↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Helloween


Keeper Of The Seven Keys - The Legacy


(31/10/2005 - - Speed Metal - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- The King for A 1000 Years / 2- The Invisible Man / 3- Born on Judgment Day / 4- Pleasure Drone / 5- Mrs. God / 6- Silent Rain / 7- Occasion Avenue / 8- Light The Universe / 9- Do You Know What You're Fighting For / 10- Come Alive / 11- The Shade In The Shadows / 12- Get It Up / 13- My Life For One More Day
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (10 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Du Speed Metal réussi avec un son énorme. Les citrouilles sont de retour..."
Lulu, le 14/03/2006
( mots)

Helloween a créé la surprise en cette fin d'année 2005 en sortant non seulement un double album mais surtout, en lisant le titre, a voulu donner une suite à ses deux albums cultes, les Keeper Of The Seven Keys Part 1&2 sortis dans les années 80. Une annonce qui a fait palpiter le coeur des fans de la première heure, les nostalgiques ou tout simplement les amateurs de Speed mélodique. Deux bémols viennent tout de suite ternir le tableau : les deux Cds auraient pu tenir sur un seul, business oblige surtout que le besoin artistique et musical de cette césure ne parait pas flagrant. D'autre part, il est difficile de comparer les deux périodes avec vingt ans d'écart puisque seuls deux musiciens peuvent se targuer d'avoir participé à la trilogie, Weikath et Großkopf. La technologie ayant aussi fait d'énormes progrès, la production des deux premiers ne peut rivaliser avec celle de Keeper Of The Seven Keys - The Legacy, puissante et réussie.

Quoiqu'il en soit, le plus important reste quand même les chansons et si les deux premières parties contenaient des hymnes du Speed Métal à la pelle ("I'm Alive", "Future World", "Halloween", "Dr Stein", "Keeper Of The Seven Keys" ou "I Want Out" pour ne citer qu'elles), les petites nouvelles souffrent quand même de la comparaison avec leurs aînées. La force d'Helloween se trouvait également dans l'humour qui se dégageait des textes ou des arrangements. En outre, les chansons étaient interprétées par un chanteur exceptionnel, Kiske et ces deux éléments ne sont plus présents. Non pas que Andi Deris soit un mauvais chanteur, loin de là, c'est différent c'est tout. Il faut se faire à l'évidence que cet album ne peut être considéré comme une suite que grâce à son titre, une petite trame narrative qui rappelle les temps anciens et quelques sons disséminés qui font saliver les fans comme savait le faire Pavlov avec ses chiens.

Helloween nous offre cependant quelques chansons fortes dispersées dans ces soixante dix huit minutes de Speed Métal mélodique : honneur au plus grand moment "The King For a 1000 Years" qui ouvre de façon magistrale cet album avec près de quatorze minutes de chants homériques, de Speed bien dosé, de passages plus calmes, des solos de guitares, bref une sorte de descendant dégénéré d' "Halloween". "The Invisible Man" et son refrain très réussi en fera chanter plus d'un dans les concerts avec ses légères ressemblances avec du Gamma Ray. Au milieu de ce flot de bonnes chansons Speed classiques mais sans grosse originalité, on pourra en extraire la plus pop "Mrs. God" ou la Power Ballad mielleuse et un peu mièvre "Light The Universe" avec la sublime Candice Night, grande première pour Helloween de partager le micro avec une voix féminine.

Deuxième moment qui se veut énorme, les onze minutes de "Occasion Avenue" sont également magiques. Dommage qu'il y ait autant de choeurs chantant "Occasion Avenue" tout du long ce qui vient alourdir un peu ce riche moment musical. A noter l'intro amusante ou quelqu'un se plaît à passer des petits passages des chansons des deux premiers "Keeper..." en se moquant ouvertement. "Come Alive" ou "The Shade In The Shadow" viennent un peu plombé le bon niveau technique et musical de l'ensemble en n'étant pas foncièrement indispensables. "Get It Up" et "My Life For One More Day" représentent ce que sait bien faire Helloween, une bonne accroche mélodique dans le refrain et des solos de guitare réussis.

En fin de compte, si l'album permet de passer un agréable moment avec un Helloween revenu en grande forme avec deux petits nouveaux à la batterie et à la guitare qui tiennent vraiment bien la route, toujours est il que la comparaison avec ses ancêtres n'est pas en sa faveur. Effet mercantile ou nostalgique, peu importe le flacon finalement pourvu qu'on ait l'ivresse et certains vont se lever avec un bon gros mal de crâne.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Oct. 2019
4
Sortie d'album

Helloween


United Alive


Live
Album de la semaine
À lire également