↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Best Coast


Fade Away


(22/10/2013 - Jewel City - Noisy Pop - Genre : Rock)
Produit par

1- This Lonely Morning / 2- I Wanna Know / 3- Who Have I Become? / 4- Fear of my identity / 5- Fade Away / 6- Baby I'm Crying / 7- I Don't Know How
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Un EP doux amer au son pop sixties emmené par l'attachante Bethany Consentino."
Caroline BT, le 09/06/2014
( mots)

Il en est des régions qui regorgent de bons vins, il en est d'autres où abondent les bons groupes : la Californie a le secret de nous proposer des formations irrésistibles telles que les Local Natives Warpaint (qui a nous fait la surprise de sortir un excellent second album en début d'année), les Dum Dum Girls ou encore les Crocodiles. En fin d'année 2013, c'est le duo Best Coast qui a hissé fièrement les couleurs du drapeau californien. Avec un son garage pop, enjoué et optimiste, le duo revient avec son nouvel EP Fade Away.

Après quelques années hystériques passées sur les routes des festivals aux côtés de leurs idoles Green Day ou Iggy Pop, Bethany Cosantino et Bobb Bruno ont gagné en confiance et en indépendance. Leur premier album Crazy for you est apparu dans le classement des meilleurs albums de l'année 2012 de Spin et de Rolling Stone. Le duo a été sollicité pour créer une mini collection pour Urban Outfitters et c'est Drew Barrymore qui a réalisé le clip du titre "Our deal", sorte de West side story revisité.
Quoi de plus simple donc pour Best Coast de continuer sur sa lancée et de transformer l'essai avec Fade Away, sorti sur leur propre label Jewel City.

A l'image de la Californie, qui a longtemps représenté un Eldorado beau et lumineux mais bien souvent cruel, Bethany Consentino signe 7 titres acidulés où apparait en filigrane sa nostalgie et un certain pessimisme.
Pourtant, avec une esthétique rétro qui fonctionne toujours à merveille, et comme dans Crazy for you, Bethany Consentino signe un EP, au premier abord, joyeux et constant. Cependant ces mélodies accrocheuses, parfois trop propres, sont le support des doutes et questionnements de la chanteuse qui porte à elle seule l'EP ("Fade away"). A seulement 26 ans, Bethany transmet (déjà) son spleen post adolescence, période enflammée qu'elle a brûlée par les deux bouts. A ce ruminement, s'ajoute une sorte de déprime post tournée qui transpire, irradie, de la plupart de ses titres ("Baby I'm crying", "This lonely morning"). Bethany se sent déjà âgée, et assez mûre, pour prendre du recul et se demander ce que sont devenues ses valeurs. Ces mises au point sur sa personnalité se traduisent avec bonheur pour l'auditeur, par des titres qui s'écoutent en boucle ("I wouldn't change, I still the same" ; "Who I have become"). Un peu comme Fauve a écrit sur les (beautifuls) loosers d'aujourd'hui ("J'ai tout fait comme il fallait, et pourtant ...") Bethany, elle, s'interroge sur ses échecs amoureux et ses actes manqués ("This lonely morning").
Best Coast réussit un quasi  sans fautes avec cet EP, alors pourquoi à peine 30 minutes de plaisir ? C'est peut-être justement pour éviter le remplissage. Avec Fade Away, Best Coast va à l'essentiel, c'est à dire à la quintessence de son style. Là où certains parleraient d'un beau brouillon, d'autres évoqueront plutôt une œuvre qui synthétise la gentille patte pop punk de Best Coast.

Best Coast réussit avec Fade Away de merveilleuses pépites en demi teintes, nostalgiques et innocentes, évoquant l'univers californien. La simplicité d'interprétation est au service de ces morceaux carrés et qui tournent à 100 %. Fade away se fait tour à tour romantique puis punchy ("I don't know how"), mais beaucoup moins naïf et plus abouti que Crazy for you.

Si vous aimez Fade Away, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Best Coast


California Nights


Critique d'album

Best Coast


Crazy For You


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également