↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Guns N' Roses


Use Your Illusion II


(17/09/1991 - Geffen - Hard rock - Genre : Hard / Métal)
Produit par Mike Clink

1- Civil War / 2- 14 Years / 3- Yesterdays / 4- Knockin' on Heaven's Door / 5- Get in the Ring / 6- Shotgun Blues / 7- Breakdown / 8- Pretty Tied Up / 9- Locomotive / 10- So Fine / 11- Estranged / 12- You Could Be Mine / 13- Don't Cry (Alternate) / 14- My World
Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (49 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
""
Lulu, le 15/10/2004
( mots)

Suite de la critique Use Your Illusion I

Si le premier volume des Use Your Illusion se voulait pour le moins direct et rock, le deuxième présente souvent des chansons plus longues, plus complexes et peut-être plus intéressantes à écouter. La longue période d'enregistrement studio pour les deux albums a laissé beaucoup de temps aux musiciens pour peaufiner leurs chansons. Ce Use Your Illusion bleu commence avec le sublime "Civil War", seule chanson enregistrée avec l'ancien batteur Steven Adler et qui prouve, grâce à des textes plus politiques, que Guns n'Roses a mûri et qu'il n'était pas question d'enregistrer un Appetite for Destruction II. Cette chanson est un bon équilibre entre parties rapides et lentes, chants et solo. "14 Years" et "Yesterdays" ont le thème récurrent des difficultés des musiciens à leur début, quand ils n'étaient qu'un groupe parmi tant d'autres et qu'ils arpentaient les rues. Bien du chemin a été parcouru depuis mais ils n'ont pas oublié. Si la première chanson est bien ficelée et agréable à écouter, "Yesterdays" (qui pourtant est sortie en single comme six ou sept autres titres de cet album) n'arrive pas à surprendre l'auditeur.

Il y a aussi du pur rock dans ce second opus, on citera "Get In The Ring" par exemple dans laquelle Axl règle ses soucis avec les journalistes dans un titre en faux live et leur demande de monter sur le ring pour leur botter le cul ou "Shootgun Blues" qui a un peu le même but, remettre les choses au clair avec quelques personnes de son entourage. Enfin, tout le monde connaît "You Could Be Mine", premier single à être sorti, un des grands standards du rock et accessoirement bande son du film Terminator II. Un pur moment de bonheur rock qui donne envie de péter sa guitare et de sauter dans une foule (non conseillé quand le public fait moins de vingt personnes).

Par contre, on pourra éviter de trop s'attarder sur "My World", premiers essais peu concluants d'Axl dans le monde du bidouillage électronique et sur la reprise de Dylan, "Knockin' On Heaven's Door" qui n'a d'intérêt qu'en Live avec souvent une durée approchant les dix minutes, truffé d'intermèdes pour faire chanter le public ainsi qu'un soupçon de Reggae sur un passage. Cette version studio n'est présente que pour officialiser l'amour du groupe pour ce morceau depuis leurs premières prestations scéniques de 1986. Quoiqu'il en soit, il ne faut surtout pas passer à coté des méconnues "Locomotive", véritable complicité entre Slash et Axl, longue de neuf minutes, linéaire et qui aplatit tout sur son passage. Matt nous montre qu'il est un grand batteur, tout en nuance parfois et tout en puissance souvent. Ou "Breakdown" qui a de légères consonances country avec un solo de Slash sur la fin dont on ne peut pas se lasser, même après mille écoutes.

Si on excepte l'album de reprises punk plus ou moins dispensable sorti en 1993, Les deux Use Your Illusion sont le chant du cygne de Guns n' Roses. Axl ayant viré à peu près tout le groupe, il se retrouve maintenant seul pour prétendre vouloir sortir un successeur (qui serait en phase de mixage aux dernières nouvelles et sortirait début 2005) à ce projet monstrueux qui n'a pas trop vieilli et qui tient encore bien la route. En 1991, Guns n' Roses était le plus grand groupe de rock mais la tournée de deux ans et demi qui en suivit et le départ d'Izzy quelques mois après la sortie de ces deux opus allaient mettre un terme à cette belle aventure. Un beau gachis !

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Guns N' Roses


Chinese Democracy


Album de la semaine
À lire également