↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Fields


Fields


(00/00/1971 - Columbia - Rock progressif, classic rock - Genre : Rock)
Produit par

1- Elysian Fields / 2- Bide My Time / 3- Take You Home / 4- Jump On You / 5- Sun Would Set / 6- Love Is The Word
Note de 2.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Rare Bird volume 3 ... ou le premier et unique album de Fields"
François, le 22/05/2020
( mots)

Empêtré dans un contrat inique avec son label, Rare Bird subit la désertion du claviériste Graham Field, qui fonde une nouvelle formation avec Andrew McCulloch à la batterie (sur les conseils de Robert Fripp qui avait joué avec lui sur Islands) et Alan Barry à la basse. En signant chez le prestigieux  CBS, ils parviennent à obtenir des ventes assez nombreuses et tournent à l’international : un succès honorable mais très court, puisqu’un seul album ne sortit de cette formation. En effet, ironie du sort, c’est encore à cause du label que la formation met fin à son existence : suite à un changement de direction, il ne veut plus soutenir les groupes à tendances progressives – dont Fields, moins à même de séduire le public américain (jugement un peu étonnant quand on regarde le succès d’ELP ou Jethro Tull outre-Atlantique …). 


Graham Field considère cet album comme le troisième opus de Rare Bird qui ne dirait pas son nom. On ne peut qu’abonder en son sens à partir d’une particularité esthétique essentielle et commune aux deux groupes : la forte présence des claviers, quoiqu’il n’y ait qu’un seul organiste chez Fields. Cela explique aussi la pochette et son aigle finissant sa partie de chasse. 


Prog’ oblige, l’inspiration classique est très importante ici. L’écriture fuguée et la démonstration de vélocité sur "A Friend of Mine"» font écho aux citations de Pachelbel sur l’excellent "The Eagle" (avec de très bons passages épiques de guitare). Evidemment, il faut s’habituer aux sonorités des claviers analogiques des 1970’s, type mellotron. Par contre, on demeure sur des titres relativement concis, les six minutes sont à peine atteintes par "Over and over again", un bon titre aux claviers agressifs, qui témoigne des talents de Graham Field. 


Il y a tout de même des titres parfois franchement laborieux, pour ne pas dire soporifiques, comme c’était le cas chez Rare Bird : l’interminable "Slow Suzan", "Not so Good" (le bien nommé), "Feeling Free" (style Beatles) … Graham Field recherchait peut-être à reproduire le succès de "Sympathy", en vain. C’est regrettable puisque ces titres très moyens côtoient des petites pépites. On peut ainsi évoquer un coup de cœur pour "Three Minstrels" aux allures de Gryphon, avec ses éléments médiévaux reproduits par les sons des claviers et la percussion. 


Fields ne produit donc qu’un seul album jusqu’à son retour inattendu en 2015. Graham Field demeura dans l’ombre par la suite, tandis que McCulloch rejoignit Greenslade, groupe dont la musique ressemble étrangement à celle de Fields (alors que le claviériste, là aussi leader, n’est pas le même). Sans être incontournable, Fields comporte quelques pièces intéressantes qui méritent d’être écoutées. 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Mark Lanegan


Straight Songs Of Sorrow


"

A peine 7 mois après la sortie de l’excellent Somebody's knocking , revoilà déjà un nouvel album de Mark Lanegan, Straight songs of sorrow . Si les fidèles du vieux loup américain sont habitués à la régularité stakhanoviste de ses sorties, ce douzième disque solo (le sixième en 8 ans) revêt un caractère particulier, car il parait conjointement à son autobiographie, sortie aux Etats-Unis sous le nom de "Sing Backwards and Weep".

"
À lire également