↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Elbow


Live at the Ritz - An Acoustic Performance


(26/03/2020 - Polydor Limited - Britpop classe - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Puttin' on the Ritz / 2- Empires / 3- Magnificient (She Says) / 4- Salome Maloney / 5- Newborn / 6- Great Expectations Intro / 7- Great Expectations / 8- A choice of three drinks / 9- Seven Veils / 10- Scattered Black and Whites / 11- Weightless Intro / 12- Weightless / 13- Grounds for divorce Intro / 14- Grounds for Divorce / 15- Oh Manchester Ritz
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Encore un coup de maître d'Elbow"
Maxime L, le 20/04/2020
( mots)

Les lecteurs les plus assidus d’albumrock le savent, on adore littéralement les anglais d’Elbow. Il n’y a qu’à se pencher sur la notation de leurs albums : aucune de leurs 9 sorties ne descend en dessous des 4 étoiles, sans que cela ne souffre d’une quelconque contestation.


9 albums en quasi 20 ans de carrière, voilà un rythme de parution qui mérite d’ailleurs tout autant de louanges, surtout si l’on y ajoute quelques lives et compilations. Et alors que le dernier effort studio en date Giant of all sizes tournait encore sur nos platines, voilà que débarque fin mars sans crier gare ce Live at the Ritz-An acousticien Performance.


Ce disque devait initialement sortir fin avril, pendant la tournée de 21 dates en Angleterre, mais pour les raisons que vous connaissez (pandémie mondiale du Covid-19 si vous lisez ces lignes dans le futur), celle-ci fût logiquement annulée, et non contents de proposer des performances en direct de chez eux pendant le confinement chaque vendredi (suivez le hashtag #elbowrooms sur twitter), nos mancuniens préférés ont avancé d’un mois la sortie de cette nouvelle performance. 


Si l’épreuve du live acoustique n’est jamais gagnée d’avance, avouons que l’on a dès le départ très peu de doutes quant à la faculté d’Elbow à transposer ses compositions de cette façon, le groupe nous ayant habitué à différents exercices de styles. Interpréter tout un album avec un orchestre symphonique ? Déjà fait, pour The Seldom seen kid with the BBC orchestra en 2009, se produire devant la planète entière pendant une cérémonie de clôture de jeux Olympiques ? Ce fut le cas en 2012 lors des Jo de Londres. Alors, un live acoustique, qui plus est enregistré à domicile à Manchester, ne devrait être qu’une formalité pour un groupe aussi talentueux.


Et autant le dire tout de suite, quitte à gâcher un éventuel suspens, ce disque est une nouvelle pépite.


Si l’on veut pinailler, on peut jeter un bref coup d’oeil à la track list, on y verra 15 titres. On se dit alors que que chaque album sera forcément représenté….sauf que la dite track list compte aussi les interventions parlées de Guy Carvey (très drôles et inspirées ceci étant), et si la voix chaude et bienveillante de son chanteur est toujours agréable pour nos oreilles, on se sentirait presque floué par ce petit tour de passe-passe, mais une fois encore, c’est vraiment pour pinailler.


La transposition des morceaux à l’acoustique est très réussie, alternant morceaux des premières années ( "Great Expectations", "Scattered Black and Whites") et chansons du dernier album (rappelons que le concert date du 15 octobre dernier, soit 4 jours après la sortie de Giant of all sizes . Elbow procède à un joli tour d’horizon de leur répertoire, même si on aurait apprécié y entendre une chanson de The take off and Landing of everything, mais on chipote encore.


Même les « tubes » du groupe, ceux pour lequels nous pouvions avoir quelques infimes doutes sur le passage à l’acoustique sont absolument grandioses, « Grounds for divorce » en guise de morceau de clôture, (certes avec un aspect acoustique somme toute assez relatif) garde le même côté « hymne fédérateur », un harmonica en plus. Et l’extraordinaire « Magificient (she says) » continuera de vous coller des frissons, même amputée de ses violons délicats. Quant à « Weightless », issue du dernier album et écrite par Guy Carvey suite à la perte de son père, elle est tout simplement une des plus belles choses entendues depuis très longtemps.


De la douceur, de la délicatesse, des sourires, des rires, et de l’émotion. Voilà ce que nous propose Elbow, et on serait bien idiots de s’en priver, surtout en ces temps troubles, en attendant de les retrouver sur scène, comme tous les autres le plus rapidement possible.


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Nov. 2021
19
Sortie d'album

Elbow


Flying Dream 1


Studio
Critique d'album

Elbow


Giants of All Sizes


Critique d'album

Elbow


Little Fictions


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également