↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Elvis Presley : genèse d'un mythe


Etienne, le 07/04/2016

Dossier réalisé par Etienne, avec l'aide de Nicolas sur "L'héritage"

 

L'envie de raconter l'histoire du premier album d'Elvis Presley, 60 ans après son arrivée chez les disquaires américains, est née d'une simple curiosité. Comment en effet ne pas ressentir un certain frisson à l'idée d'effleurer le récit de la figure mythique du rock 'n roll qu'est le natif de Tupelo ? Au travers de ce dossier, nulle prétention de marcher sur les plates-bandes des journalistes, écrivains et autres historiens ayant déjà documenté plus que de raison la vie de celui qui fût la première des rockstars, terme qui n'existait d'ailleurs pas avant lui. Et s'il convient d'être on ne peut plus critique sur la carrière post-1970 de celui qu'on appelait à l'époque le King, les préludes de cette carrière hors-norme regorgent de détails passionnants et dressent à eux seuls le portrait d'une Amérique lointaine, décalée, mais follement musicale.

 

Le contexte socio-économique de l'époque a beaucoup influencé la carrière d'Elvis Presley. Les difficultés financières d'une famille de campagnards, l'éducation stricte selon les dogmes catholiques et les problèmes d'intégration d'un garçon différent des autres sont palpables dans les enregistrements d'Elvis et particulièrement au cours du lancement de sa carrière, avant l'explosion médiatique et l'accession au rang de superstar mondiale. Mais le rocker de Memphis a longtemps exaspéré son monde pour une simple et bonne raison: il réconciliait d'une certaine manière la société blanche omnisciente avec la population noire honteusement mise à l'écart par une Amérique raciste et ségrégationniste autour d'un seul credo, d'un simple son, d'un loisir commun, la musique. La musique telle qu'elle aurait toujours due être, sans frontière, sans barrière raciale, sociale, intellectuelle, la musique du coeur et de l'âme. Il émane de celle d'Elvis une spiritualité extatique, plutôt fine malgré tout, beaucoup moins dans la grandiloquence des bluesmen afro-américains qui surjouent parfois un côté chamanique dégradant. Et il est d'ailleurs étonnant de constater qu'Elvis n'a pas toujours eu conscience de ce pouvoir qu'il exercait sur les âmes, spécialement au début de sa carrière.

 

Car Elvis Presley était un homme candide. Pas bête non, même si certains maintiendront que c'est sa bêtise qui l'a empêché de survivre au succès, mais un homme innocent, gentleman, profondément respectueux, qui n'a jamais fait du barrage ethnique, pourtant bien présent au début des années 50, un problème. Il aimait s'éclipser de la messe du dimanche pour aller ne serait-ce que quelques minutes écouter les chants habités de l'Eglise noire, un peu plus loin dans le quartier. Et c'est chez Sam Phillips, découvreur de talents noirs assumé, qu'il est allé sonner pour obtenir sa première audition professionnelle. On reprochera beaucoup à Elvis de pratiquer une musique négrophile - c'est le terme employé à l'époque - alors que ce fils de paysan blanc, ce plouc, n'aurait dû pratiquer qu'une musique country dans la pure tradition redneck. Mais c'est là où Elvis Presley a réussi ce qu'aucun avant lui n'avait achevé: il a plu à tout le monde, aux fans de country, de blues, de hillybilly etc. Il a crée un genre cosmopolite à des fins de partage et d'union. Un genre communément appelé aujourd'hui "rock 'n roll". 

 

Si sa musique peut être aujourd'hui moquée par la génération numérique du 21ème siècle, il serait absurde de ne pas reconnaître au chanteur la portée bien plus musicale de son oeuvre, à commencer par ce premier album éponyme mythique, dont nous allons détailler la conception dans les prochaines lignes, de Tupelo aux Sun Studios de Memphis en passant par les premiers concerts épiques à Nashville. Retour sur Elvis Presley, l'homme, la voix, le chanteur et l'album.

 

Etienne

En savoir plus sur Elvis Presley

Commentaires
man042, le 03/07/2016 à 15:34
vous etes la parfaite caricature de toute cette presse nauséabonde qui n'a retenu de lui que son obesité et ses medicaments, malgré ses deux milliards de disques à ce jour. Pas mal pour un chanteur à méméres. Je vous chasse de mon esprit.
Application Albumrock

Albumrock sur mobile


Retrouvez votre webzine sur Android & iOS


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Album de la semaine
À lire également


TalkTalk - Messagerie privée en direct