du piano comme ciment de certaines compositions. Hormis ces quelques réserves, ne vous y trompez pas : Jolly a composé un bien bel album. "While We Slept On Burning Shades" est un morceau incroyable, simple, direct et étonnamment bien troussé, tandis que le duo "Despite The Shell" - "As Heard On Tape", dans le genre atmosphérique ouaté, s’en tire avec les honneurs. Si vous aimez ce genre de musique éclectique et parfois un peu intello, n’hésitez pas à faire un détour par Jolly , un groupe qui n’a pas inventé le fil à couper le beurre mais qui manie les codes du genre avec une certaine réussite. En attendant un peu plus de constance et d’originalité pour passer véritablement au niveau supérieur...

 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Application Albumrock

Albumrock sur mobile


Retrouvez votre webzine sur Android & iOS


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également


TalkTalk - Messagerie privée en direct