↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Tarot


Reflections


(26/01/2016 - Heavy Chains Records - Hard-rock / prog / psyché /rev - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Autumn Conjuration / 2- Heed the Call / 3- Strange Dimensions / 4- Cloak and Dagger / 5- Reflections / 6- Mountain Throne / 7- Living for Today
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Diable ! La Tasmanie met au monde un chef-d'œuvre avec le premier album de Tarot"
François, le 16/11/2020
( mots)

Une fois débarrassé de toute confusion avec son homonyme finlandais (figure du Metal nordique), vous pouvez vous laisser porter par le Tarot australien, tasmanien même, qui se meut dans un autre univers musical, bien qu’il ne refuse pas certaines touches Heavy – ses membres ont des liens avec Wizar’d, formation de Doom de plus en plus tournée vers un Metal traditionnel. Reflections est leur premier album, mais il suit un nombre important d’EP rassemblés dans la (très bonne) compilation The Warrior’s Spell, publiée un an avant cet opus, en 2015. Il nous a pourtant fallu du temps pour découvrir ce bijou, quatre ans, puisque la formation demeure injustement très obscure, sa faible productivité (on attend toujours un successeur à Reflections) n’aidant pas. Peu importe, nous sommes partisans des arguments qualitatifs, et cet album est un chef-d’œuvre de bout en bout.  


Il faut commencer par évoquer cette magnifique pochette, entre la bande dessinée et le triptyque d’un retable, qui évoque les éléments ésotériques d’un tarot marseillais et des figures de l’héroïc –fantasy. On retiendra finalement ce corbeau au plumage aussi somptueux de détails qu’il peut être inquiétant. Dans ce registre, on notera également les noms des musiciens, nimbés de mystère : The Hermit (guitare, claviers, chant), The Hierophant (basse), The Magician (batterie) …


Tarot joue dans le revival et mêle des références issues des années 1960 – pour le côté psychédélique – aux années 1980 – dans un registre épique légèrement inspiré d’une partie de la scène Metal de l’époque – en passant par les années 1970 – les plus présentes. En effet, les mannes de Wishbone Ash sont souvent invoquées au niveau des guitares rythmées et mélodiques, dessinant des traits épiques et médiévaux. De plus, la force des claviers et de certains riffs, ainsi que certaines thématiques évoquent avec force Uriah Heep dans sa période la plus progressive (Demons and Wizards ou The Magician’s Birthday). Des racines solides et alléchantes, mais le reste de l’arbre est digne de la tradition dans laquelle ils s’inscrivent … 


Emporté par les arpèges magiques, la guitare cristalline et les claviers éthérés de l’introduction de "Autumn Conjuration" qui n’a d’égale que sa conclusion cosmique et martiale (entendez Wishbone Ash, évidemment), vous serez en toute logique captivé par cet opus. Entre rock progressif et hard rock, Tarot s’avance de façon grandiose. Ainsi "Cloak and Dagger" emprunte beaucoup à Uriah Heep qui avait, si ce n’est initié, au moins sublimé le heavy-prog’ des origines. Les couleurs des 1970’s sont ici très bien retranscrites. En outre, "Reflections" entre sa guitare, ses arabesques, et sa flûte, rappelle un certain nombre de groupes de ces années, à la fois folk et progressif, esthétique qu’on retrouve mélangée à des passages plus robustes sur "Living for Today". 


Mettons en avant les grandes qualités musicales du groupe qui tiennent aux claviers analogiques variés et maîtrisés ainsi qu’au jeu de guitare. Illustratif, "Heel the Call" possède peut-être les plus belles mélodies jouées par cet instrument, construites sur des variations autour d’un même thème, et augmentée d’une puissance enivrante par les claviers. De toute façon, il faut bien considérer les parties de six-cordes comme des moments d’une intensité forte, toujours bien composées, avec des chorus jouant sur l’émotion (formidable sur "Strange Dimensions"). 


Tarot possède une belle identité qui apporte une unité forte à l’album, malgré ses références, et n’est jamais monolithique : on passe de phases plus progressives, entre Uriah Heep et (un peu) Hawkwind (sur "Strange Dimensions") à d’autres plus Heavy avec une touche FM (l’immense "Mountain Throne" et son refrain improbable). 


Groupe contemporain d’Hallas avec lesquels il possède bien des similarités, Tarot constitue l’un des exemples les plus remarquables de cette scène revival actuelle. Sorti en 2016, ce premier album attend toujours une suite, alors que la formation reste en activité (mais les membres présents dans d’autres projets). A suivre, de très près.  

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également