↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Eiffel


Date : 07/02/2003
Salle : File 7 (Magny le Hongre)
Première partie : French Paradox
Lilian, le 07/02/2003
( mots)
Encore un occase d'aller voir Eiffel, Magny c'est juste à coté de chez moi. Mais ce coup ci j'emmène du monde, car il faut faire profiter d'un si bon spectacle ! La salle n'est pas très grande (j'aime !), et les gens mettent un peu de temps à arriver, du coup ça commence en retard, mais bon ! La première partie est assurée par le combo French Paradox. C'est très bon, et les gens autour on l'air d'accord. Le guitariste vacille un peu dans tout les sens et sort des sons complètement distordus et très aigus, tandis que le chanteur prend sa basse pour une six corde et que le batteur se déchaîne au maximum (pas étonnant qu'il n'ai plus de cheveux!). Après leur set, le chanteur, sous les questions de Jon (rédacteur AR), nous apprendra que la sortie de leur premier album (qui s'appellera sûrement Cosmo-éthylique) est prévu courant avril. On ne manquera pas de se l'approprier. Une petite demi-heure après, et après avoir eux même (avec leur staff) préparé leur matos, Eiffel débarque, l'air motivé. Et comme j'ai récupéré la set-list torturée de Damien (le bassiste), allons-y pour un compte-rendu au titre-par-titre : Leur set commence par la chanson qui introduit "Le quart d'heure des ahuris", "Il pleut des cordes", jouée sans surprise, histoire de faire monter l'ambiance. C'est avec le très évocateur "T'as tout, tu profite de rien" que les gens commence à gesticuler avant d'enchainer sur l'excellent "au néant". Le jeux de scène de Romain est d'un naturel extravagant, grimaces, sauts, danses qui ne manquent pas de faire sourire le public. C'est après avoir joué "Ne respire pas" et l'excellent "Sanguine" (notamment grâce au jeu des guitares), que débute LE tube d'Eiffel, "Te revoir". Et là, ya de quoi faire un exposé dessus. Accélération, arrêt, reprise, le public est en trans, et ça dure, même quand on croit que c'est fini. Romain se déchaîne sur sa guitare et au moment de lancer les mot "Et maintenant que plus rien ne bouge", tourne doucement la tête vers son bassiste, qui effectivement en trans, ne bouge plus. Eclate alors un mini fou-rire qui stoppe net la chanson, pour mieux reprendre. Un bon moment comme il est plaisant d'en voir. Le très attentif bras droit du groupe, armé de son bonnet, déboule souvent sur scène pour des p'tite trucs impossibles à repéré. Dans beaucoup de cas, ça pourrait être pris comme des erreurs, mais avec ce pitre de Romain, ça rentre dans le spectacle, et c'est tant mieux. Le reste se joue dans le même enthousiasme, le très électrique "Off", le plus acoustique "Les yeux fermés" (un peu en dessous du lot), leur nouveau tube radio "Tu vois loin", "Sombre" et "Hype" pour clôturer la première partie. Cette dernière est l'occasion pour Romain de nous montrer c'est talent d'acteur, et son dégoût pour la Jetset ! "En déviances" ouvre le premier rappel, c'est un bonheur de se trouver juste devant la basse pour ce morceau, dans lequel elle dirige la mélodie. Enfin voilà de quoi s'agiter un bon coup avec le très punk Versailles, qui figure sur le cd bonus du deuxième album (dans son édition limitée). La fin d'"Inverse moi" annonce le dernier rappel, sur fond de "Je voudrais pas crever", expérimentale mais très agréable pour finir sur une note plus calme. Voilà, c'est fini, et c'était encore géniale, même pour la troisième fois. Donc vous savez ce qui vous reste à faire si Eiffel passe près de chez vous. Et ne me parlez pas d'argent, car c'est pas les 11 euros (ou moins encore) demandé pour les voir, qui peuvent vous servir d'argument. A ce prix c'est donné ! Info sur la programmation du File 7 : www.file7.com
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine
À lire également