↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The Rakes


Capture / Release


(20/03/2006 - V2 - Rock anglais - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Strasbourg / 2- Retreat / 3- 22 Grand Job / 4- Open Book / 5- The Guilt / 6- Binary Love / 7- We are all Animals / 8- Violent / 9- T Bone / 10- Terror ! / 11- Work Work Work / 12- All Too Human
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Les quatre londoniens ont mis les doigts dans la prise"
Mathilde, le 27/01/2011
( mots)

Un groupe british à mèches, un de plus. Les quatre compères londoniens de The Rakes se sont -ô surprise- rencontrés sur les bancs de l'école et ont gagné l'estime du public en assurant -ô nouveauté- les premières parties du groupe tendance du moment (Bloc Party en 2004). Du post-punk en bonne et due forme, certes, mais qui a su très justement capter le climat d'urgence fébrile du début du 21ème siècle. Difficile cependant d’avoir un avis définitif sur cet album aux mille épithètes potentielles. Expéditif, hagard, anguleux, rapide, anxiogène, survolté sont au hasard les adjectifs qui bourdonnent dans notre tête tout au long de l’écoute de la galette, alors que les titres se succèdent quasi sans pause.

Les textes se confrontent peu ou prou aux problèmes et aux perspectives de l'existence humaine, dans un quotidien dont les activités se résument à: "Work Work Work (Pub, Club, Sleep)". Au fil des morceaux, le quatuor brosse par touches impressionnistes le portrait de l'humain type des années 2000 : tour à tour animal ("We Are All Animals"), gamin qui s’ennuie ("Work, Work, Work") et citoyen apeuré par les récents attentats ("Terror"), il tente désespérément de reprendre le contrôle d’un rythme de vie qui lui échappe. La lassitude et l'indécision viennent achever ce tableau dans "Retreat" et "Open Book": “Pick up a book/ Put down a book/ Turn on the TV/ It's two AM/ There's nothing on/ I just need something to focus on". Assez ironique, par ailleurs, qu’une critique sur la vacuité des programmes TV devienne la musique -casse-bonbons à la longue- d’une célèbre marque de chaînes câblées.

Musicalement, les copains londoniens n’ont évidemment pas innové. Les mélodies sont catchy, les paroles restent facilement en tête et peuvent être aussi bien chantées par le hooligan anglais que par la midinette pré pubère. Sur tous les morceaux on retrouve un jeu de guitare incisif et hypnotique, un chant halluciné et une basse en pizzicato, le tout embarqué par une batterie en mode "ticking clock". Mais que prennent-ils à l'heure du thé ? Du Guronsan ? Fort possible, car durant 35 minutes le rythme pulse sans faiblir et atteint son paroxysme sur l'hystérique "Violent". Le jeu hypertonique des musiciens est palpable. On a presque mal pour eux.

Capture/Release, c'est donc l'histoire d'un type paumé qui empeste l'anxiété et qui tente désespérément d'échapper à une menaçante robotisation ("Despite the metal and wires/ I still have human desire" dans "Binary Love"). La confusion du deuxième millénaire, en somme. En tous cas, après tant d’urgence et de tracas, une petite sieste s’impose.

Si vous aimez Capture / Release, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

The Rakes


Klang


Critique d'album

The Rakes


Ten New Messages


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également