↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Foals


Everything Not Saved Will Be Lost - Part 1


(09/03/2019 - Transgressive - Indie Rock - Genre : Rock)
Produit par Foals, Brett Shaw

1- Moonlight / 2- Exit / 3- White Onions / 4- In Degrees / 5- Syrups / 6- On The Luna / 7- Cafe d'Athens / 8- Surf Pt. 1 / 9- Sunday / 10- I'm Done with the World (& It's Done with Me)
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (9 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Première partie déstabilisante mais au final enthousiasmante d'un diptyque traitant de l'urgence climatique. Vivement la suite."
Nicolas, le 27/03/2019
( mots)

On ne va pas se mentir, cet album-là, on l’attendait de pied ferme. En un peu plus d’une décennie, Foals a réussi à s’imposer sans problème comme l’un des groupes de rock majeurs de sa génération - certes pas vraiment gâtée, la pauvre - en sublimant sa matrice math-punk dansante au gré d’albums qui n’ont fait qu’ajouter des pierres de plus en plus solides quoique différentes à un édifice discographique qui commence à avoir une sacrée gueule. Dernière prouesse en date, What Went Down tentait le hold-up intégral sur la scène anglaise voire, soyons fous, mondiale, emportant haut la main la palme de l’album de l’année lors des Albumrock Awards 2015 côté rédaction. Plus frontal, plus mainstream, plus costaud également que ses grands frères, WWD a marqué les esprits, et si son plébiscite critique ne s’est pas à ce point propagé dans tous les médias du monde - car oui, Foals est hype, mais la hypitude connaît maints ténors -, il nous a au moins assurés que nous avions affaire, avec les Poulains de Yannis Philippakis, à une valeur aussi forte que sûre. Et ce n’est pas ce Everything Not Saved Will Be Lost – Part 1 qui fera mentir ce constat.


Oui, Part 1, car cela n’aura échappé à personne, il n’y aura pas qu’un seul disque de Foals en 2019, mais deux, la seconde livraison étant d’ores et déjà attendue (d’un pied tout aussi ferme) le 20 septembre. Si l’annonce d’un double album en deux parties aurait auparavant eu de quoi faire grincer quelques dents - bah oui, il faut passer deux fois à la caisse -, on est devenu nettement plus tolérant avec ce genre d’artifice depuis que la musique ne vaut, eh bien, depuis qu’elle ne vaut plus rien, n’est-il pas. D’ailleurs ici, le laps de six mois séparant les deux réalisations en question a plutôt de quoi intriguer, car en toute honnêteté, le carré d’Oxford a pris un peu tout le monde à contre-pied, secouant les habitudes d’écoute, intriguant, chamboulant des auditeurs qui peuvent se sentir déstabilisés après un What Went Down nettement plus accessible. On sent ici que Foals a pris le temps de construire une œuvre certes moins directe mais beaucoup plus cohérente, loin de la dispersion et du grand foutoir des thèmes habituellement soulevés par le chanteur d’origine greco-sud-africaine.


