↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Triumph


Progressions of Power


(25/03/1980 - Attic - Hard-Rock, parfois prog' ou AO - Genre : Hard / Métal)
Produit par Triumph

1- I Live For The Weekend / 2- I Can Survive / 3- In The Night / 4- Nature's Child / 5- Woman In Love / 6- Take My Heart / 7- Tear The Roof Off / 8- Fingertalking / 9- Hard Road
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Dans les pas de Just a Game, Triumph dans sa version la plus brute"
François, le 09/09/2021
( mots)

A partir de Just a Game, Triumph a presque totalement abandonné ses velléités progressives qui avaient mâtiné son hard-rock jusqu’alors. Leur musique se voulait plus directe, très américaine dans son interprétation, sans manquer de virtuosité (Emmett est un guitariste épatant), et le succès était au rendez-vous. 


En 1980, le groupe décide de ne prendre aucun tournant spécifique lié au changement de décennie (n’attendez pas de claviers dégoulinant) et continue sur sa lancée avec Progressions of Power, digne successeur du troisième opus. Un album tout fait de hard-rock parfois grandiloquent mais sans ambition progressive, si ce n’est la pièce classique/flamenco "Finger Talkin’", écho époustouflant à "Fantasy Serenade" et petite autosatisfaction du guitariste qui se déclinera de disque en disque. 


Il faut donc vous attendre à un Hard-Rock très typé outre-Atlantique tout au long des quarante minutes gravées sur vinyle. "I Live for the Weekend" où la débauche de notes et le rock’n’roll revisité sévissent efficacement, rappelle un peu le voisin Ted Nugent du Michigan. Cette orientation se retrouve avec beaucoup de classe sur "Nature’s Child", un hard-rock séduisant et assez bluesy dans son approche (l’intro évoque un peu Deep Purple – "No No No"), ou bien servie par des claviers typés 1970’s sur "Woman in Love". Sur Progressions of Power, Triumph propose souvent des morceaux plutôt calibrés, mais la sauce prend et monte facilement : le son Heavy de "Tear the Roof Off" nous entraîne immédiatement dans sa vague, tandis que "Hard Road" brille par ses ornements andalous et son refrain accrocheur (ne prenez pas peur sur l’introduction un peu FM). Une démonstration de force pour Rick Emmett sur ce beau titre de fermeture. 


Le seul single ayant connu un petit succès, "I Can Survive", joue la carte attendue du contraste entre arpèges et accords plus saturés, avec un refrain à la Toto téléguidé. Un côté grand public qu’on retrouve par ailleurs dans certains traits du chant et dans la présence de chœurs sur "In the Night", mais cela est contrebalancé par le fait qu’il soit interprété viscéralement et possède d’excellentes interventions de guitare. Il faut l’avouer, nous sommes moins convaincus par l’expérience de crooner sur "Take My Heart", composition toujours incompréhensible … Bref, Triumph aguiche, mais mis à part ce faux-pas, il ne perd pas sa boussole électrique. 


Progressions of Power ne fut pas un triomphe (impossible de ne pas la faire celle-ci) pour le groupe, tout en préparant le terrain pour des choses bien plus époustouflantes. Car si Triumph fut dans l’ombre de Rush, au moins dans la postérité, Progressions of Power est indubitablement dans l’ombre d’Allied Forces, le chef-d’œuvre du groupe.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Triumph


Allied Forces


Critique d'album

Triumph


Just a Game


Critique d'album

Triumph


Rock & Roll Machine


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également