↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Billet Albumrock

Albumrock l'Emission n°8 - rétrospective 2010 - 2015, metal (2ième partie)


Nicolas, le 20/06/2016

Suite de notre série de podcasts consacrés à la rétrospective 2010 - 2015, avec la seconde moitié de notre analyse des productions metal de la période.

On vous brosse la trajectoire des rescapés du nü metal avec des OVNI comme Deftones et Slipknot. Après, en vrac : on ne s'attarde pas trop sur Converge qu'on connaît peu, on essaye de vous convertir au metal extrême avec les frenchies de Gojira, on revient sur le duo heavy metal en voix clair Trivium - Alter Bridge, on essaye de défendre Machine Head, encensé par le milieu mais peu prisé par chez nous, et on vous initie à un nouveau genre métallique, le djent, avec Periphery. Alors que le Download et le Hellfest sont désormais derrière nous, accompagnez-nous une dernière fois chez les headbangers.

Prochain épisode : le stoner !

Intervenants : Alan, Etienne, Maxime et Nicolas

Prise de son, réalisation et montage : Matt

Commentaires
Etienne, le 23/06/2016 à 09:30
Non non c'était tout bon. Je fais juste référence à la 26ème minute du podcast où on épelle tous ensemble le mot pour Maxime ^^
Nicolas, le 23/06/2016 à 09:02
J'avais mis quoi ? Djeng ? Djbouing ?
Etienne, le 22/06/2016 à 17:44
Djent ! D-J-E-N-T. J'adore ^^
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également