↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Il Rovescio della Medaglia


Contaminazione 2.0


(20/11/2020 - Jolly Roger Records - Rock progressif italien - Genre : Rock)
Produit par

Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Prestation magistrale qui remet à jour un classique du Rock Progressif Italien"
François, le 10/12/2020
( mots)

Un jour, peut-être, le rock se constituera comme un véritable répertoire. Des musiciens le reprendront alors à leur guise dans des lieux idoines, telle la musique savante qui traverse les siècles pour choir dans nos salles prestigieuses. Et cela à une autre échelle que celle, actuelle, de simples groupes de bal ou d’amateurs qui se font la main sur les tubes d’antan. Le rock progressif est peut-être le mieux placé pour connaître ce destin, quoique les grands noms des années 1960 et 1970, au-delà du sous-genre susmentionné qui fricote avec les musiques savantes, soient déjà en train d’emprunter cette direction. Il y a de nombreux "tributes" plus ou moins officiels, plus ou moins talentueux, il y a également des conservatoires dont les sections de musiques actuelles interprètent  ce patrimoine. Attendons que les groupes en question, actuellement en fin de carrière, cessent toute activité, et nous verrons peut-être fleurir ce genre de performance, le festival de Vienne … du rock.  


Une réflexion que m’invite à faire cet album bien qu’il ne soit pas directement concerné par celle-ci. En effet, si Contaminazione 2.0 reprend dans son intégralité un album original sorti en 1973 (Contaminazione), c’est ici le même groupe qui réinterprète sa propre œuvre, au moins nominalement (il y a évidemment des changements dans le line-up). Néanmoins, cette entreprise donne l’impression qu’il interprète l’album sur scène comme on le ferait avec le répertoire classique, d’autant plus que l’opus originel constitue un exemple parfait de la fusion entre musique savante (dite classique, mais également baroque en l’occurrence) et le rock. 


Quelques mots sur le groupe sont nécessaires. Vous commencez à connaître la chanson, et le nom du groupe a sûrement mis la puce à l’oreille chez certains d’entre vous : oui, Il Rovescio della Medaglia est un groupe de Rock Progressif Italien dans ce qu’il a de plus emblématique. Contaminazione est leur troisième album, mais surtout, le chef-d’œuvre au sein duquel ils adoptent enfin l’esthétique progressive locale, notamment par l’ajout d’un clavier qui leur faisait défaut jusqu’alors. Dans le patrimoine italien du genre, l’album en question a une solide réputation et demeure une référence pour tout amateur. De son côté, Contaminazione 2.0 est un live (même si les applaudissements sont rares) qui fut enregistré à l’abbatiale de San Galgano, aux environs de Sienne, en 2018. Il reprend l’album dans l’ordre, dans son entièreté et avec une grande fidélité, en plus de trois bonus en guise de conclusion (sur la version cd). 


Ainsi, nous nous contenterons de dire quelques mots du propos musical qui guide Contaminazione (studio et 2.0) afin de permettre au béotien de s’y retrouver. Mais il serait déplacé de trop s’appesantir au risque de nous répéter avec le chronique de l’original qui, nous le promettons, arrivera très vite sur le site. 


L’œuvre est inspirée de Jean-Sébastien Bach et se veut une pièce moderne ponctuée et organisée par des références et des réinterprétations de sa musique. Associé au chef-d’orchestre et compositeur de musiques de film Bacalov (un habitué des collaborations avec les groupes italiens), Il Rovescio della Medaglia prend un tournant plus progressif-symphonique qui l’inscrit dans l’esthétique du RPI. Italien par la richesse des claviers analogiques qui sont au cœur des arrangements sublimes, par la langue également qui ajoute de la grandiloquence au chant déjà incarné, par l’influence de la musique baroque, et par des moments symphoniques intenses. A plusieurs reprises, des citations ou des arrangements libres de la musique baroque articulent le propos, lui donnent une profondeur grandiose, tout en réalisant une parfaite hybridation des genres. 


Contaminazione 2.0 reprend donc cette œuvre magique avec un grand savoir-faire et une production remarquable qui en fait un incontournable pour les amateurs du groupe mais également pour ceux qui veulent le découvrir dans une version un peu modernisée – les guitares sont ainsi plus saturées et puissantes. Il comporte aussi quelques avantages dans l’instrumentation, par l’apport d’une vraie cornemuse, d’un quatuor à cordes ou d’un flûtiste. Enfin, la plupart des morceaux ont le droit à des versions allongées, laissant les musiciens s’exprimer avec plus de liberté. A ce titre, il convient de mettre en avant "Mi Sono Svegliato e … Ho Chiuso gli Ochi" et surtout le feu d’artifice final qu’est "La Grande Fuga". 


On ne saura donc que conseiller fortement ce live d’Il Rovescio della Medaglia qui rend un hommage époustouflant à l’œuvre originale, apportant une petite cure de jouvence  tout en restant tempéré pour ne rien dénaturer. Une performance remarquable à saluer et à découvrir. 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également
Compte-rendu de concert