↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Foghat


Foghat


(00/06/1972 - - Hard Rock Blues rock - Genre : Rock)
Produit par

1- I Just Want to Make Love to You / 2- Trouble Trouble / 3- Leavin' Again (Again!) / 4- Fool's Hall of Fame / 5- Sarah Lee / 6- Highway (Killing Me) / 7- Maybelline / 8- A Hole to Hide In / 9- Gotta Get to Know You
Note de 3.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Classique mais imparable"
François, le 04/06/2022
( mots)

Quand on aborde des groupes oubliés par l’histoire, de seconde catégorie (nous disons cela sans jugement sur leur valeur musicale), on se retrouve souvent à parler de formations éphémères, à la discographie très réduite (un ou deux albums) ou, dans le meilleur des cas, limitée à une décennie, en l’occurrence les années 1970.


Ce n’est pas le cas pour Foghat, puisque la formation londonienne née en 1970, a, tout au long de sa carrière en dents de scie, produit plus de quinze albums studios jusqu’au dernier en date, Under the Influence, en 2016. Certes, les hommes qui le composent ne sont plus les mêmes, mais tout de même, ce n’est pas une mince affaire …


Ne pleurons pas trop sur l’histoire de Foghat. Ils furent des seconds couteaux certes, mais leur début de carrière fut glorieux, surtout aux Etats-Unis, avec un pic au milieu des 1970’s grâce à l’album, par ailleurs excellent, Fool for the City (1975). Dans la postérité, on se souvient surtout du long hard-boogie "Slow Ride" qui fit les grandes heures de la station de radio K-DST dans GTA : San Andreas, preuve de son impact dans la culture populaire outre-Atlantique.


Au fond, le problème de Foghat, c’est d’avoir été un parangon de ce qu’on appelle aujourd’hui le classic-rock des 1970’s. S’il y a des bons morceaux, ils sont diablement inscrits dans leur époque sans témoigner d’une grande originalité, sans parler d’erreurs de parcours – là aussi assez classiques – durant les 1980’s. En résumé, comme nombre de leurs compatriotes, ils adoptent le blues-rock assez boogie (Status Quo avait montré la voie) et saturé dans une veine hard-rock.


Pour autant, il serait dommage de négliger leur discographie, notamment leur premier album sorti il y a cinquante ans au moment de l’écriture de ces lignes, intitulé Foghat (ou sans titre, encore une fois, aucune originalité si ce n’est que l’opus suivant portera le même titre !?).


Il est vrai que le quatuor (Dave Peverett- chant et guitare, Rod Price – guitare, Tony Stevens – basse, Roger Earl – batterie) connait ses classiques et met en avant son héritage blues et rock’n’roll avec deux reprises. Et avec quel talent ! "I Just Want to Make Love to You" de Willie Dixon s’illustre dans une version hard-rock complétement débridée tandis que le fameux "Maybelline" (avec deux "l") de Chuck Berry fait toujours son effet. Quand il s’agit de convoquer les grands noms, les gars de Fogat savent activer leur réseau en invitant Colin Earl au piano (Mungo Jerry) et Todd Rundgren en personne sur "Trouble Trouble" (un pur hard-boogie). Beaucoup d’Américains entourent cet album, et il est vrai que les sonorités états-uniennes sont facilement convoquées : "Leavin’ Again" avec son dobro, le très bon "Sarah Lee" et ses arpèges de la R66, le hard-blues "Highway".


Du reste, s’il y a bien du Status Quo dans l’air ("Fool’s Hall of Fame") et du Free (le langoureux "Gotta Get to Know You"), Foghat sait marquer les esprits avec des riffs soigneusement composés comme celui "A Hole to Hide In", à la Peter Green. Imparable. 


Bref, n’attendez rien de révolutionnaire en écoutant ce premier album de Foghat, mais ne passez pas votre chemin au risque de mépriser un ouvrage digne de toute oreille curieuse de savourer du rock 1970’s en bonne et due forme.


A écouter : "I Just Want to Make Love to You", "Sarah Lee", "A Hole to Hide In"

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également