↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Compilation Stoner


Sucking The 70's : Back In The Saddle Again


(17/12/2006 - Small Stone Records - Stoner rock - Genre : Rock)
Produit par

1- Are You Ready (Sasquatch) / 2- Crasy Horses (Puny Human) / 3- Red Hot Mama (Clutch & Five Horse Johnson) / 4- Rock Candy (Dixie Witch) / 5- Don't Lie To Me (The Brought Low) / 6- Sin City (Novadriver) / 7- One Way Or Another (Colour Haze) / 8- Man On The Silver Mountain (Alabama Thunderpussy) / 9- Mongoloid (Dozer) / 10- The Stake (Acid King) / 11- Honky Cat (Halfway To Gone) / 12- Those Shoes (Antler) / 13- Outlaw Man (Brad Davis) / 14- Season Of The Witch (Gideon Smith) / 15- Running With The Devil (Waycross Georgia Farmboys) / 1- I Just Wanna Make Love To You (Throttlerod) / 2- Saturday Night Special (Red Giant) / 3- Bonie Maronie (Thousand Knifes Of Fire) / 4- Rock'n'Roll Singer (The Glasspack) / 5- When The Levee Breaks (Roadsaw) / 6- Super Stupid (Greatdayforup) / 7- Turn To Stone (Fireball Ministry) / 8- Born To Be Wild (Los Natas) / 9- Two Of Us (Scott Reeder) / 10- New Rose (Orange Goblin) / 11- Garden Road (Mos Generator) / 12- Snortin' Whiskey (Honky) / 13- I Don't Need No Doctor (The Muggs) / 14- Neighbor, Neighbor (Amplified Heat) / 15- Parchment Farm (RPG) / 16- Dreamweaver (Valis)
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (3 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Une double compil de covers à la sauce stoner. Ou comment bien commencer l'année"
Maxime, le 25/01/2007
( mots)

Toute la musique que le stoner aime, elle vient de là, elle vient des seventies. Ça, les petits gars de Small Stone l’ont bien compris, d’où cette idée lumineuse de transformer l’exercice imposé de la compilation de label (souvent indigeste et inégale) en proposant aux tirailleurs de son écurie de passer quelques classiques old school à la moulinette heavy rock. Une opération doublement gagnante : elle reste l’occasion idéale de découvrir les fleurons d’un des meilleurs labels de stoner rock en activité, et pour les fans, elle représente une opportunité jouissive de glaner quelques covers inédites de ses combos favoris. Embrassant aussi bien les expériences pop, les fulgurances hard rock que les graillons high-energy de l’époque, cette série de compilations met un point d’honneur à en ressusciter l’essence, l’odeur et le folklore en lustrant le tout d’une solide couche de polish moderne (entendez par-là que les titres originaux sont gonflés aux guitares bodybuildées).

Après un premier volume pas piqué des cloportes, ce second arrivage, placé sous le double héritage des Stones (Sucking The Seventies est le titre d’une compilation de la bande à Jagger parue au début des années 80) et d’Aerosmith ("Back In The Saddle" étant un des standards indéboulonnables des riffeurs de Boston, figurant sur l’anthologique Rocks, certainement un de leurs meilleurs albums) poursuit ce travail de commémoration, constituant une façon idéale de commencer l’année sous les meilleures auspices. Sous un superbe artwork fusionnant films de blaxploitation et séries B nippones, ce ne sont pas moins de deux CD remplis ras la gueule qui attendent l’auditeur, regroupant 31 morceaux et autant de chances de se faire de nouveaux copains. Autant se caler confortablement dans son siège en ouvrant une bière pour profiter convenablement de cette double galette généreuse, débutant sur un tonitruant "Are You Ready" exécuté par Sasquatch (la version des Flaming Sideburns lui demeurant cependant largement supérieure).

Avec ce genre de productions, on a le choix entre deux principaux modes d’écoute : le premier, de loin le plus jouissif, est de passer l’ensemble en volumineux fond sonore, que l’on ponce une armoire ou que l’on prenne la route. Là, la magie s’opère, un trajet en Clio sur l’A1 se métamorphosant rapidement en virée sur la route 66 à bord d’une Mustang vrombissante. Si le parfum sexy et groovy des seventies se trouve quelque peu écrasé par la puissance de nos francs-tireurs contemporains, il se diffuse par intermittences, dans le tempo chaloupé de "Those Shoes" (repris par Antler), le refrain sucré du "Outlaw Man" des Eagles revisité par Brad Davis, bassiste de Fu Manchu, ou les réminiscences bluesy, qui rendent la décennie si attachante, de "Running With The Devil", remanié par les Waycross Georgia Farmboys. L’autre option consiste à écouter méticuleusement les titres un par un. C’est là que les disparités se font les plus criantes. Certaines covers surprennent, comme cette reprise de "Mongoloid" de Devo déchiquetée à la moissonneuse-batteuse par les bourrins Dozer , qui parviennent finalement à se réapproprier le morceau, tant ils ont violenté l’original de leurs guitares pachydermiques. Fatalement, s’en sortent le mieux les groupes qui possèdent un style déjà bien maîtrisé. Coup de chapeau à maîtresse Lori, donc, qui parvient avec ses acolytes d’Acid King à plonger l’acidulé "The Stake" du Steve Miller Band dans un puits poisseux et humide. Les refrains se perdent dans un écho spectral et se transforment en chœurs gutturaux pour une séance d’écartèlement à la sauce stoner/doom dont le trio garde jalousement le secret. Excellente reprise, au même titre que le "Honky Cat" d’Elton John, dopé à la testostérone et au jus d’aisselle par un Halfway To Gone lubriquement boogie.

Le second CD rassemble des exercices de style plus convenus pour ce genre de formations : le "Saturday Night Special" des Lynyrd Skynyrd graissé juste comme il faut par les Red Giant (qui reprenaient d’ailleurs un autre standard, "Fun House", sur leur album, l'excellent Devil Child Blues), le quart d’heure Black Sabbath réglementaire assuré par Fireball Ministry sur "Turn To Stone", un Sab’ tardif post-Ozzy. Certains n’osent pas prendre de risque et restent dans l’hommage poli, impressionnés par les monuments auxquels ils se frottent (The Glasspack avec "Rock’n Roll Singer", Roadsaw et "When The Levee Breaks", Los Natas et "Born To Be Wild", Scott Reeder l’ex-bassiste de Kyuss et d’Unida aujourd’hui en solo s’attelant à "Two Of Us"). Pilonnant Pat Travers avec un son on ne peut plus couillu, Honky amuse avec "Snortin’ Whiskey" tandis que Thousand Knives of Fire se sort sans trop d’encombres d’un voyage chez Ritchie Valens, en plombant une bonne vieille scie rock’n’roll avec un girond southern rock des familles ("Bonie Maronie"). Résidant davantage dans sa longueur que dans la somme de ses parties, le charme de ce second volet des Sucking The 70’s opère néanmoins et reste un achat hautement recommandé pour tout stoner addict ou fan de rock du côté hard (amateurs de Wolfmother , The Datsuns ou The Answer , jetez-y une oreille), moyen idéal de revisiter les grandes légendes des seventies sans trahir leur substantifique moelle. Pour une fois que sucer n’est pas tromper, autant ne pas se priver.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également