↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Alice Cooper


DaDa


(28/10/1983 - Warner Bros - - Genre : Hard / Métal)
Produit par Bob Ezrin

1- DaDa / 2- Enough's Enough / 3- Former Lee Warmer / 4- No Man's Land / 5- Dyslexia / 6- Scarlet and Sheba / 7- I Love America / 8- Fresh Blood / 9- Pass the Gun Around
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 2.5/5 pour cet album
"Une pochette signée Dali, Da(da) marque la suite des pérégrinations en Steeple-Chase dans les 1980's pour Cooper"
François, le 29/04/2021
( mots)

Ainsi se clôt la trilogie soi-disant oubliée par son géniteur, par un album a priori ambitieux dans une période où Alice Cooper n’était pas au sommet de sa forme, bien qu’il soit de nouveau soutenu par Bob Ezrin, son fidèle producteur. De la référence à un courant artistique iconoclaste du XXème siècle, le dadaïsme, à l’emprunt à Dali pour sa pochette (un extrait de Marché d'esclaves avec apparition du buste invisible de Voltaire qui met en avant le visage du philosophe par effet d’optique), Vincent Furnier s’inscrit dans des courants ambitieux et expérimentaux. 


On n’est donc pas surpris par l’entrée en matière angoissante et synthétique, "Dada" ; les voix d’enfants et les échos sur les interventions percussives ainsi que le chant caverneux de Cooper semblent nous mener vers des lieux cauchemardesques, qui mettent mal à l’aise. Les ambiances légèrement médiévales et progressives de "Former Lee Warmer" montrent qu’il tente quelque chose ici, et que les claviers seront à nouveau au centre du propos après un leur mise en retrait sur Zipper Catches Skin. De même, le pont central de l’efficace "I Love America" (plutôt pas mal dans une veine hard-FM), retraçant de façon sonore la conquête de l’ouest, présente cette volonté de donner du corps à ses titres. 


"Scarlet and Sheba" représente bien l’enrichissement du propos chez Cooper sur cet album. Les synthés sont très bien utilisés pour donner une atmosphère orientale et se marient très bien avec une guitare saturée qui plaque des accords puissants. Seulement, les parties où le chant prend place sont moins mémorables, qu’elles reprennent des traits et sonorités FM typées 1980’s  et démodées ou qu’elles tombent dans la mélodie mièvre et kitsch sur le refrain. Dommage. 


De même, si certains passages sont bien pensés (ceux qui sont plus grandiloquents ou le chorus), que la rythmique saccadée explore des choses, il y a des moments insupportables sur "Enough’s Enough" (notamment quand le titre est scandé à répétition). D’autres sont plus anecdotiques ("No Man’s Land" qui s’inspire du rock’n’roll au chant mais pas au niveau instrumental), voire carrément désolant : "Dyslexia", qui marque le retour de l’inspiration des Stranglers après Flush the Fashion mais pour le pire cette fois, "Fresh Blood" (et ses trompettes synthétiques). Bref, on demeure tout de même dans une période sombre pour Cooper, même si Dada présente une légère éclaircie. 


Dada signe la fin d’une sale époque pour la musique et la santé d’Alice Cooper, mais qui demeure un morceau du contexte musicale des années 1980, notamment par les multiples expériences lancées (sans toujours être heureuses) par l’artiste au sein d’albums finalement audacieux dans leur marasme. Un sentiment mitigé s’installe entre une exploration assez déroutante et variée mais finalement bien peu satisfaisante esthétiquement parlant. 


Dada, c’est aussi la fin de la collaboration avec la Warner qui a bien poussé à bout Vincent Furnier, lui imposant ce rythme de tâcheron (ce qui explique en partie le faible niveau de l’ensemble). Il lui faudra trois ans pour s’en remettre. 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Alice Cooper


Detroit Stories


Critique d'album

Alice Cooper


Dragontown


Critique d'album

Alice Cooper


Brutal Planet


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également
Compte-rendu de concert