↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Ez3kiel


Date : 04/04/2010
Salle : Grand Mix (Tourcoing)
Première partie : Vuneny
Christophe, le 08/04/2010
( mots)

La tournée "Collision Tour" initiée en 2009 par le label Jarring Effects joue les prolongations et s'arrête au Grand Mix ce soir. Ce qui frappe en entrant dans la salle est l’amas de matériel occupant la scène. Les 2 batteries et le vibraphone culminent à près de trois mètres de haut. En bas un long alignement d'amplis est prêt à délivrer les décibels.

En 1ère partie, les deux bosniaques de Vuneny nous livrent leur musique post-rock mêlée d'électro. A l'occasion de cette tournée, ils sont accompagnés par le batteur d'ez3kiel. Les morceaux mélangent subtilement les influences mais les passages de guitare saturée, beaucoup plus lourds et noirs, prédominent. Tout ce qu’il faut pour préparer la salle, comble, à accueillir les têtes d'affiche.

Vient donc la Collision : Ez3kiel vs Hint. Sur scène, l’univers graphique si raffiné d’ez3kiel a laissé la place à la seule ambiance industrielle : sombre, métallique et froide, comme la musique issue de la rencontre des deux groupes. C'est un à un et dans la pénombre que les six musiciens entrent sur scène. Ils joueront d’ailleurs dans l’ombre jusqu’au finish. Leurs voix et leurs instruments se rejoignent sur "100% White Puzzle". Hint ne l’avait pas joué en concert depuis près de 10 ans. Ce titre lancinant voire inquiétant ouvre donc le set. Les mélodies sont riches : cuivres, percussions puis guitares saturées et clavier. Le ton est donné. Que c’est bon.

"Via Continum", titre d’Ez3kiel, apporte un peu d’une douceur toute relative malgré les guitares plus sauvages qu’à l’origine. La salle exulte et en redemande. Les titres de chacune des deux formations se succèdent alternativement. Les deux angevins de Hint apportent aux titres d’ez3kiel un coté brut, moins ciselé et délicat.

On reçoit une bien belle claque avec "Versus" en version totalement débridée. Joan finit debout sur son clavier. Le set vire vers la noise indus et approche parfois du métal, tout en préservant des espaces plus mélodiques et souvent planants faisant vibrer la salle. Les nouveaux arrangements semblent finalement couler de source, tout est très cohérent.

Au départ si étonnante, cette association avec Hint semble confirmer le virage vers l’électro-rock voire la noise déjà pris par ez3kiel avec l’album Battlefield, les éloignant davantage de l’électro-dub. "Handle with care" est bien loin. On est un peu groggy et le coup de grâce est porté lors du rappel avec "Firedamp" : batterie explosive et hurlements redoutables. Les deux groupes nous ont plongé dans un univers atypique, lourd et puissant, que toute la salle a apprécié.


Les titres joués respectent la set-list habituelle du Collision Tour (que vous pourrez retrouver sur le CD-DVD édité fin 2009) :
100% White Puzzle
Via
Beautiful Old Betty
Wagma
Mr Investigator
Chinatown
The Wedding
Flexible
Versus
Eyes in Axis
Volfoni’s Revenge
---
Firedamp




Une entrevue avec Ian et Matthieu, bassiste et batteur d’ez3kiel, m’a appris qu’il n’y aura pas de nouvel album à court terme. Mais bonne nouvelle, un nouveau projet live de collaboration sur la base de “Naphtaline”, avec un orchestre lillois cette fois-ci, devrait voir le jour en 2011. Virage dans l'autre sens donc.

 

Accès aux Photos live :

- photos Ez3kiel vs Hint

- photos Vuneny 

 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également