↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Feist


Let it die


(30/10/2004 - Polydor Universal - Indie pop folk - Genre : Autres)
Produit par

1- Gatekeeper / 2- Mushaboom / 3- Let it die / 4- One evening / 5- Leisure suite / 6- Lonely lonely / 7- When I was a young girl / 8- Secret heart / 9- Inside and out / 10- Tout doucement / 11- Now at last / 12- (Bonus) Amourissima / 13- (Bonus) L'amour ne dure pas toujours
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (10 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Quelques kilogrammes de finesse et de subtilité..."
Matt, le 30/01/2005
( mots)

Une voix chaude posée sur quelques notes de six cordes acoustique qui s'égrainent en douceur, voici les premiers instants du premier album de Leslie Feist, la découverte canadienne de ces derniers mois. Connaissant son expérience passée dans un groupe de punk à l'époque du lycée, on pourrait s'étonner de découvrir à travers cette production une Feist douce, intimiste, fragile, avec des titres aux accents folk mêlés de jazz, mais on a plaisir à la découvrir chaleureuse, romantique et un brin décalée.
Multi-instrumentiste (clavier, guitare, batterie, basse, ...) touche-à-tout et dispersée ( Peaches , Kings of convenience , ...), ses expériences reflètent assez bien sa nature eccléctique et difficile à cerner, qui transpire joliment à travers Let it die ("laisse tomber"). Album inclassable pour artiste inclassable à vaste personnalité.

Après un "Gatekeeper" au coin du feu avec son unique guitare sèche et ses trois notes de xylophone (ou triangle ?), le désormais célèbre titre "Mushaboom" marque un tournant qui donne le ton d'un effort doux, subtil et diversifié, sans pour autant atteindre des extrêmes improbables.
On poursuit par la compo éponyme "Let it die", lent slow dépouillé aux paroles amères, déprimant pour déprimé(e), avant d'enchaîner sur l'histoire d'un soir un peu plus enjouée qu'est "One evening" (second single), feutrée. Vient ensuite "Leisure suite", ses snaps incessants et son beat profond (grave) accompagnés de-ci de-là d'une guitare aux cordes plaquées, de trompettes en sourdine et d'un orgue électrique, puis "Lonely lonely", aux deux premières minutes plaintives et aérées avant d'atteindre une progression plus fournie, une rechute puis une fin mêlant claps et son de bouteille. On arrive ensuite sur un "When I was a young girl" plus tribal (nappe de snaps et djumbés) avec une voix un peu plus poussée, qui signe l'arrivée d'une grappe de reprises dont "Tout doucement", et "l'amour ne dure pas toujours" au chant français, marqué d'un fort accent anglais (canadien en l'occurence) charmant (mais qui complique la compréhension des paroles ...).
C'est donc ici que les choses se corsent car le fait de savoir que tous ces titres sont des reprises (5 sur 13 morceaux : "When I was a young girl", chanson traditionnelle texane, "Secret heart" de Ron Sexsmith, "Inside and out" des Bee Gees, "Tout doucement" et "Now at last" de Blossom Dearie, "L'amour ne dure pas toujours" de Françoise Hardy) laisse dubitatif. Certes, quelques artistes ont basé toute leur notoriété sur le talent créatif d'autres compositeurs mais Leslie Feist a suffisamment d'intelligence inspirée pour offrir un album complet de son propre cru. Pas re reproches donc sur la qualité des reprises, mais sur ce simple fait d'en avoir surchargé sa production.

Mais cette petite déception, toute proportion gardée, n'entâchera pas l'entousiasme provoqué par Let it die. Après tout, la petite canadienne tenait-elle peut-être absolument à voir figurer ces morceaux sur son premier album, comme remerciement à ses inspirateurs. On ne lui en voudra donc pas trop, la douceur de sa voix, son accent sur les titres en français, et la subtilité de ses compos faisant vite oublier ce désagrément.
Feist livre donc un opus mêlant ballades, folk et teintes jazzy, plaisant par ses alternances, sa diversité, sa douceur, nous tirant du son ordinaire et nous livrant un petit bout de son monde, étendu et fragile, à manipuler avec précaution.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Feist


The Reminder


Album de la semaine

Pearl Jam


Gigaton


"

Si tout le monde connaît l’adage “qui aime bien châtie bien”, il semblerait que certains fans aient du mal à laisser leur formation fétiche se faire vertement critiquer, quand bien même elle n’aurait à l’évidence pas réellement cherché à se surpasser. Qu’on ne s’y trompe pas : Pearl Jam est un grand groupe, l’un des meilleurs à avoir émergé durant la décennie 90, une formation techniquement solide, artistiquement intègre et qui peut de surcroît compter sur un chanteur d’exception, mais un groupe qui a eu un peu trop tendance à vivre sur ses acquis durant les vingt dernières années. D’aucuns auront pu se contenter des corrects Lightning BoltBackspacerRiot Act et autre PJ (on peut même y ajouter un ou deux disques au passage) tandis que d’autres auront conspué le quintette de Seattle pour son évidente paresse. Rétrospectivement, et à l’écoute de ce Gigaton assez inespéré, ces derniers n’avaient pas tort, même si l’horizon Ten - Vs - Vitalogy paraît encore bien loin.

"
À lire également
Compte-rendu de concert