↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

ZZ Top


ZZ Top's First Album


(16/01/1971 - London Records - Rock Blues - Genre : Hard / Métal)
Produit par Bill Ham

1- (Somebody Else Been) Shaking Your Tree / 2- Brown Sugar / 3- Squank / 4- Goin' Down To Mexico / 5- Old Man / 6- Neighbor, Neighbor / 7- Certified Blues / 8- Bedroom Thang / 9- Just Got Back From Baby's / 10- Backdoor Love Affair
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (6 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Tempête dans le monde du blues-rock : le trio texan signe son acte de naissance"
François, le 16/01/2021
( mots)

1969, Texas. Cette année, Billy Gibbons décide de fonder un groupe dont le nom traverse les âges sans que le mystère autour cette étrange appellation ne soit dissipé (marque de bière, choix stratégique pour le rayonnage des disquaires, hommage à BB King ou ZZ Hill …). Un groupe qui deviendra même le porte-drapeau musical de son Etat, j’ai nommé ZZ Top. 


Ses deux acolytes, Dusty Hill (basse et chant - plus aigu et moins roque que Gibbons) et Franck Beard (à la batterie, c’est le seul qui, malgré son nom, ne portera pas la longue barbe emblématique), forment à ses côtés un trio inséparable, qui se maintiendra tel quel durant des décennies, chose assez remarquable pour être signalée. Sans affirmer que c’est un exemple unique, rares sont les groupes qui possèdent une aussi longue carrière avec un line-up affichant une telle stabilité. 


En regardant les photographies du groupe, on constate que le look des ZZ Top, celui-là même qui les fait connaître au-delà des amateurs – les barbes qui chatouillent les orteils – n’est pas encore trouvé. Par contre, musicalement, les bases de leur identité sonore des seventies sont déjà bien rodées. En effet, loin d’être un groupe de hard-rock un peu kitsch quoiqu’inventif (entendez la version 1980’s du trio), ZZ Top est avant tout une formation de blues-rock un peu musclée. C’est donc cette caractéristique qui domine l’esthétique de ce premier album sobrement intitulé ZZ Top’s First Album


Du blues donc, un peu boogie ("Squank"), un peu plus rock et débordant de groove ("Neighbor, Neighbor" ou le single au faible succès "(Somebody Else Been) Shaking Your Tree") voire puriste mais toujours saturé (le bien nommé "Certified Blues") même quand ils ajoutent une touche de soul ("Just Got Back from Baby's"). Les compositions sont assez irrésistibles dans leur genre, même quand la structure est assez classique ("Bedroom Thang" n’a rien d’original mais endiable facilement l’auditeur qui s’envole dans un claquement de doigts frénétique), et c’est ce qui fait le génie du groupe : il parvient à transcender un genre assez convenu. 


C’est ainsi que certaines pistes prennent un relief plus important que d’autres, et dessinent déjà les patrons de la première époque du groupe. Vivez l’ambiance Route 66 un peu lourde, qui les rapproche du rock sudiste balbutiant, sur "Going Down to Mexico", où ils se permettent une belle transition vers le solo ainsi bien mis en avant. Enivrez-vous du folk-rock un peu roots d’ "Old Man" avec triple dose de bootleneck dans un registre southern-slow


Surtout, ce premier album dévoile un Billy Gibbons maître de sa guitare, offerte par Jimi Hendrix en personne, c’est dire le chaperonnage que ZZ Top obtient avant même sa naissance. Ses soli très variés, toujours faussement hésitants, plein d’effets de manche, sont souvent incroyables. A ce titre, il est indispensable d’écouter "Brown Sugar" qui, honnêtement, en vaut bien un autre avec lequel il n’a rien à voir. La guitare domine ce titre commençant sur un blues à l’ancienne, tout en douceur, pour amener le riff le plus costaud de l’album. Dès cette introduction, Gibbons fait défiler les notes avec précision et savoir-faire, pour ensuite multiplier les fioritures et lancer un chorus plein d’entrain. De loin, il s’agit du meilleur titre de l’album et, tout personnellement, de l’un de mes morceaux préférés du groupe. 


1971, Texas. La bête est prête à envahir les ondes et les salles de concert. ZZ Top fait son entrée dans le monde de la musique et le blues-rock n’aura jamais plus la même face avec cette petite révolution. 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

ZZ Top


Eliminator


Critique d'album

ZZ Top


El Loco


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également