↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Agora Fidelio


Les Illusions d'Une Route - Vol.1 : Barcelone


(21/09/2010 - Jerkov - Rock Aérien - Genre : Rock)
Produit par

1- Les Métamorphoses / 2- Il Est Des Livres / 3- L'Horizon / 4- Le Pharaon Blanc / 5- GPS / 6- Je Suis Venu
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (8 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Premier étape d'un album concept signant le retour d'Agora Fidelio."
Jerome, le 27/09/2010
( mots)

On pensait l’histoire entendue. Après l’annonce du départ de Milka de l’aventure Psykup afin de pouvoir se consacrer pleinement à My Own Private Alaska, on ne donnait pas très cher de la peau d’Agora Fidelio, le plus abouti des side-projects gravitant autour du collectif toulousain. Même si officiellement toujours en activité, tout les membres avaient l’air si occupé qu’on n’espérait pas avoir si rapidement des nouvelles du groupe.

Mais c’était sans compter les ressources de tout ces acteurs de la scène Antistatic. Car en plus de se rappeler à notre bon souvenir, les membres d’Agora Fidelio reviennent avec un concept album. Les Illusions d’Une Route sera donc une triple réalisation aux sorties différées. Pour sa quatrième production, le groupe ne fait donc pas les choses à moitié. Trois lieux, trois dates pour trois albums composés chacun de six pistes et, comme on peut facilement l’imaginer, certainement construits autour de trois ambiances bien distinctes.

Première étape de ce voyage musical, direction Barcelone pour voire se dessiner les premiers pavés de cette route prometteuse. Prompt à dresser ces atmosphères devenues leur marque de fabrique, le groupe reprend les choses un peu la où Le Troisième Choix les avait laissées. Montées en puissance sur le fil du rasoir, ambiances riches et introspectives pour mieux embarquer l’auditeur, le tout souvent ponctué par un dénouement abrupt afin de mieux lui laisser le soin de négocier son propre retour à la réalité ("Les Métamorphoses", "L’Horizon"). A n’en pas douter, Agora Fidelio sait jouer avec le ressenti comme personne. Aussi facilement que le final de "Il Est Des Livres" fait des merveilles. Et en alternant lyrisme dépouillé et rage incandescente, en mêlant cet espoir sans artifice à cette nostalgie teintée de regrets, le groupe parvient même à atteindre la grâce au détour de "GPS". Réussissant à gratter exactement là où il faut et porté par un texte autant universel qu’intimiste, ce titre confession apparaît comme une des meilleures réalisations du groupe à ce jour. Sans oublier de nous laisser comme un arrière goût un peu amer au fond du palais et une larme au coin des paupières sur un final à fleur de peau. Une mise en condition âpre mais parfaite pour "Je Suis Venu", chargé de clôturer cette première trajectoire en direction de la capitale Catalane.

Nul ne sait encore comment, et quand, se déroulera la prochaine virée en direction cette fois de Bagdad, deuxième étape de cet album. Mais rappelons juste, au passage, que Les Illusions d’Une Route sort en autoproduction totale. Pas de label. Pas de distribution. Juste l’envie, le goût du partage et le support du public. Et rien que pour ça, vous ne pouvez pas passer à côté de ce Barcelone, étant donné que c’est l’unique façon pour qu’Agora Fidelio continue son voyage. A bon entendeur...

Si vous aimez Les Illusions d'Une Route - Vol.1 : Barcelone, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Pearl Jam


Gigaton


"

Si tout le monde connaît l’adage “qui aime bien châtie bien”, il semblerait que certains fans aient du mal à laisser leur formation fétiche se faire vertement critiquer, quand bien même elle n’aurait à l’évidence pas réellement cherché à se surpasser. Qu’on ne s’y trompe pas : Pearl Jam est un grand groupe, l’un des meilleurs à avoir émergé durant la décennie 90, une formation techniquement solide, artistiquement intègre et qui peut de surcroît compter sur un chanteur d’exception, mais un groupe qui a eu un peu trop tendance à vivre sur ses acquis durant les vingt dernières années. D’aucuns auront pu se contenter des corrects Lightning BoltBackspacerRiot Act et autre PJ (on peut même y ajouter un ou deux disques au passage) tandis que d’autres auront conspué le quintette de Seattle pour son évidente paresse. Rétrospectivement, et à l’écoute de ce Gigaton assez inespéré, ces derniers n’avaient pas tort, même si l’horizon Ten - Vs - Vitalogy paraît encore bien loin.

"
À lire également