↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Nemo


Le Ver dans le Fruit


(30/09/2013 - - Rock progressif - Genre : Rock)
Produit par

1- Stipant Luporum / 2- Trojan (Le Ver Dans Le Fruit) / 3- Milgram, 1960 / 4- Verset Xv / 5- Un Pied Dans La Tombe / 6- Neuro-Market / 7- Le Fruit De La Peur / 8- A La Une / 9- Triste Fable / 10- Allah Deus / 11- Opium / 12- Arma Diania
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"Nemo s'essaye au double-album et livre un des ses plus beaux opus"
François, le 19/04/2020
( mots)

Exercice incontournable dans le rock en général, et dans les musiques progressives en particulier, le double-album est toujours une expérience périlleuse. Le risque est bien celui d’en faire trop, de bavarder, de se perdre dans le remplissage. Ne vous inquiétez pas, Nemo relève le défi sans anicroche ou du moins, sans qu’on ne s’ennuie un seconde au fil de l’album. Au contraire même, tout s’enchaîne avec grâce, de l’introduction monacale au final grandiose. Cela grâce à des titres cohérents et bien composés, qui ne s’étendent pas abusivement (jamais plus de dix minutes) à une exception près (et quelle exception ! on y reviendra). Le tout est servi par une pochette sublime aux couleurs luxuriantes, et par des textes toujours aussi peu optimistes sur la condition humaine, soumise à la fabrique du consentement voire à la manipulation de masse. 


Nemo est un groupe de rock progressif, attendez-vous donc à des morceaux plus ou moins alambiqués dans leur construction avec des démonstrations techniques impressionnantes. Le côté très électrique et metallique est exacerbé sur certains titres, et ce d’ailleurs dès le magnifique "Trojan (Le Ver dans le Fruit)" qui navigue entre riff et groove purplien Mark VIII et moments plus incisifs et virtuoses à la Dream Theater. Toujours entre deux eaux et avec un souci mélodique indéniable, Nemo propose des compositions accrocheuses, contrastées, et surprenantes. 


Les changements d’ambiance au sein de l’opus permettent aussi d’être maintenu à flot tout au long de l’écoute : on passe du très groove "Milgram", où guitare et claviers dialoguent avec brio, sur une palette sonore variée, au plus atmosphérique "Verset XV" qui dispense des lignes instrumentales tout en douceur dont un solo mémorable (et un très bon duel croisé basse-guitare en guise de pont avant un final en crescendo, imparable). L’économie interne du Ver dans le Fruit est d’ailleurs pensée pour alterner des titres plus musclés avec d’autres plus doux (l’efficace "Neuro-Market" puis le plus progressif et mélancolique "Le Fruit de la Peur"). 


En outre, une belle pièce doit être mise en avant, "Triste Fable", non seulement pour ses qualités mélodiques et harmoniques, mais également pour son clin-d’œil à l’esthétique de la scène française de rock progressif des années 1970 par un passage narré. 


Et il y a la fresque finale, l’exceptionnel "Arma Diania", un des titres parmi les plus réussis de leur carrière. L’introduction calme lance une montée inexorable vers un riff endiablé, la batterie maintenant une cadence infernale, tandis que les claviers installent une atmosphère sidérale. A des plans de guitare très lourds répondent des passages chantés beaucoup plus doux et épiques. Nemo pousse également à son paroxysme ses digressions celtisantes dans la deuxième partie du morceau : d’abord par un pont rythmiquement syncopé, puis avec des mélodies typiquement folkloriques. Sans oublier les multiples passages instrumentaux très variés qui donnent une densité importante au titre, magistralement organisée pour que tout s’enchaîne sans accrocs. 


Le Ver dans le Fruit est un des meilleurs albums du groupe, qui saura séduire l’auditeur le plus exigeant comme le néophyte. S’il fallait encore le démontrer, la capacité du groupe à produire un double-album sans tomber dans les affres de l’exercice confirme la qualité musicale de Nemo, formation essentielle de la scène hexagonale. 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Nemo


R€volu$ion


Critique d'album

Nemo


Barbares


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également
Compte-rendu de concert