↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Chronique Livre

NOFX - baignoires, hépatites & autres histoires


La traduction est de Pascal Benvenuti (fondateur de feu le label "Et Mon Cul C'est Du Tofu?" et membre de groupes aux noms improbables: Besoin Dead, Comité Défaite, Les Louise Mitchels, Les Merguez Sauvages, Micropenis, Moustafa Moustache...), et dès sa préface, on a le sentiment que l'on est entre de bonnes mains, malgré deux disparitions d'amis en quatre pages. Ce sentiment perdurera tout au long du livre (comme les nombreux décès), qui ne compte aucun temps mort.


A noter que la version originale (parue chez DaCapo Press en 2016) a été écrite par Jeff Alulis, plus connu sous le pseudo Jeff Penalty qu'il utilisa au chant des [g]Dead Kennedys[/g]). Et la préface de la version anglaise, signée Billy Joe Armstrong ([g]Green Day[/g] n'est pas reprise dans cette édition, tout comme la fameuse photo parue en 1993 dans Rolling Stone, où le batteur Smelly se fait un shoot d'héroïne.

"Une excellente autobiographie par les rois du punk à roulettes russes"
Rudy, le 29/04/2021
( mots)

Nous entrons donc dans la bain dès les premiers mots du leader de NOFX, Fat Mike (basse, chant): "La première fois que j'ai bu de la pisse, c'était sur des escaliers de secours dominant le downtown de Los Angeles." Mais ne méprenez pas vos esgourdes chastes, car l'ouvrage est bien plus profond que cette entrée en matière scato.
.
Les côtés sombres de chaque membre du groupe (passé ou présent): enfance, alcool (parfois dès 10ans), dope, violence de gangs, alternent avec des moments plus légers où l'on croise entre autres: des jumeaux nains, Josh Brolin enfant, Chuck Norris, Sammy Davis jr, l'arbitre de 'Karate Kid', ma sorcière bien-aimée, Charles Bukowski, Gloria Estefan, Courtney Love, Billie Joe Armstrong kidnappé par accident alors qu'il était enfant... voire hilarants: les cymbales qui reviennent dans la tronche car accrochées sur des cordes, la seule rencontre entre Smelly (batteur) et une certaine Sandra... ou quand Smelly toujours, enchaîne deux concerts par soir, à cause d'une serviette...
.
Mais le livre est loin de n'être qu'un enchaînement de conneries faites pendant des beuveries backstage, au contraire. Des moments très forts sont présents comme rarement dans une autobiographie rock. Des révélations chronologiques que les membres du groupe se font par livre interposé (celle de Mike envers Melvin à propos d'Iris est particulièrement glaçante...) qui donnent à l'ouvrage un côté roman choral très à-propos. D'aveux d'échecs occasionnant divers drames humains, en passant par les désirs de travestissement de Mike, sa campagne anti-Bush (et les deux compils Rock against Bush) et jusqu'à l'accompagnement de sa mère vers la mort: le livre secoue souvent.
L'on y parle aussi (quand même) de musique, et notamment des premières tournées où le groupe, de l'aveu de tous, était médiocre, provoquant chez les spectateurs de la rage ou une ignorance totale. Et chez les patrons de salles? De meilleurs cachets pour NE PAS qu'ils jouent! Certainement que ces galères formatrices ont influencé le refus ultérieur du groupe de signer sur une major à l'époque où Green Day et The Offspring deviennent millionnaires avec les albums Dookie et Smash.

Tout cela nous donne le sentiment que les membres sont honnêtes et portent un regard lucide sur leur passé, n'éludant ni les problèmes internes à la formation californienne, ni les déchéances personnelles. Et si certains souvenirs ressemblent aux rêves de Bernie Noël, d'autres sont encore pires.

Ne vous arrêtez pas à cette couverture dégueulasse et courrez chez votre revendeur le plus proche pour une bonne dose de sensations fortes. Vous ne verrez plus votre égouttoir à pâtes du même œil. Ni votre taie d'oreiller.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/0f8bcf4e9ea7de3ac6519c0679a4fb84/web/chronique.php on line 71
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

VOLA


Witness


"

Il leur aura fallu le temps, mais on peut désormais l’affirmer sans fard : sur son troisième album, Vola a trouvé tout à la fois son style et sa force de composition. Si les danois avaient su jusqu’ici faire preuve d’éclectisme et d’ouverture d’esprit dans leur metal progressif à accointances électro-djent, on ne les avait encore jamais vus aussi robustes que sur ce Witness qui jette un très gros pavé dans la mare du milieu, au point désormais d’éclabousser à grosses gouttes les cadors du genre, TesseracT en tête. Carrément.

"
À lire également