↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Groupe

Amon Düül II


Autres (Kraütrock, Kosmiche Musik, Psy)

Membres :
Peter Leopold (Batterie, Percussions, Piano)
Renate Knaup (Chant)
John Weinzierl (Guitare, Chant, Basse, Piano)
Chris Karrer (Violon, Guitare, Chant, Saxophone)
Falk U. Rogner (Orgue, Clavier, Synthé)
Dave Anderson (Basse)
Lothar Meid (Basse, Contrebasse, Choeurs)
Christian "Shrat" Thierfeld (Bongos, Violon, Chant)

Sites :
Amon Düül II
Formé à Munich en 1967, le projet Amon Düül est né d'une communauté hippie très engagée politiquement, invitant toute personne, musicienne ou non, à participer à de gigantesques sessions musicales, improvisées sous psychotropes. En 1968, sous l'impulsion de pensées artistiques et idéalistes divergentes, une scission s'opère entre le projet initial et un organe indépendant désirant composer une musique plus élaborée et ambitieuse. Ainsi naquit Amon Düül II, considéré comme l'un des fondateurs du renouveau musical allemand des années 70 et les pionniers d'un mouvement libre de tout dogme: le Kraütrock.
Album Studio
Album Studio
Compte-rendu de concert
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également