L’urgence climatique se voit ici prise à bras le corps, et l’univers onirico-futuriste de Philippakis, autrefois déconnecté de toute réelle préoccupation sérieuse, se pare d’atours visionnaires forcément glaçants quand on sait les projections dramatiques que certains scientifiques n’hésitent pas à avancer quant à l’avenir de notre planète bleue. “Exits” donne le ton : “Now the sea eats the sky / But they say it's a lie / And there's no birds left to fly / We'll hide out / The weather is against us / We build houses underground / And flowers upside down / In our dreams”. Climat détraqué, montée des eaux, ghettos souterrains, disparition des espèces, et ailleurs pluie noire, dunes de sable autour des villes, cités en flamme, robots devenus fous… le futur dressé par le barbu à mèche flanque les chocottes. Mais Foals ne joue pas les donneurs de leçons, mis à part un (tout petit) coup d’aiguillon à Trump pour son climato-scepticisme. D’ailleurs tout le monde est coupable, y compris les jeunes, cf “Sunday” et ces strophes : “We don't give a damn / 'Cause we got all our friends right here / We got youth to spend”. À la fin ne subsistent que des regrets, le conclusif et désabusé “I’m Done With The World (And It’s Done With Me)” égrenant un pathétique “And all I wanna do is get out of the rain / An autumn day, an autumn day”. Le narrateur, se languissant d’un plaisir aussi simple qu’une pluie d’automne, finit par se retrouver à genoux dans son jardin incendié, désemparé face à une catastrophe contre laquelle il ne peut désormais plus rien. Echo du précédent “In Degrees” où, justement, il lui était encore possible d’agir : “I lose you in degrees / Don't leave me on my knees”, le “you” s’adressant bien évidemment à notre Terre-Mère. Ces images fortes qui se répètent d’un titre à l’autre assurent une forte cohérence à l’album, et si Philippakis s’est toujours montré doué pour trousser des lyrics à la fois prégnantes et originales, il trouve avec ce thème si actuel le liant et la cible qui manquaient auparavant à ses divagations. Après la liberté d’expression, le féminisme, la paix dans le monde, and so on, le climat va-t-il devenir l’une des nouvelles causes à défendre par les rock star ? Foals donne le ton, en tout cas, et à ce jeu de l’alarmisme artistique, le chanteur-parolier s’en sort ma foi fort bien.


On pourrait imaginer, à lire ce qui précède, avoir affaire à un album sombre, glaçant, désespéré. Que nenni. Everything Not Saved Will Be Lost (appréciez la confondance du truisme), loin de sombrer dans le misérabilisme musical, prend le parti, du moins dans sa première partie (l’avenir nous révélera de quoi sera bâti la seconde), de nous faire danser au chevet de notre planète. Le rééquilibrage de la palette sonore de Foals vers les synthétiseurs constitue le point le plus marquant de ce cinquième disque, après un What Went Down nettement plus guitar-driven. L’apport du grand Jimmy Smith (au sens propre : c’est un géant, ce type !) s’avère ici déterminant, l’homme imposant sans vergogne à l’album ses claviers tour à tout sémillants, racés, rêveurs et remuants. On se rapprocherait ici plutôt de l’ambiance d’un Total Life Forever, en plus électronique, avec une tonalité dancefloor qui a un petit goût d’Arcade Fire dans ses dernières réalisations (et on préférera bien évidemment retenir le brillant Reflektor que le décevant Everything Now), les canadiens se faisant eux aussi le fort de remuer nos popotins en faisant bouillir nos circonvolutions cérébrales. Autre point capital, autant les morceaux de la livraison précédente pouvaient s’apprécier indépendamment, au gré de tracklists compilatoires sur smartphone (de hipster, forcément), autant ici ENSWBL1 appelle justement une écoute enchaînée, chaque titre prenant toute sa place à l’aune de ses voisins immédiats. L’album ménage une progression qui lui apporte une forte personnalité d’ensemble, sans doute au détriment de morceaux individuellement moins percutants que sur WWD.


Ainsi, passée l’intro rêveuse de “Moonlight”, les respirations du balancé “Exits” ont de quoi désarçonner, même si au gré des écoutes le titre parvient à développer des trésors d’attirance. Véritable point d’ancrage musical, stylistique et thématique de l’album, “Exits” impressionne en fait par sa retenue, par la science de ses respirations, par l’envie que suscitent son tempo chaloupé rehaussé de subtiles coups de cloches synthétiques. Habile, Foals l’est également dans sa façon de nous imposer son math-punk dansant : on avait rarement autant remué que sur “In Degrees”, alors que l’efficacité du support rythmique ne cède en rien à la subtilité, là encore grâce au travail remarquable effectué sur les arrangements de synthétiseurs. Et le gigotage nous reprend là où on l’attend le moins, comme lors de la coda du languissant “Sunday”, tellement triste et tranquille qu’on le croirait en charge de clore les hostilités : la puissance disco-punk de sa seconde moitié a tôt fait de nous extraire de notre torpeur. En définitive, il y a beaucoup d’ambiances différentes sur ENSWBL1, du rock à la What Went Down sur le surexcité et intenable “White Onions”, du psyché onirique sur le coolos “Syrups” tout entier aux ordre de sa ligne de basse glandeuse (avec là encore une belle accélération finale), de la pop lorgnant vers du Nine Inch Nails versant futurisme froid à la Ghosts sur le troublant “Cafe d’Athens” (avec ses magnifiques xylophones liquides), de la complainte piano-voix avec le conclusif - et désespéré - “I’m Done With The World”. Et puis il y a des petites touches de génie brut, comme ce riff insensé de classe et d’intelligence mis en orbite par un clavier lunaire en total décalage sur “On The Luna”, quelle classe quand même ces Poulains.


