↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

The Vaccines : vrais sauveurs ou faux prophètes ?


"The Vaccines ou le parfait piège à chroniqueur de rock, de quelque bord qu'il soit. Qu'on les aime ou qu'on les déteste, qu'on les considère comme une bande de jeunes surdoués ou comme un ramassis d'imposteurs, il est de toute façon difficilement possible d'aborder leur premier album, What Did You Expect From The Vaccines?, sous la forme d'une tirade laconique propre à en vanter les mérites ou à le descendre en flèche. Parce que l'on touche là à certaines limites de la critique, parce que le phénomène a déjà dépassé le stade de la simple lubie médiatique, parce que ce phénomène déboule à une période d'incertitude face à l'avenir de la scène rock anglaise et internationale, on a préféré traiter le cas des quatre londoniens sous la forme d'un dossier afin d'en élargir les perspectives. La critique viendra après, peut-être... Toujours est-il que vous ne trouverez ici ni avis tranché, ni note, seulement quelques pistes de réflexion afin d'appréhender au mieux l'un des disques qui risque de faire le plus parler de lui cette année. Si vous ne connaissez pas encore le groupe, on vous fait un petit topo rapide : les Vaccines sont actuellement considérés par les médias d'Outre Manche comme les meilleurs espoirs du rock anglais. En clair, un statut à la Kaiser Chiefs, à la Franz Ferdinand ou à la Arctic Monkeys, pas moins. Les quatre gus n'ont même pas encore fêté le premier anniversaire de leur rencontre, aucun d'eux n'atteint les vingt années au compteur, mais déjà les critiques élogieuses dégoulinent de partout, tout le monde se les arrache, on les a entendu sur la BBC 6, le NME les a placés en une et les a embarqués pour sa tournée promo, Q Magazine et Clash ne tarissent pas d'éloges sur leurs prestations scéniques, Zane Lowe et Marc Riley se revendiquent comme de grands fans de la formation, et Liam Gallagher s'est déjà fendu d'une petite pique assassine à leur égard. Ouch, ça fait beaucoup. Quand on passe du côté des médias anglais non musicaux, genre Guardian ou Independant, le son de cloche est d'un seul coup beaucoup moins cinglant : si les journalistes reconnaissent au groupe un certain potentiel, ils ne manquent pas, déjà, de pointer du doigt le buzz outrancier généré par leurs homologues du monde du rock et d'infliger de facto au groupe une moins-value réactionnelle à cet excès de hype. Enfin, quand on passe de ce côté-ci de la Manche, c'est encore pire : le groupe est soit tout bonnement ignoré, soit sérieusement taclé à coup de diatribes lapidaires commises par des personnes n'ayant pas eu, pour la plupart, le recul nécessaire pour évaluer comme il se doit le premier opus du combo qui vient tout juste d'atterrir dans les bacs anglais. Finalement, face à un déchainement médiatique sans précédent depuis une bonne demi-décennie dans le petit monde du rock n' roll, la question n'est pas de savoir qui a raison ou qui a tort - on s'en fiche un peu, au bout du compte - mais de comprendre pourquoi tout le monde semble tellement s'exciter sur ce groupe. D'ailleurs les jeunots, du haut de leurs vingt printemps, ont parfaitement cerné la problématique dirigée à leur encontre sans qu'ils n'aient rien demandé à personne : What Did You Expect From The Vaccines? "Qu'attendiez-vous des Vaccines ?", voilà la question posée par ce premier album. Et mine de rien, la réponse n'est pas aussi simple qu'il n'y parait."
Nicolas, le 02/05/2011
The Vaccines ou le parfait piège à chroniqueur de rock, de quelque bord qu'il soit. Qu'on les aime ou qu'on les déteste, qu'on les considère comme une bande de jeunes surdoués ou comme un ramassis d'imposteurs, il est de toute façon difficilement possible d'aborder leur premier album, What Did You Expect From The Vaccines?, sous la forme d'une tirade laconique propre à en vanter les mérites ou à le descendre en flèche. Parce que l'on touche là à certaines limites de la critique, parce que le phénomène a déjà dépassé le stade de la simple lubie médiatique, parce que ce phénomène déboule à une période d'incertitude face à l'avenir de la scène rock anglaise et internationale, on a préféré traiter le cas des quatre londoniens sous la forme d'un dossier afin d'en élargir les perspectives. La critique viendra après, peut-être... Toujours est-il que vous ne trouverez ici ni avis tranché, ni note, seulement quelques pistes de réflexion afin d'appréhender au mieux l'un des disques qui risque de faire le plus parler de lui cette année. Si vous ne connaissez pas encore le groupe, on vous fait un petit topo rapide : les Vaccines sont actuellement considérés par les médias d'Outre Manche comme les meilleurs espoirs du rock anglais. En clair, un statut à la Kaiser Chiefs, à la Franz Ferdinand ou à la Arctic Monkeys, pas moins. Les quatre gus n'ont même pas encore fêté le premier anniversaire de leur rencontre, aucun d'eux n'atteint les vingt années au compteur, mais déjà les critiques élogieuses dégoulinent de partout, tout le monde se les arrache, on les a entendu sur la BBC 6, le NME les a placés en une et les a embarqués pour sa tournée promo, Q Magazine et Clash ne tarissent pas d'éloges sur leurs prestations scéniques, Zane Lowe et Marc Riley se revendiquent comme de grands fans de la formation, et Liam Gallagher s'est déjà fendu d'une petite pique assassine à leur égard. Ouch, ça fait beaucoup. Quand on passe du côté des médias anglais non musicaux, genre Guardian ou Independant, le son de cloche est d'un seul coup beaucoup moins cinglant : si les journalistes reconnaissent au groupe un certain potentiel, ils ne manquent pas, déjà, de pointer du doigt le buzz outrancier généré par leurs homologues du monde du rock et d'infliger de facto au groupe une moins-value réactionnelle à cet excès de hype. Enfin, quand on passe de ce côté-ci de la Manche, c'est encore pire : le groupe est soit tout bonnement ignoré, soit sérieusement taclé à coup de diatribes lapidaires commises par des personnes n'ayant pas eu, pour la plupart, le recul nécessaire pour évaluer comme il se doit le premier opus du combo qui vient tout juste d'atterrir dans les bacs anglais. Finalement, face à un déchainement médiatique sans précédent depuis une bonne demi-décennie dans le petit monde du rock n' roll, la question n'est pas de savoir qui a raison ou qui a tort - on s'en fiche un peu, au bout du compte - mais de comprendre pourquoi tout le monde semble tellement s'exciter sur ce groupe. D'ailleurs les jeunots, du haut de leurs vingt printemps, ont parfaitement cerné la problématique dirigée à leur encontre sans qu'ils n'aient rien demandé à personne : What Did You Expect From The Vaccines? "Qu'attendiez-vous des Vaccines ?", voilà la question posée par ce premier album. Et mine de rien, la réponse n'est pas aussi simple qu'il n'y parait.
En savoir plus sur The Vaccines
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également