↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Iron Maiden


Live at Donington


(08/11/1993 - EMI - New Wave of British Heavy Meta - Genre : Hard / Métal)
Produit par Steve Harris

1- Be Quick or Be Dead / 2- The Number of the Beast / 3- Wrathchild / 4- From Here to Eternity / 5- Can I Play With Madness / 6- Wasting Love / 7- Tailgunner / 8- The Evil That Men Do / 9- Afraid to Shoot Strangers / 10- Fear of the Dark / 1- Bring Your Daughter... to the Slaughter / 2- The Clairvoyant / 3- Heaven Can Wait / 4- Run to the Hills / 5- 2 Minutes to Midnight / 6- Iron Maiden / 7- Hallowed Be Thy Name / 8- The Trooper / 9- Sanctuary / 10- Running Free
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Iron Maiden


Senjutsu


Critique d'album

Iron Maiden


The Book of Souls


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également