↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Teenage Fanclub


Here


(09/09/2016 - Merge Records - Indie Pop / Alternatif - Genre : Rock)
Produit par Teenage Fanclub

1- I'm In Love / 2- Thin Air / 3- Hold On / 4- The Darkest Part Of The Night / 5- I Have Nothing More To Say / 6- I Was Beautiful When I Was Alive / 7- The First Sight / 8- Live In The Moment / 9- Steady State / 10- It’s A Sign / 11- With You / 12- Connected To Life
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Avis de première écoute
Note de 4/5
La bouffée d'air de la rentrée. Les vétérans écossais ont mis six longues années de silence à profit pour enregistrer Here un peu partout en Europe, avec un petit passage en Provence qui plus est. Superbement produit, ce dixième album de Teenage Fanclub est un joyau pop rare aux mélodies éthérées et instinctives. Méticuleux et parcimonieux dans ses arrangements, le groupe nous offre un havre de paix des plus apaisants. Une seule consigne: achetez-vous Here en grand format, posez le sur votre platine et écoutez en contemplant le paysage éclatant qui orne votre exemplaire. Addiction garantie. Ce n'est pas pour rien qu'il y a 25 ans, Bandwagonesque le troisième album des écossais était sacré meilleur album de l'année 1991 par le magazine SPIN. La "petite" année 1991 et ses Nevermind, Achtung Baby, Loveless et autres Out Of Time...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également