↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

John Frusciante


DC Ep


(14/09/2004 - Record Collection - Guitariste des Red Hots ! - Genre : Rock)
Produit par Ian MacKaye

1- Dissolve / 2- Goals / 3- A Corner / 4- Repeating
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"La Bande annonce parfaite de l'oeuvre solo de Frusciante"
Maxime L, le 05/06/2020
( mots)

Oui, cette fois, d’accord, c’est un peu de la triche. Souvenez vous, le pari un peu fou de John Frusciante de sortir 6 albums solo en un an. Si les 4 précédents sont de vrais albums, le guitariste américain nous dégaine cette fois ci un simple EP de 4 titres pour une durée totale famélique de…14 minutes et 46 secondes.


Alors, vaste escroquerie ou Ep véritablement digne d’intérêt  ?


Première chose qui saute aux oreilles, c’est que contrairement à Automatic Writing sorti le mois précédent, John Frusciante revient à une formule plus individuelle. Exit les compositions un peu expérimentales avec Joe Lally et Josh Klinghoffer et retour à un vrai disque solo, les 4 chansons étant signées de sa main, et Frusciante s’occupant aussi de la guitare, de la basse et du chant, laissant la batterie à Jerry Buscher, (ex-roadie de Fugazi reconverti en batteur lors des concerts du groupe).


Mais un album solo ne signifie pas, ne signifie plus pour être précis dans son cas, un travail en autarcie, coupé du monde extérieur. Preuve en est, c’est la toute première fois que Frusciante fait appel à un vrai producteur, lui qui avait pour habitude de produire l’intégralité de ses albums depuis ses tout débuts.


C’est Ian Mackaye, chanteur et guitariste de Fugazi, qui aura donc l’honneur d’être le tout premier à produire un album de John Frusciante, enregistré à Washington DC, d’où son appellation . On aura connu John Frusciante plus inspiré quant aux noms donnés à ses albums. Mais n’ayez crainte, l’inspiration est bien présente ici, sur l’écriture des morceaux qui remonte à 2002 lors de la tournée By th Way de qui vous savez.


Difficile d’y voir un lien mais c’est peut être le disque qui, si l’on y réfléchit bien, ressemblerait le plus à la musique récente des Red Hot Chili Peppers, notamment pour le côté très pop et sucré de l’ensemble. 


C’est d’ailleurs un constat assez paradoxal puisque c’est l'album le moins « personnel » de l’artiste dans son interprétation  : produit par une personne extérieure, et joué sur des instruments qui n’étaient pas les siens, Frusciante utilisant du matériel appartenant à Guy Picciotto de Fugazi, groupe décidément très présent dans l’histoire récente de notre artiste.


« Dissolve » est une vraie petite perle pop, avec ses arabesques de guitares très reconnaissables, des solo inspirés et un chant très convaincant , ourlé de choeurs très efficaces, et qui n’aurait pas dépareillé sur Shadows Collide with People. Une vraie belle entrée en matière pour ce titre au vrai potentiel de single.


En comparaison, « Goals » parait un peu fade à côté, et repose sur quelques accords simples, avec toujours cette sensation de musique enregistrée à la maison, malgré cette fois l’apport du producteur extérieur, mais c’est ce qui constitue encore et toujours le charme de la discographie de l’américain.


« A Corner » est par contre la chanson qui fait décoller l’album et qui en justifie l’écoute et l’achat. Superbe par sa ligne de basse, elle est sublimée par le chant de Frusciante, comme si Cat Stevens s’était baladé du côté des Bee Gees, avec en plus une vraie faculté à immerger le crâne et les coeurs sur ce refrain presque soul, magnifique et très fédérateur, et qui ferait un vrai malheur sur scène.


Repeating clot (déjà !) l’Ep avec une ballade raffinée toute en douceur, avec cette pointe de mélancolie qu’on aime tant chez Frusciante, avec une batterie très sobre et très jazzy qui se marie à merveille avec son chant en falsetto si caractéristique.


A peine un quart d’heure s’est écoulé et c’est définitivement trop court pour le classer comme un véritable album. Dommage tant ces 4 titres sont très inspirés, et si ce DC EP n’est pas non plus l’escroquerie redoutée, on peut le considérer comme une excellente bande-annonce de son œuvre solo.


 

Commentaires
Heinz, le 07/06/2020 à 12:20
C'est marrant, j'ai pour ma part toujours apprécié les pochettes des albums de Frusciante sorti à cette période, avec souvent une esthétique similaire: une image un peu confuse dans laquelle se fond une silhouette ou un personnage. Celle de The Empyrean reste ma préférée, et j'attend avec impatience les critiques de cet album et de Curtains, ses deux incontournable à mon gout! Et bonne critique au passage!
MaximeL, le 07/06/2020 à 09:38
C'est vrai que c'est quelque chose que je n'ai jamais abordé dans mes chroniques, et pourtant il y aurait à dire tant elles sont toutes affreuses en effet. Il faudra attendre The Empyrean je trouve pour enfin en trouver une correcte.
Jimmy, le 06/06/2020 à 14:07
Ce que je peux dire, c'est que les pochettes d'albums de Frusciante ne me transporte vraiment pas jusqu'à présent, même si celle-ci a le mérite de donner un peu d'effroi !.. Peut-être peut-on faire un parallèle entre l'évolution de ses névroses et le style de ses pochettes ? Une belle discussion peut nous attendre ! haha. Pour la critique de la musique, tout a été dit dans l'analyse. Merci Maxime !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Oct. 2020
23
Sortie d'album

John Frusciante


Maya


Studio
Critique d'album

John Frusciante


The Empyrean


Critique d'album

John Frusciante


Curtains


Album de la semaine
À lire également