↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Girls


Father, Son, Holy Ghost


(07/09/2011 - True Panther Sounds - Indie américain / folk - Genre : Rock)
Produit par

1- Honey Bunny / 2- Alex / 3- Die / 4- Saying I Love You / 5- My Ma / 6- Vomit / 7- Just A Song / 8- Magic / 9- Forgiveness / 10- Love Like A River / 11- Jamie Marie / 12- Love Life / 13- Martina Martinez
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (4 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"Le testament spirituel du duo de San Francisco. Incontournable."
Nicolas, le 21/03/2013
( mots)

Comment peut-on passer à côté d’un tel groupe, d’un tel album ? Et pourtant, vous pouvez toujours chercher : vous ne trouverez aucune critique de Girls sur Albumrock datant d’avant ce mois de mars 2013, c’est-à-dire trop tard, bien trop tard puisque le groupe de San Francisco a depuis splitté pour ne plus subsister qu’en la personne de son maître à composer, Christopher Owens. Et alors qu’on a récemment attiré votre attention sur Lysandre, premier essai solo du jeune songwriter torturé, on ne peut que vous supplier d’opérer une très sérieuse machine arrière sur cette supplication trinitaire.

A l’époque de la sortie de Father, Son, Holy Ghost, lorsque l’on a demandé à Owens de justifier le nom de ce disque, l’intéressé répondait qu’il reflétait la nature spirituelle de sa musique. De fait, au delà du genre abordé, ce disque excelle principalement par la qualité de l’écriture et la sincérité de la délivrance. On ne cesse de vous le rebattre à tour de lignes: composer de la bonne pop music est un exercice particulièrement ardu. Alors que n’importe quel péquin se trouve capable de brailler sa douleur dans un micro tout en brutalisant son instrument sans posséder la moindre espèce de talent, alors que certains groupes peinent à subsister sur le souvenir d’un seul et unique tube sans parvenir à en pondre un second, on ne peut que s’extasier sur un disque de ce calibre. Un disque sur lequel chaque chanson se révèle aboutie et addictive, en clair un disque quasi-parfait, tout simplement.

Mais pour entrer complètement dans l’univers Girls, il faut s’habituer à quelques particularités propres à Christopher Owens et notamment à sa sensibilité exacerbée. Le timide trentenaire, entravé par un passé pour le moins pesant - secte, drogue and punk n’ roll, n’hésite pas à mettre à nu ses pérégrinations amoureuses sous leurs atours les plus naïfs et, osons le dire, les plus fleur bleue, alors que sa voix frêle et écorchée peine à transporter immédiatement les coeurs tant elle s’échappe difficilement du micro. Dans Father, Son, Holy Ghost, il n’est (presque) question que d’amour, de complexes et de tourments sentimentaux, même si Owens a écrit deux morceaux, "Honey Bunny" et "My Ma", en l’honneur de sa mère. Mais passé ce sentiment de vague niaiserie, un constat s’impose : le blondinet s’avère éblouissant en terme de songwriting. On jurerait ses chansons échappées d’un vieux disque des années 60, de l’un de ceux qui ont vraiment compté, et si le fait d’oser une comparaison avec les Fab Four ou les garçons de plage pourrait paraître carrément déplacé de prime abord, l’épreuve du temps, trois à cinq passages de platine, pas plus, l’impose pourtant comme une évidence. Girls est de ce niveau, pas moins.

Le reste ne compte pas, ou si peu. La mise en forme du disque prend l’apparence d’un rock indie à très forte couleur folk, qui délivre ses munitions à couteaux tirés dès le début du disque, allant de l’électrique sûr de son fait à l’acoustique intimiste en un très progressif décrescendo d’intention. Tout y passe, et à toute les sauces : surf-pop musclée ("Honey Bunny", rayonnant), indie empoisonné à l’arsenic (le suffocant "Alex"), hard rock pourpre ("Die", qui se cale au poil sur le "Highway Star" de Deep Purple), régurgitations gospel maladives ("Vomit", de très très haut vol) ou même progressif floydien tout en rondeur ("Forgiveness"). Girls peut tout faire mais excelle avant tout dans les déclarations enthousiasmantes de naïveté ("Saying I Love You", "Magic", limpides et entêtantes) ainsi que dans la pudeur et le dénuement ("Just A Song", "My Ma" et les deux derniers morceaux, des trésors de sensibilité à fleur de peau).

Father, Son, Holy Ghost est un grand disque, déjà un classique des années 2010, un recueil de fantastiques chansons qui ne pourront que vous trotter en tête à longueur de journée en quelques journées d’écoutes. Girls n’aura commis que trois disques mais n’aura pas failli à sa mission de retournement de coeur... espérons seulement que Christopher Owens, tout au long d’une carrière solo qu’on lui souhaite longue et fructueuse, endossera avec le même talent le sacerdoce qu’il a si bien magnifié avec ses défuntes filles.

 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Application Albumrock

Albumrock sur mobile


Retrouvez votre webzine sur Android & iOS


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également