↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

London Grammar


Date : 13/11/2013
Salle : L'Aéronef (Lille)
Première partie : Tamara Goukassova
Caroline BT, le 18/11/2013
( mots)

C’était une foule impatiente qui attendait London Grammar à l’Aéronef le mercredi 13 novembre 2013. Ce trio anglais de trip hop était loin de se douter de l’accueil chaleureux qu’allaient leur réserver les lillois venus en nombre. Peut-on parler de succès fulgurant ? En effet, ce n’est pas si souvent qu’un tout jeune groupe remplit une salle aussi rapidement.
Fort d’une tournée à guichets fermés outre-manche, le groupe est embarqué dans le festival des Inrocks 2013. Le buzz et la radio feront le reste. London Grammar a une histoire assez simple : deux musiciens cherchent une chanteuse (belle si possible). Ils trouvent la perle : Hannah Reid, qui, en plus d’avoir un talent vocal hors du commun, possède un charme fou. Résultat : un premier album, If You Wait sorti en septembre et une nomination aux Mercury Prize.

Comme il faut bien une première partie, c’est Tamara Goukassova qui s’y colle. Seule en scène avec son clavier et son ordinateur, elle interprète une sorte new wave très épurée. Vêtue d’une robe noire courte et ajourée dans le dos, elle porte des petites lunettes de vue noires. Probablement étonnée de se retrouver devant une salle comble, elle a tenté de jouer la dérision avec le public, en vain. Interprétant ses titres en anglais, dont une reprise de Johnny Cash, elle a chanté près des spectateurs dans la fosse pour son dernier morceau. Mais cela n’a convaincu personne, elle-même peinant parfois à se motiver.

Après ce fiasco, on était en droit d’attendre un concert parfait. Même si London Grammar s’est fait désirer, l’attente des spectateurs fut récompensée. C’est une bulle d’oxygène et d’émotion que nous ont insufflé les anglais. Une courte prestation d’une heure, mais à ce tarif et avec cette intensité, personne n’a pu être déçu par ce concert. L’entrée en scène d’Hannah est époustouflante, tant sa voix envahit l’enceinte de l’Aéronef, aux premières notes du déjà classique "Hey now". Chacun retient son souffle à l’écoute des premières jolies vocalises de la jeune anglaise, qui sont une superbe introduction à ce titre phare. A ses côtés, discrets : Dan Rothman le guitariste, et Dot Major au clavier. Evidemment, quelques accords ("Shyer") évoquent les prodigieux XX, mais au fil du concert, les envolées lyriques d’Hannah et les percussions de Dot ("Flickers") nous emmènent dans un nouveau son trip hop. Sa voix de velours d’une pureté rare plante le décor : la soirée sera romantique, voire un peu mélo-dramatique. Mais on se trompe, car même si Hannah a un physique de petite fille modèle avec sa robe blanche et ses longs cheveux blonds, elle aime taquiner Dot sur ses capacités en français entre deux chansons. Les titres défilent sans fausse note, nous faisant découvrir la virtuosité de Dan aux cordes. Puis arrive l’étonnante reprise de "Nightcall" (Kavinsky), qui met en valeur le talent de Dot aux percussions. Saluée par des applaudissements nourris, chacun se félicite que la prestation live s’avère encore meilleure que sur l’album. La suite est encore plus réussie avec le parfait " Waisting my young years", annoncé par Dot en français "On l’entend souvent à la radio", applaudit en rythme avec ferveur par le public. Après un "Merci, c’est incroyable !" aux spectateurs de l’Aéronef, London Grammar est revenu pour un rappel triomphant avec "Wicked games". La reprise de Chris Isaak est parfaite, l’émotion reste intacte malgré les années et les nombreuses covers de ce morceau.

Ceux qui ont découvert Bat For Lashes en 2006 ou Arctic Monkeys en 2005 pour leur première en France à l’Aéronef, savent qu’ils ont assisté à la naissance d’un groupe des plus prometteurs.

Photos London Grammar l’Aéronef Lille le mercredi 13 novembre 2013

Setlist London Grammar l’Aéronef Lille le mercredi 13 novembre 2013

1 Hey now
2 Darling are you gonna leave me ?
3 Interlude
4 Shyer
5 Strong
6 Stay away
7 Flickers
8 Nightcall (reprise Kavinsky)
9 Waisting my young years
10 Metal and dust (We argue we don’t fight)

Rappel
Wicked games (reprise Chris Isaak)

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également