↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Demians


Mercury


(17/12/2014 - - Rock progressif / post prog - Genre : Rock)
Produit par

1- Mercury / 2- White Chalk / 3- Circles And Stars / 4- Water And A Sigh / 5- Spellbound Lily / 6- Little Invisible / 7- A Spark Before The Sun / 8- Nislands / 9- Pearls On a Strand / 10- Swan Song
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Nicolas Chapel abandonne ses racines progressives pour un rock alternatif plus direct mais de haute volée"
Quentin, le 12/02/2024
( mots)

Dans la galaxie des musiciens français brillants et largement sous-cotés, Nicolas Chapel fait office avec son projet Demians (le nom du groupe vient du roman initiatique de Hermann Hesse) de véritable référence. Pourtant adoubé très tôt par Steven Wilson, la carrière du français n'a jamais véritablement pu décoller, se cantonnant à une fan base limitée et des succès d'estime portés par une reconnaissance critique qui lui a toujours été acquise. Multi-instrumentiste, Nicolas Chapel joue tous les instruments et interprète toutes les parties vocales sur ses albums, auto-produits dans son propre home-studio. L’excellence de ses deux premiers opus lui a dans le même temps ouvert les portes du label renommé InsideOut Music, qui a contribué à leur diffusion, et lui a également permis de tourner avec de grands noms de la scène progressive actuelle tels que Marillion, Porcupine Tree, Anathema ou Oceansize. Autant d’influences diverses qu'il a parfaitement su intégrer dans son propre univers musical.


En 2014, après le long silence qui suit la sortie du second album Mute, Nicolas Chapel annonce la sortie d’un nouvel album avec une diffusion cette fois complètement indépendante, en y assurant à nouveau l’ensemble des parties instrumentales ainsi que la production. Ce troisième album poursuit la mue déjà initiée sur l’album précédent à rebours des territoires progressifs avec des titres plus courts, aux structures plus simples et directes mais toujours parfaitement bien construits et rythmés. Malgré leur accessibilité, les titres de Mercury cachent ainsi une vraie profondeur de composition et de réels progrès sur le plan des nuances vocales.


De plus, si les deux premiers opus étaient relativement homogènes, ce troisième album fait le choix de l’éclectisme avec un alliage de styles très hétéroclites : riffs rugueux et saturés, à l’instar du morceau éponyme introductif qui sort les muscles avec sa batterie écrasante ou du titre "White Chalk" à la guitare épileptique, ballades délicates et aériennes comme ce sublime "Pearls on a Strand" où affleure l’émotion mais aussi tonalités plus inspirées par le blues-rock avec "Little Invisible", pour le coup un peu en décalage avec le reste de l’album malgré un break réussi.


Reste que les parties instrumentales sont particulièrement bien menées dans leur diversité, du riff heavy de "A Spark Before the Sun" aux tonalités épiques et orientalisantes de "Nislands", et mettent en valeur des montées en puissance éclatantes. Le charme opère ainsi sur "Circles and Stars", ballade élégante qui se densifie à mi-parcours dans un croisement de guitares électriques et acoustiques, sur "Spellbound Lily" et son explosion d'arpèges cristallins ou encore avec le spleen rocailleux de "Water and a Sigh", aux abords un peu basiques mais qui s’envole dans un très beau solo conclusif. Mais la perle de l'album se situe indubitablement à son terme avec le magnifique "Swan Song", aux accords de piano introductifs rappelant le "Pyramid Song" de Radiohead tandis que les chœurs et la progression mélancolique évoquent tout droit un Anathema dopé aux hormones.


Nicolas Chapel clôt ainsi l'album par ce qui constitue certainement son meilleur titre, avant de remettre son projet musical en sommeil. Il annonce finalement en 2015 la sortie d'un double album intitulé Battles, repoussé plusieurs fois en raison du contexte des attentats et difficilement trouvable, qui constitue à ce jour son dernier opus. S'il est fort dommage que la scène rock française se prive d'un tel talent depuis 2016, elle peut heureusement aujourd'hui compter sur nombre de jeunes musiciens prometteurs à même de reprendre le flambeau et de perpétuer son héritage. Il n'y a qu'à voir la profusion d'albums français de haute volée parus en 2023 et mis à l'honneur sur nos pages...


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Demians


Mute


Critique d'album

Demians


Building An Empire


Album de la semaine

Crown Lands


Fearless


"

Les amateurs auront reconnu dans cette accroche imagée la référence à Rush, qui se justifie par les liens nationaux mais surtout esthétiques qui unissent le trio canadien historique à Crown Lands.

"
À lire également
Compte-rendu de concert