Un petit regret sur la durée de l’ensemble un poil chiche (39 minutes), et une splendide interrogation sur la suite, car les quatre étoiles (bien méritées au demeurant) de ce Everything Not Saved Will Be Lost premier du nom pourraient bien se voire arroger une demi récompense de plus lorsque l’on accolera sa suite et conclusion à cette œuvre forte qui, moins évidente que What Went Down, ne s’en montre pas moins superbe à tous points de vue. Le chef d’œuvre se trouverait-il dans le viseur des Poulains pour 2019 ? Les paris sont ouverts, et l’attente jusqu’à septembre va s'avérer bien longue...

Avis de première écoute
Note de 4/5
Assez déconcertant au premier abord, cet album est finalement le plus cohérent du groupe et parachève un parcours sans faute. Foals a poli son rock rugueux en canalisant toute sa rage dans cet album nerveux, soutenu par des guitares dansantes et des beats comme on n'en avait jamais entendus jusqu'ici chez les poulains anglais. Foals ne renie pas ses origines math-rock (Syrups, White Onion), mais il embrasse des rythmes plus électro (In Degrees) ou dissout son spleen dans des nappes électroniques (I'm Done with the World and It's done with me). Le meilleur exemple de cette mue est le bijou pop "On the Luna", explosif et dansant. Un excellent cru, même si on regrettera forcément l'absence d'un brûlot comme "What went down" ou "Inhaler" sur les albums précédents.
Si vous aimez Everything Not Saved Will Be Lost - Part 1, vous aimerez ...
Commentaires
Jim, le 19/06/2019 à 14:31
Si le premier single "Exits" signe un retour plutôt plaisant et surprenant de la part du groupe, l'écoute du reste de l'album est à l'image des deux autres titres qui ont précédé sa sortie ( "On the luna" et "Sunday"): explorations musicales vaines ou pâle réplique de ce que le groupe a produit jusque là. A l'exception d'un ou deux titres méritant de s'y attarder ( la très funk "in degrees" et "syrups"), l'écoute se révèle vite plate et ennuyeuse. Foals semble avoir épuisé sa recette magique qui l'avait fait briller par le passé et fait désormais partie de cette catégorie de groupe "intouchable" dont la moindre note est saluée par une critique à la mémoire courte qui crie au chef d'œuvre. Avez vous oublié le fougueux Antidotes et l'incroyable Total Life Forever? Foals avait commencé à me perdre avec les deux albums suivants taillés pour les arènes rock. C'est définitivement chose faite avec ce cinquième opus.
Axel, le 29/04/2019 à 13:28
Exits est une vraie Masterpiece musicale,une merveille d’équilibre qui se renforce à chaque écoute.Depuis deux mois je me réveille avec ce son et ce beat incroyable dans la tête,avant mème de le faire jouer comme premier morceau de la journée.Qu'une jeunesse puisse tirer de sa torpeur musicale un dinosaure fossilisé dans les strates anciennes d'une géologie musicale à de quoi surprendre.Nous avons disparu.Par honte.Honte de n'avoir rien fait alors que nous étions au courant.depuis plus de 20 ans derrière nos claviers, nous savions.Et nous n'avons rien fait parce que nous etions leurs comptables.Toujours plus d'argent,toujours plus de profits.Il est temps de leur mettre le couteau sous la gorge,si nous n’étions que leurs comptables,soyez leurs exécuteurs.Sinon il ne vous restera rien de la beauté que la Terre vous avez offert à vous aussi,en Héritage.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Foals


What Went Down


Critique d'album

Foals


Holy Fire


Critique d'album

Foals


Total Life Forever


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également
Compte-rendu de concert