↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Guns N' Roses


Use Your Illusion I


(17/09/1991 - Geffen - Hard rock - Genre : Hard / Métal)
Produit par Mike Clink

1- Right Next Door to Hell / 2- Dust N' Bones / 3- Live and Let Die / 4- Don't Cry (Original) / 5- Perfect Crime / 6- You Ain't the First / 7- Bad Obsession / 8- Back Off Bitch / 9- Double Talkin' Jive / 10- November Rain / 11- The Garden / 12- Garden of Eden / 13- Don't Damn Me / 14- Bad Apples / 15- Dead Horse / 16- Coma
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (44 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
""
Lulu, le 16/10/2004
( mots)

C'est fin 1990 que Guns n'Roses décide de se réunir pour accoucher du successeur du multi-platine Appetite for Destruction. Débarrassés de leurs problèmes de drogue (sauf le batteur Steven Adler qui n'arrivera pas à décrocher à temps et qui sera remplacé par Matt Sorum et par le claviériste Dizzy Reed), ils veulent enregistrer toutes leurs chansons et faire table rase par la même occasion. Ce qui devait être deux doubles albums (!) se verra transformer en deux albums simples remplis au maximum et qui sortiront en même temps, fait extrêmement rare dans le monde de la musique. Prévu d'abord pour mars, puis mai, ce sera en septembre 1991 que le public pourra enfin écouter un des albums les plus attendus de l'histoire du rock.

Le choc est inévitable : l'appétit de détruire du premier album a disparu au profit de chansons plus rock, plus blues, plus matures et arrangées. Des chansons calmes parsèment ci et là les deux albums avec une multitude d'instruments nouveaux (cuivres, choeurs, piano, synthétiseur?) Le groupe a mûri, les textes aussi, le style des chansons est plus varié? bref ces deux albums sonnent un renouveau bienfaiteur pour le groupe. Mais ce qui est le plus marquant est le fait que chaque chanson soit écrite par un musicien puis aidé par un ou deux autres à l'occasion. Il n'y a alors plus l'effet de cohésion du début, l'album s'en ressent et semble quelque peu disparate.

Le premier volume des Use Your Illusion est le plus rock des deux, les chansons y sont plus musclées et plus directs. Entre "Right Next to To Hell" (où Axl règle ses comptes avec sa voisine de palier puis sa mère pour enfin généraliser avec la gente féminine avec qui il a eu de nombreux déboires amoureux ou tout simplement des problèmes de communication), "Perfect Crime", "Back Off Bitch" (très bonne chanson pour apprendre les gros mots en anglais), "Garden of Eden" ou encore "Don't Damn Me", Guns n' Roses montre qu'il a encore du mordant et qu'il ne faut quand même pas les ranger dans la même catégorie que Bon Jovi ou Poison. C'est du Hard Rock classique bien interprété qui donne la pêche. Le chant d'Axl est vraiment unique et amène un petit quelque chose en plus? On peut ne pas aimer son caractère abominable, force est de reconnaître ses qualités de chanteur charismatique.

Bien sûr, il y a des chansons dispensables sur cette galette (le bluesy "Dust n' Bones", le rock basique "Bad Apples" ou encore "Bad Obsession" qui raconte la dépendance à la drogue et la difficulté à s'en sortir). De plus, la reprise du "Live And Let Die" de McCartney est certes bien interprétée mais Guns n'a rien réinventé avec ce morceau, sauf peut-être en y mettant plus de guitares et un peu le mordant qui manquait à ce titre.

Cependant, il y a aussi et surtout des moments forts sur cet album dont "Don't Cry", slow magnifique créé par Axl et Izzy en 1986 et qui a été polie peu à peu avec le temps pour devenir une véritable perle. Alice Cooper vient pousser la chansonnette sur "The Garden" et c'est aussi du bon travail. Ainsi que "November Rain" qui est le symbole du changement de direction musicale du groupe : très jolie ballade d'Axl au piano avec des ch?urs, des cordes pour aboutir à de grandioses solos de guitares de Slash. La partie finale est de toute beauté et a du faire redresser plus d'un poil sur les bras. Mais s'il ne fallait en garder qu'une, ce serait "Coma", la plus audacieuse d'entre toutes. Véritable monstre sonore de dix minutes, sa richesse n'a d'égale que sa complexité (Izzy dira plus tard que cette chanson était une véritable folie avec plus d'une trentaine d'accords différents). Axl raconte les phénomènes qu'il a vus alors qu'il était dans le coma et à la fin, il nous dévoile toute sa ranc?ur et s'expie de ses démons nichés au fond de lui. Battements de c?ur, cris de chirurgiens qui tentent de le réanimer avec des décharges électriques, tourbillon de voix féminines et de nombreux autres bruitages nous invitent à plonger dans cet univers musical sombre et froid dont seul Guns n'Roses détient les clés. On ne pouvait rêver d'une meilleure fin d'album....

Suite de la critique dans Use Your Illusion II

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Guns N' Roses


Chinese Democracy


Album de la semaine
À lire également