↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Bullet For My Valentine


Fever


(26/04/2010 - Roadrunner - Emo Heavy Metal - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Your Betrayal / 2- Fever / 3- The Last Fight / 4- A Place Where You Belong / 5- Pleasure and Pain / 6- Alone / 7- Breaking Out, Breaking Down / 8- Bittersweet Memories / 9- Dignity / 10- Begging for Mercy / 11- Pretty On the Outside
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (11 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Le speed metal pour les nuls, 3ième édition : copie corrigée. Et ensuite ?"
Nicolas, le 14/05/2010
( mots)

Tiens, revoilà Bullet For My Valentine. Et à l'heure où sort le troisième album du combo, force est de constater que le débat qui tourne autour des quatre gallois est loin d'être clôt. Nous avons toujours d'un côté ceux qui les exècrent, les vieux métalleux, les purs et durs, ceux qui connaissent leur petit thrash metal illustré sur le bout des doigts, ceux qui cherchent une musique plus extrême, plus fouillée, plus profonde, ceux à qui on ne la fait pas. Et puis il y a les autres, en général les jeunes et les néo-convertis à la religion métallique, ceux qui découvrent, ceux qui cherchent un peu de sensations fortes mais qui ne sont pas encore prêts à s'enfiler un Lamb Of God d'une traite au petit déjeuner. Alors autant faire gagner un peu de temps aux premiers, cela leur évitera de lire la chronique jusqu'au bout. Fever, le BFMV troisième du nom, est exactement identique à ses prédécesseurs : instrumentation burnée, mélodies sucrées. Pas la peine d'y risquer une oreille, vous détesterez tout autant. Allez hop, circulez, y'a rien à voir.

Bon, ça, c'est fait. Ceux qui sont restés se rappellent qu'il y a deux ans, Scream Aim Fire avait connu son petit succès en s'écoulant à près d'un million d'exemplaires, pas mal pour un disque de speed metal. Le public adoubait donc le durcissement du metalcore de BFMV, et c'est donc sans surprise que Fever en rajoute une couche. Le tempo s'est accéléré, on sent encore plus les influences de Metallica et de Machine Head dans les parties instrumentales (le début de "Fever" rappelle d'ailleurs furieusement les rotatives supersoniques de "Beautiful Mourning"), les hurlements hardcores sont plus souvent de rigueur, et la voix de Matthew Tuck reste identique à elle-même, mélodieuse mais avec ce timbre nasillard et hargneux qui évite l'hyperglycémie. Pour autant, par bien des côtés, l'album surpasse son prédécesseur. Ici, le groupe n'a plus besoin de faire ses preuves et trouve donc une certaine forme de libération dès le début des hostilités. "Your Betrayal" est une parfaite entrée en matière, avec sa longue intro instrumentale transpercée par ses rafales de batterie, et le duo "Fever" - "The Last Fight" marque immédiatement son territoire. Tempo appuyé, mélodies ultra-efficaces, refrains en roue libre, BFMV nous balance bille en tête du lourd et du très bon. Plus loin, ça se corse encore un peu avec le tempo dément et la violence de "Pleasure and Pain", même si le refrain, encore une fois, étonne par son côté pop à la limite du sirupeux. Après, le niveau des compos baisse un chouilla, mais on reste dans une formule parfaitement calibrée qui passe donc sans trop de soucis. En fin de liste, surprise : "Begging For Mercy" relance de nouveau la sauce avec son agressivité sans borne, ses hurlements salvateurs, sa batterie atomique et surtout un solo de guitare sortant enfin des sentiers battus avec sa petite touche orientale. Un superbe morceau, certainement le meilleur du groupe. Seul le dernier titre, "Pretty On The Outside", en irritera certains avec ses "hoho" emphatiques qui alternent pourtant avec de beau couplets vomis avec véhémence. Côté balades, l'ensemble tient la route, même si "Pleasure and Pain" surpasse un "Bittersweet Symphonies" qui a pour le coup tendance à recycler tous les poncifs du genre.

Seulement voilà, aussi bon soit-il, ce troisième jet des Bullet For My Valentine se contente du strict minimum, à savoir de corriger la copie du précédent album qui pêchait surtout par un début poussif et quelques temps morts. Rien de tout ça ici, mais on peine à voir un semblant d'évolution chez les gallois. Or à ce stade, Metallica s'était déjà fendu d'un Master Of Puppets... en recyclant leurs bonnes vieilles recettes, Matthew Tuck et sa bande se contentent de rassasier leur fan-base sans lui offrir de repas plus consistant. Laissons-leur pourtant le bénéfice du doute. Après tout, il a fallu presque quinze ans à Machine Head pour accoucher de The Blackening. Reste qu'à l'heure actuelle, le quatuor de Bridgend nous offre un album qui représente une porte d'entrée quasiment idéale pour tous ceux qui ne connaissent rien au metal rapide. En leur tendant une main secourable après leur avoir filé un méchant coup de boule, BFMV leur donne le temps de s'habituer à la violence des mœurs en cours dans le milieu sans risquer de les voir s'enfuir dès les premières secondes. En sachant bien qu'un jour ou l'autre, ils iront fatalement voir ailleurs ?

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Bullet For My Valentine


Venom


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également