↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Hushpuppies


Silence Is Golden


(29/10/2007 - Diamondtraxx - Rock Garage - Genre : Rock)
Produit par

1- A Trip To Vienna / 2- Lost Organ / 3- Moloko Sound Clubs / 4- Bad Taste And Gold On The Doors / 5- Love Bandit / 6- Down, Down, Down / 7- Fiction In The Facts / 8- Lunatic's Song / 9- Hot Shot / 10- Broken Matador / 11- Harmonium
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (15 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"A n'en pas douter, le renouveau du rock français passera par les Hushpuppies..."
Jerome, le 13/12/2007
( mots)

Comment passer à côté des Hushpuppies ? En l'espace d'un seul album défendu par une tournée des plus colossales, ayant notamment traîné le groupe de la plupart des festivals de l'hexagone jusqu'à un Elysée Montmartre complet, les cinq perpignanais ont réussi à affoler tous les compteurs. Oeuvrant dans un rock garage aux vieux relents 60's et préférant, ô sacrilège, la verve de Shakespeare à la douce langue de Molière, le quintet n'avait pourtant pas choisi la facilité. Mais pour une fois, le public ne s'y est pas trompé. Car avec plus de 25 000 exemplaires écoulés pour The Trap, les Hushpuppies ont, à l'heure du deuxième album, plus des allures de véritable phénomène que de vulgaire buzz médiatique.

Il n'aura finalement fallu que dix mois au combo pour accoucher de ce Silence Is Golden. Pour mettre en boîte onze morceaux méticuleux et efficaces, racés comme les mélodies délicieusement oldies et psychédéliques balancées par le clavier de Wilfried. Si The Trap misait une grosse partie de son potentiel sur des titres spontanés et percutants taillés pour la scène, les Hushpuppies semblent bien partis pour prouver qu'ils ne sont pas qu'une machine à secouer les salles. Une composition soignée, des mélodies imparables, des arrangements aux petits oignons. Tout est rassemblé pour faire passer le groupe dans le clan assez restreint des valeurs sûres du rock français. En effet, comment résister à "Lost Orgasm" et sa lente montée en puissance, à la rythmique limite punk du refrain de "Moloko Sound Club", ou encore à "Love Bandit" et sa nonchalance pouvant faire penser à Matmatah ? De l'ambiance de "Hot Shot", oppressante à souhait et digne de The Horrors, à l'étonnant "Broken Matador", le groupe surprend par son aplomb et son sens de la rythmique qui fait mouche.

Car si The Trap pouvait s'injecter directement en intraveineuse pour un effet immédiat, Silence Is Golden possède ce qu'il faut dans ses sillons pour entraîner l'auditeur au bord de l'addiction. Avec l'étonnant "Down, Down, Down" et sa longue intro aérienne, ou le mélancolique "Harmonium", les Hushpuppies montrent une autre facette de leur talent. Deux morceaux orientés pop permettant de brouiller les pistes, deux bonnes raisons de ne pas voir le groupe uniquement comme une simple machine à singles. Et avec un sommet d'album se nommant "Bad Taste And Gold On The Doors" et vous gravant à même les tympans ce "I Want My Kate Moss" en passe de devenir culte, il n'en faut pas beaucoup plus pour miser nos derniers paquets de cacahuètes sur ces cinq énergumènes. A n'en pas douter, le plus anglo-saxon des groupes français vient de signer ce qui risque surement d'être un des albums incontournables de cette fin d'année.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également