↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Productions Spéciales


Et si on arrêtait d'écouter de la soupe ?


(01/12/2005 - Productions spéciales - - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Nostalgique du cool / 2- Quand je marche / 3- Tu m'fais marrer (bébé) / 4- Elle sort qu'avec des blacks / 5- Un jour Prévert,une nuit Baudelaire / 6- Y'a d'la vie / 7- Jeunesse affamée / 8- Théo Soleil / 9- Manon / 10- No sex today / 11- Moins que rien / 12- Missise l'anglaise / 13- Janine / 14- Joker / 15- Je pleure / 16- Autour de Sade / 17- Hyperclean / 1- Pompafrik / 2- Radio edit / 3- Actarus / 4- Je vais tout plaquer sauf toi / 5- Ludovico / 6- Cresus / 7- Mission / 8- Vision 2 / 9- Meet sue bee she / 10- I don't want to have sex with you / 11- Our dance / 12- I used to be a charming prince / 13- Souviens toi / 14- Earth and us / 15- 4.4.2 / 16- Bitches on the ground
Note de 3.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (8 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Une compil qui fait du bien !"
vincent, le 05/02/2006
( mots)

Et si on arrêtait d'écouter de la soupe ?

C'est dans le but au combien louable d'ouvrir nos oreilles aux nouveaux talents qui gravitent dans le paysage musical Français que Productions Spéciales et Radio Néo nous sortent cette compilation au titre pour le moins évocateur...

Cette radio parisienne dont le parrain affirmé n'est autre qu'un inconnu répondant au nom de Mathieu Chedid n'a pas son pareil pour débusquer l'avenir de la nouvelle scène Française. Et pour le coup, cette compilation n'échappe pas à la régle. Regorgeant de titres d'artistes qui à coup sur exploseront dans les années à venir et d'autres titres d'artistes reconnus de tous en version acoustique (M, Tryo notamment...), on y trouve un équilibre bien agréable entre révélations et futures révélations...

Le premier disque, disons plus axé chanson et rock mêle "bombes" de la fin d'année 2005 (Camille, Anaïs, Pauline Croze ou encore Mell et Stupeflip...) ainsi que de vrais espoirs de la chanson francophone (ma claque personnelle Volo, nos amis des Tit'Nassels ou encore Fred, un jeune orléanais très souvent comparé à un certain Ben Harper). Bref, le choix est plus que pertinent et on en prend plein les oreilles. Tendre, drôle, corrosif mais aussi abrasif avec du bon gros rock comme les Suprêmes dindes (entre autres), ce premier disque vous fera passer par toutes les gammes d'émotions possibles et imaginables !

Quant à la deuxième galette, à quelques noms plus du tout inconnus comme Matmatah, Tryo ou Hollywood Porn Stars viennent se greffer une grande partie des grands espoirs de la scène disons électro française... (Miss Kittin, le peuple de l'herbe, Prajna...), mais aussi d'autres talents qui ne demandent qu'à éclore comme Paganella, Cresus, celui que Sinclair a pris sous sa coupe (Spleen) ou encore Ego.

Enfin cette compilation est destinée à tous ceux qui en ont assez qu'on essaye de leur faire croire que l'avenir de la scène francophone soit uniquement les Delerm, Mickey 3D et qui ont besoin de se rassurer sur le talent de la relève... Les sceptiques en auront pour leur argent. Merci Production Spéciales et Radio Néo !

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également