↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Toehider


What Kind of Creature Am I?


(11/07/2014 - Auto-production - Prog déjanté - Genre : Rock)
Produit par Mike Mills

1- You And I Both Lose (But 5 Wins) / 2- Whatever Makes You Feel Superior / 3- The Thing With Me / 4- What Kind Of Creature Am I? / 5- Smash It Out! / 6- Spoilt For Choice / 7- Whoa! / 8- Under The Future, We Bury The Past / 9- Meet The Sloth / 10- Geese Lycan
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Une drôle de créature en provenance des terres australiennes"
Franck, le 28/02/2022
( mots)

Même si elle a pu compter récemment sur des valeurs sûres comme Courtney Barnett, Tame Impala ou King Gizzard And The Lizard Wizard, il faut bien admettre que la scène australienne se montre relativement timide face aux mastodontes anglo-américains et à la déferlante scandinave. Et pourtant cette grande région d’Océanie n’en reste pas moins une terre fertile pour le rock, même si certains de ses plus talentueux représentants font office de découvertes à retardement (à l’image de nos récentes chroniques de Karnivool).


Nouvelle preuve de cette richesse musicale : Toehider. Un projet - quasi solo - mené depuis 2008 par Michael Mills, un artiste surdoué et particulièrement prolifique qui évolue dans un registre rock/metal progressif complètement barré. Autant dire qu’à travers une musique affranchie de toute limite créative, Toehider vous réserve son lot de surprises et de bizarreries. Loin d’être un inconnu au sein de la communauté progressive, ce talentueux musicien basé à Melbourne a pu se faire remarquer en faisant la première partie de certains concerts de Devin Townsend, ou en rejoignant un des opéra-rock de l’auteur-compositeur Arjen Lucassen, alias Ayreon (The Theory Of Everything, 2013).


Rentrons dans le vif du sujet avec le bien nommé What Kind of Creature Am I ?, deuxième réalisation de Michael Mills estampillée Toehider. L’album marque immédiatement les esprits avec un premier morceau complètement fou : un mix improbable de Queen et At the Drive-In pour un rendu aussi détonnant qu’inhabituel. La première immersion dans cet univers farfelu a de quoi décontenancer tant l’approche peut se montrer excessive. Cependant, on se laisse rapidement prendre au jeu, embarqué par cette vague d’énergie décomplexée et cette fougue créative à toute épreuve. On découvre alors un artiste inspiré et passionné; un profil technique extrêmement complet, disposant de saisissantes capacités vocales mais aussi d’un sens aigu de la mélodie.


A peine remis de nos émotions, nous voilà embarqués en plein dans les années 80 avec le titre "Whatever Makes You Feel Superior" : un morceau au groove contagieux qui renforce encore un peu plus les affiliations avec la bande à Freddie Mercury. Tout aussi imprévisible, le morceau nous prend régulièrement à contre-pied à l’image de ces riffs metal surgis de nulle part, ou au détour d’un entracte à l’ambiance épique et cinématographique. Même si cet assemblage hétéroclite semble parfois n’être qu’un grand défouloir un peu fourre-tout, l’ensemble n’en reste pas moins savoureux !


Autant le dire tout de suite : cet album n’a ni queue ni tête. Le titre et la pochette sont finalement assez évocateurs : dix titres, ou plutôt dix créatures, qui disposent chacun(e)s de leur propre identité et terrain de jeu. Dans un style toujours plus délirant, "The Thing With Me" poursuit ainsi sur cette logique de ne jamais se répéter, tout en se permettant toutes les excentricités possibles. L’entreprise pourrait se montrer éreintante à la longue, pourtant Toehider parvient à trouver le juste équilibre en compensant avec des passages nettement plus épurés et immédiats. Ainsi, nous ne serons pas surpris de voir cohabiter des morceaux à la démesure assumée ("What Kind of Creature am I ?", une sorte de pastiche de Muse sous acide) et des ballades pop-rock complètement imparables ("Spoilt For Choice"). Quel que soit le registre abordé, le groupe se montre particulièrement à l’aise et parvient à susciter l’adhésion.


Michael Mills est un musicien polyvalent et particulièrement touche-à-tout. Autant dire que la section instrumentale se montre à la hauteur des ambitions du bonhomme. En atteste le très réussi "Under the Future We Bury the Past" (dans un style qui nous rappellera le David Bowie de Hunky Dory) qui nous sort le grand jeu avec ses sonorités jazzy et son solo de guitare flamboyant.


Aventureuse et techniquement irréprochable, la musique de Toehider reste résolument progressive et n’a aucun mal à s’étendre sur plus de 12 minutes à l’image du titre "Meet The Sloth". Cette fois-ci l’ambiance se fait plus médiévale avec une introduction qui ne dépareillerait pas sur un album de Jethro Tull. L’artiste australien conclue cet album de manière tout aussi radicale qu’il l’a commencé avec le sulfureux "Geese Lycan" : riffs metal ravageurs et chant growl sont au menu, pour un dénouement qui pourra laisser pantois, mais qui reste finalement dans l’esprit de ce disque totalement inclassable.


Avec ce deuxième album, Toehider nous propose une véritable démonstration de son savoir-faire, en déployant un large éventail de styles et d’influences (allant de Queen jusqu’à Devin Townsend) pour un rendu particulièrement convaincant. What Kind of Creature Am I ? est une expérience jouissive et complètement délirante, qui saura marquer les esprits avec ses mélodies entêtantes, sa technicité justement dosée et son second degré parfaitement assumé.


 


A écouter : "You And I Both Lose (But 5 Wins)", "Whatever Makes You Feel Superior ", "Under The Future, We Bury The Past"

Si vous aimez What Kind of Creature Am I?, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également