↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Theo Lawrence & The Hearts


Homemade Lemonade


(09/03/2018 - BMG - Blues Rock Soul Vintage - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Heaven to me / 2- Never let it go / 3- Chew me up / 4- Search your Heart / 5- My sunshine is dead / 6- A house but not a home / 7- Sucker for love / 8- Who was I / 9- Shangai Lady / 10- Count me in tomorrow
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"Le point de départ d'un artiste français à suivre avec attention, entre blues et Soul vintage"
Maxime L, le 25/12/2020
( mots)

Et si l’avenir de la musique vintage américaine était dans les mains d’un petit Frenchy d'à peine 30 ans ?


Précisons le d'emblée, Theo Lawrence, s'il est originaire de région Parisienne est en réalité franco-canadien (c'est un peu le syndrôme Mary Pierce, qui lorsqu'elle gagnait, était décrite uniquement comme française). Et 2018 voit la sortie de son premier album, en compagnie de ses "Hearts" : Homemade Lemonade  véritable petit chef d'oeuvre de blues-rock, ultra référencé, teinté de soul rétro, doux, sucré et parfaitement équilibré.


Passionné de musique depuis son plus jeune âge, et biberonné aux vidéos Youtube retraçant l'histoire de la musique américaine, Theo Lawrence se démarque en 2016 avec un premier EP Sticky Icky très prometteur.


Homemade Lemonade est donc une implacable confirmation du potentiel de Theo Lawrence & the Hearts. L'album, dont le nom est une référence directe au Homemade Ice cream du bluesman américain Tony Joe White, s'ouvre sur un "Heaven to me" au son patiné venu tout droit des sixties. C'est mellow, c'est suave, ça utilise tous les codes qui vont bien (ligne de basse ronde, orgue hammond et choeurs sur le refrain), et même si l'écoute de ce morceau peut désormais pâtir de son utilisation intensive dans une pub pour un fast food, intrinsèquement, ça reste diablement efficace.


Comment résister au groove lancinant de "Never let it go" qui dans sa rondeur convoque le fantôme d'Amy Winehouse tout en commencant à piocher chez les Black Keys en n'en retenant que le meilleur (le petit gimmick au piano, les effets sur les riffs de guitare). Le duo d'Akron est d'ailleurs l'une des multiples influences de Theo Lawrence, qui cite tout autant le Wu-Tang Clan, Aretha Franklin, Dusty Springfield, Creedence Clearwater Revival, Elvis Presley, Alabama Shakes, Bo Diddley ou Stevie Wonder dont l'ombre plane parfois sur le disque (on pense notamment aux claviers de "Chew Me Up", l'une des nombreuses gourmandises de l'album).


Les références sont prestigieuses mais patiemment digérées et retranscrites avec tellement d'intelligence que ça parait prodigieux pour un premier album. A tel point que je vous mets au défi de trouver un premier album étiqueté "soul" aussi classieux. Que ce soit sur les ballades de crooners comme "My Sunshine is dead", ou des morceaux plus entrainants comme "Sucker for love" (qui lorgne aussi du côté d'Akron), la voix de Theo Lawrence est en tous points remarquable. On pense à Chris Isaak par moments mais aussi, accrochez- vous, à Elvis ou Marvin Gaye tant c'est soigné, brillant (sans être trop clinquant) avec cette filiation envers l'Amérique profonde en fil rouge, sans pour autant être dénué d'une vraie personnalité. Ecoutez le chant inspiré de "Shangai Lady" et vous comprendez alors la beauté et le charme de cet album.


Les "Hearts" ne sont pas en reste, chaque ligne de guitare, chaque coup de cymbale est à sa place, ni trop en retrait, ni trop présents, et les arrangements sont absolument limpides. Et que dire de "Search Your Heart", immense joyau digne des plus grandes productions Soul américaines, entre voix de velours, refrain lascif et break aux claviers (quelle beauté !) que n'aurait pas renié Johnny Rivers. Du grand art, et pas loin d'être un des titres les plus soyeux des deux dernières années.


Homemade Lemonade aurait pu être enregistré à Nashville ou Memphis et on y aurait vu que du feu, mais c'est un disque français, enregistré dans les studios BlackBox d'Angers, et qui annonce un artiste à suivre de très près. Theo Lawrence a récidiva l'an dernier, sans ses Hearts, avec un très bon Sauce Piquante encore plus américain, que je ne saurai vous conseiller d'écouter, si la dégustation de ce Homemade Lemonade vous a mis l'eau à la bouche.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également