↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Ken Hensley


My Book of Answers


(05/03/2021 - HNE - Rock Hard-rock prog - Genre : Rock)
Produit par

Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
""Et quand vient le soir / Pour qu’un ciel flamboie Le rouge et le noir / Ne s’épousent-ils pas ?" J.Brel"
Daniel, le 15/03/2021
( mots)

Depuis 1980, date de son départ d’Uriah Heep (dans des circonstances qui lui ont toujours laissé un profond sentiment d’amertume), Ken Hensley a sorti une douzaine d’efforts en solo (ou avec des groupes de circonstance). Aucun d’entre eux n’a marqué l’imaginaire rock. A l’analyse, il est possible que l’anglais ait souffert d’un manque de perspectives sur son propre travail. Dans "son" groupe londonien, il était en concurrence avec des personnalités fortes qui l’ont poussé dans ses ultimes retranchements créatifs (ensuite dans des nuages plus poudreux). Il y a laissé ses meilleurs textes ("If I Had The Time", par exemple) et ses meilleures mélodies ("Rain", par exemple aussi).


Comme sa pochette déroutante (mais involontairement très "arty"), My Book Of Answers pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses. Une chose est certaine : c’est peut-être le meilleur album solo du vieux maître. A ceci près que ce n’est pas vraiment un album solo. C’est le fruit de la rencontre improbable (déjà largement documentée) entre Kenneth William David Hensley, musicien anglais, et Vladimir Emelin Pavlovich, fan russe obstiné et poète post-adolescent auto-proclamé. 


Marier le romantisme russe dans tout ce qu’il a d’exalté (et de déprimant) avec l’héritage poétique du spiritisme ("Circle Of Hands", "Lady In Black", …) n’était pas un pari gagné d’avance. Mais, pour paraphraser Jacky, le rouge post-communiste et le noir post-victorien se sont épousés le temps d’un crépuscule.


Et c’est magnifique. Même si les textes sont parfois source(s) de circonspection. Tout le monde sait que le traducteur est un traître. Les originaux en russe ont été traduits en anglais moyen puis retravaillé en anglais authentique. Ca nous fait deux sources de trahison. Et parfois, ça gratte un peu aux entournures (la naïveté de "Cover Girl", par exemple).


Huit titres sur neuf sont des originaux. Par contre, "Right Here, Right Now" recycle joliment "Hanging Tree" (co-écrit en son temps avec Jack William), la première plage de Firefly (1977) qui marquait l’intronisation de John Lawton (et consommait le douloureux divorce d’avec David Byron). 


Dans l’ensemble, les morceaux se déclinent en deux catégories : les "très bons" et les "très très bons". 


Parmi les "très très bons" (mais tout cela est amplement subjectif), il y a le christique "Lost (My Guardian)", le fraternel "I Light The Fire (In My Heart)", l’excellent "Right Here, Right Now" (déjà cité), le sublimement choral "Stand (Chase The Beast Away)" le très sinistre "The Darkest Hour" et le final "Suddenly".


Les complétistes noteront que la version CD contient en bonus une version alternative de "The Darkest Hour", ce qui provoque un immense sentiment de frustration chez l’acquéreur du très beau vinyle gatefold…


Rédigé d’un trait à la mémoire de quelqu’un que j’aimais vraiment beaucoup. Et, putain, la boîte de Kleenex est vide…


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également
Compte-rendu de concert