↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Kadavar


Date : 20/11/2014
Salle : Les 4 écluses (Dunkerque)
Première partie :

D'un côté un trio de classic rock rétro qu'on n'a plus vraiment besoin de présenter et de l'autre un duo de motards rockeurs qui a enregistré son album dans un garage : Kadavar+ The Picturebooks, deux ambassadeurs du rock allemand convaincants et surpuissants. 

Maya Enib, le 04/12/2014
( mots)

Au départ j’étais venu voir Kadavar et ses 3 membres atypiques, histoire de faire un voyage dans le temps la durée d’une soirée. Et pour çà j’ai été comblée car lorsque je les ai croisés dans les couloirs avant le concert, Simon, dit Dragon, avec son costume en velours noir moulant torse apparent, Christoph, dit Tiger, avec son petit pull court à long poils noirs et tous trois portant des pantalons à pattes d’eph, j’ai fait un bond en arrière d’au moins 50 ans (mais où trouve-t-on encore ce genre de fringues ?). Mais c'était sans compter la belle surprise que nous réservait la première partie: The Picturebooks. 

Les portes s’ouvrent à 20h30, heure mentionnée sur la place de concert mais en réalité il faudra encore patienter une bonne demi-heure avant de voir arriver la première partie sur scène. Et là : attention les yeux et les oreilles ! The Picturebooks sont des monstres sur scène qui font exploser les décibels! Chaque semblant de mélodie est tempéré par des cris. Le groupe explore des sons inhabituels et canalise les bruits chaotiques. Alors que la majorité des spectateurs traine encore dehors je retourne au bar récupérer des bouchons d’oreilles. Erreur. Quand je reviens, une masse s’est formée devant la scène et je ne vois plus grand-chose. J’aperçois le visage de Fynn en sueur après seulement quelques minutes, ses cheveux bruns ondulés collés sur le visage, ce qui ne l’empêche absolument pas de chanter. Du batteur, Philipp, je ne vois que ses bras qui tels des massues, frappent simultanément et puissamment les fûts. Le public est sans voix tant la prestation est exceptionnelle. Ce duo de batterie/guitare, instruments auxquels tout un tas d’accessoires viennent se greffer, est une belle découverte. Après une bonne demi-heure, les deux jeunes hommes nous saluent et quittent la scène. Et tandis que Philipp range le matériel, Fynn s’occupe de la vente des produits dérivés. Pour Kadavar il faudra encore patienter un peu. Alors qu’un technicien se charge de la mise en place des instruments, du contrôle des accords et du son, la majorité de la foule quitte la salle comme s’il s’agissait d’un entracte. Pour ma part j’en profite pour me glisser au troisième rang. Et lorsque le groupe Berlinois remonte en fin sur scène il est déjà plus de 22 heures ce qui ne semble absolument pas surprendre le public  venu les vénérer. Nombreux sont ceux d’ailleurs ayant pris soin de se vêtir de la même façon que leurs idoles. Et après seulement quelques titres, le public est en transe, chahutant au devant de la scène comme lors d’un bal de carnaval. Les musiciens restent pourtant imperturbables. Un bassiste impassible et immobile, un batteur "leader" au centre de la scène, cheveux au vent grâce à un ventilateur type pub L’Oréal, et un chanteur dans un coin, à l’écart, chantant dans l’ombre, tel un nouveau Sia version Metalleux ?

Entre chaque titre, les bières défilent sur scène comme en salle. Juste avant de quitter l’estrade, le groupe joue l’un de ses plus gros tubes "Come Back Life". Le public est déchaîné et s’époumone à la fin du morceau pour les rappeler. Mais Kadavar aime se laisser désirer. Ce n’est qu’après de longues minutes, alors que les plus impatients ont déjà quitté la salle, que Kadavar revient pour deux derniers titres "Goddess of Dawn" et "All Our Thoughts" qui relancent l’ambiance carnavalesque dans le public. Et lorsque le groupe salue définitivement ses fans, c’est la salle entière qui fait la queue au point de vente. Alors que l’on peut facilement discuter avec les membres du groupe The PictureBooks, c’est une tierce personne qui se démène derrière le comptoir vendant T-shirts et albums de Kadavar comme des petits pains. Kadavar n’est déjà plus accessible. Bientôt il sera peut-être impossible de les voir jouer dans ce type de salle. 

 

Bilan : Originaux et mythiques, les deux groupes ont réalisé des prestations énergiques et puissantes sur scène, aussi épuisantes mentalement que physiquement.  Deux groupes allemands qui  se sont rencontrés aux Etats-Unis en début d’année. Alors que Kadavar assurait sa tournée américaine, The Picture Books sillonnait les routes en harley sans label et avec seulement deux dates à assurer au départ. C’est donc un peu par hasard qu’ils se sont greffés à la tournée européenne de Kadavar. Et tant mieux car la combinaison était parfaite. Les deux groupes se complétaient parfaitement. Attention cependant à ce que Kadavar ne devienne pas un produit marketing au détriment de son premier dessein : la musique. Si ce n’est pas déjà fait..

 

 

Setlist Kadavar: 1-Liquid Dream 2- Living in Your Head 3- Doomsday Machine 4- Into The Night 5- Eye of the Storm 6- Broken Wings (Aqua Nebula Oscillator cover)7- Black Sun 8- Forgotten Past 9- Black Snake 10- -Creature of the Demon11-Purple Sage 12- Come Back Life

Encore:

13-Goddess of Dawn 14-All Our Thoughts 

 

Crédit photo: Ludo Dujardin

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également