↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Jordsjø


Pastoralia


(07/05/2021 - - Rock progressif - Genre : Rock)
Produit par

Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Promenade rêveuse dans l'ambiance pastorale des forêts norvégiennes"
François, le 24/05/2021
( mots)

Dans la froideur des fjords et les nuits interminables des provinces nordiques, le rock progressif a trouvé un conservatoire dont la pureté n’a d’égale que la qualité. Aux côtés des grands noms à présent installés (Wobbler, Arabs in Aspic), au moins du côté des amateurs, Jordsjo fait petit-à-petit son nid et obtient doucement une belle réputation, quoiqu’encore limitée. 


Après deux albums aux couvertures très sombres, on retrouve les mêmes courbes cette fois-ci irisées de multiples couleurs plus ou moins franches, comme un avant-goût de leur musique à la fois abrupte et d’une douceur inégalée. Une aurore boréale visuelle et sonore. 


Comme de nombreux compatriotes inscrits dans le registre progressif, Jordsjo investit le terrain du rock progressif des premiers temps avec un conservatisme certain. Ce troisième album, Pastoralia, ne se distingue guère des autres par ses choix esthétiques, le groupe continuant de broder avec les diverses références qui les animent. On évoquera principalement Camel pour le jeu de guitare aérien et souple ainsi que la flûte, Genesis à l’écoute des claviers analogiques (principalement dans les phases instrumentales des premiers albums), et Gentle Giant ("Jord III") pour les constructions alambiquées et le goût pour les pastiches Renaissance. De plus, on peut signaler le côté jazz-rock qui se dévoile dès le "Prologue" puis se retrouve sur "Jord III", rappelant le registre canterburyen (Caravan, principalement). Il en ressort un groupe avec une esthétique très personnelle et désormais reconnaissable, finalement assez proche des premiers Wobbler. "Jord III", peut-être parce qu’il est plus long que les autres titres, permet d’apercevoir les multiples facettes de Jordsjo - symphonique, jazz-rock, folklorique – qui imprègnent un album d’une unité remarquable. 


Le titre de l’opus est particulièrement bien choisi puisqu’il dénote l’ambiance pastorale de la musique de Jordsjo, peut-être le meilleur adjectif pour les qualifier au regard de l’ensemble de leur œuvre. Une suavité enivrante et vivifiante enrobe cette fresque progressive de laquelle nous ressortons apaisé. Cela vient en partie du fait que Jordsjo interprète une musique très organique en multipliant les instruments acoustiques, de la flûte à la guitare rarement saturée. A ce titre, on notera "Fuglehviskeren", pour le contrepoint entre la guitare et la contrebasse et la clarinette basse qui donne des touches klezmer ou gitanes. 


Ainsi, le groupe a un côté folk assumé, qui peut même croiser Gryphon quand cette clarinette basse s’invite plus largement ("Vettedans") ou la légèreté de Jethro Tull dans certaines ligne de flûte ("Mellom Mjødurt, Marisko og Søstermarihånd"). 


Mais Pastoralia est tout de même inscrit dans un rock progressif exigeant à tendances symphoniques, qui brille dès "Skumring i Karesuando" où communient un riff électrique et la flûte, où se répondent le clavier analogique et la guitare acoustique de façon genesienne (seconde partie du titre). De façon plus complexe et plus sombre, "Pastoralia" emmagasine d’autres références (ELP ou King Crimson) pour permettre aux pérégrinations auditives de s’aventurer vers des sentiers plus ardus. Dans tous les cas, et comme l’excellent Nattfiolen, l’opus se savoure d’une traite, comme une berceuse ou une chanson de geste muette (ou presque, le chant est très peu présent). 


Les amateurs de rock progressif nordique - c’est-à-dire très proche des sonorités 1970’s, avec de fortes inclinaisons folk et une écriture complexe – seront à nouveau comblés par cette nouvelle production de Jordsjo. Après Wobbler et Arabs in Aspic en 2020, et Caligonaut au début de l’année, la Norvège se constitue un répertoire exceptionnel au point de devenir la proue de la scène progressive. 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Jordsjø


Nattfiolen


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également