↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Wytch Hazel


II: Sojourn


(13/07/2018 - Bad Omen Records - Hard-Rock Revival / Heavy trad - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- The Devil Is Here / 2- Save My Life / 3- Still We Fight / 4- Wait On The Wind / 5- See My Demons / 6- Barrow Hill / 7- Chorale / 8- Slaves To Righteousness / 9- Victory / 10- Angel Take Me
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Confirmation d'un potentiel exceptionnel, II: Sojourn rend Wytch Hazel incontournable"
François, le 22/08/2020
( mots)

Ne vous êtes-vous jamais demandé ce qu’observait le chevalier de la pochette d’Argus, scrutant l’horizon l’arme à la main ? Bien qu’inspiré par Wishbone Ash, Wytch Hazel ne répond pas à cette question, mais propose peut-être un aperçu de ce à quoi pouvait ressembler ce soldat vu de face. Le cavalier conserve néanmoins de nombreux mystères : qui est-il ? Où va-t-il ? Quel est son visage ? Il offre par contre bien des promesses sur le contenu de II : Sojourn


Après un premier coup remarquable (Prelude, 2016), Wytch Hazel suscitait bien des attentes parmi les amateurs de hard-rock mélodique typé 1970’s et d’univers médiévaux. Deux ans plus tard, ils offrent au public un nouvel opus exceptionnel et difficilement attaquable. C’est aussi grâce à celui-ci que le groupe est un peu sorti de l’ombre, quoiqu’il demeure encore trop méconnu au regard de son talent. 


Ceux qui ont apprécié – comment peut-il en être autrement ? – Prelude seront évidemment comblés tant Wytch Hazel affirme ses choix esthétiques. Une petite nuance peut-être, il semble un peu plus heavy, dans une inspiration issue de la NWOBHM (déjà perceptible en 2016). Après tout, Colin Hendra a fait ses classes chez Angel Witch, une des formations phares de l’époque (écoutez l’album éponyme de 1980). 


Ainsi, l’opus s’ouvre sur des morceaux assez musclés qui peuvent dérouler des rythmiques et des riffs ciselés. Dès le premier titre, "The Devil Is Here", on remarque ce léger tournant heavy, qui n’exclut en aucun cas un travail toujours très minutieux sur les mélodies et l’harmonie entre les instruments (notamment les guitares qui dialoguent allégrement entre elles). Wytch Hazel développe ainsi un hard-rock de haut-vol illustré par des morceaux comme "Slaves to Righteousness" ou "Still We Fight". La première partie de l’album, qui se concentre sur cette orientation esthétique, est très convaincante : un sommet est même atteint avec "Save my Life". Introduction épique, couplets puissants en contraste avec un refrain plus apaisé qui mêle arpèges et accords plaqués : une architecture dont le groupe a le secret et qui est ici particulièrement bien agencée. Une bonne façon de découvrir le groupe dont le style est ici condensé avec ses plus beaux ornements.  


Par ailleurs, le côté folk est bien présent sur des pièces plus douces et (partiellement) acoustiques : "Barrow Hill" rappelle Jethro Tull (sans flûte mais avec des orgues datées), "Angel Take Me" ferme l’album avec solennité, et "Wait On the Wind" est une magnifique ballade où la guitare powellienne parsème le titre d’interventions minutieuse jusqu’à la montée en puissance vers un chorus mémorable. La touche Wishbone Ash est d’ailleurs récurrente, en témoigne l’introduction à la mélodie médiévale de "See my Demons" … Quand ce n’est pas Thin Lizzy qui s’invite sur le fabuleux "Victory". Des références déjà soulignées dans Prelude, qui sont des chaperons suffisamment éminents pour être mentionnés derechef. 


Si Wytch Hazel avait jusqu’alors échappé à votre vigilance, il est impératif de leur accorder au moins une écoute. En deux albums, ce jeune groupe propose, dans le courant revival, un véritable renouvellement et un début de carrière digne des plus grands. 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Wytch Hazel


III: Pentecost


Critique d'album

Wytch Hazel


Prelude


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également