↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Eagles of Death Metal


Date : 30/01/2007
Salle : Bataclan (Paris)
Première partie : The Spores
Maxime, le 02/02/2007
( mots)
Jesse Hugues l’avait dit au moins d'août dernier lors du concert au Trabendo : entre la France et les Eagles of Death Metal, une idylle est née. Restait à savoir si le coup de foudre allait se prolonger sur cette nouvelle date parisienne.

La question reste en suspend alors que les membres de The Spores assiègent la scène. En guise d’intro surgit sur un petit autel rappelant le théâtre de guignol la tête d’un chauve hystérique qui postillonne des slogans incompréhensibles. S’ensuit une marionnette scratchant sur une petite platine en carton sur fond de hip-hop crade. Stupeur dans l’assistance. Mais qu’est-ce que c’est que ce truc ? Le nouveau bébé de Molly Mc Guire, bassiste potelée que les fans de la galaxie QOTSA connaissent bien puisqu’elle a promené sa quatre cordes aux côtés du groupe de Josh Homme mais aussi et surtout de Mondo Generator sur l’album A Drug Problem That Never Existed ?, le meilleur disque du projet metal-punk de Nick Oliveri. Aujourd’hui accompagnée de Greg Biribauer à la guitare et Kenny Pierce à la batterie, la jeune femme s’investit dans un power rock mâtiné d’électro minimaliste et de beats hip-hop. Cette entrée en la matière pour le moins intrigante promet ainsi une espèce de rencontre bizarre entre Beck , Foo Fighters et Devo . Las, malgré la petite marionnette montée sur une paire de jambes en plastique (!) qu’arbore la chanteuse et les puissants riffs qu’assène avec conviction Biribauer, la mixture ne prend pas. Au fil des titres, la formule perd en consistance et se dilue complètement dans un rock certes musclé mais qui ne casse pas trois palmes à une carpe. Le tout se termine sur une reprise d’un titre célèbre de Simon & Garfunkel figurant sur la B\.O\. du Lauréat (non, pas "Mrs Robinson"). "Quelle honte de massacrer une chanson pareille !" me glissera un quarantenaire dégoûté aux chiottes.

Juste le temps de fermer la braguette pour assister au retour des Eagles of Death Metal sur le sol parisien devant leurs nouveaux copains. D’humeur toujours aussi joviale, Jesse Hugues arpente le parquet de long en large évoquant, au choix, un cocaïnomane en pleine montée ou un dindon en rut. Le line-up demeure inchangé depuis leur dernier set : Gene Trautman à la batterie, Brian O’Conner à la basse et Dave Catching à la guitare, tout comme les facéties du frontman, apostrophant le public entre chaque morceau, se recoiffant la moustache en se mirant sur les lunettes du guitariste, espèce de Michou à crête de punk. Seul grain de sable dans cette machine rock’n’roll bien huilée, Catching se vautrera lamentablement à deux reprises devant un public et des collègues hilares, tout en continuant à sabrer ses riffs comme si de rien n’était, étalé sur le sol, les pieds dans les têtes d’ampli. Plus concis qu’au Trabendo, le groupe enquille ses titres d’une seule traite, les décharges boogies laissant place de temps à autres à leurs tubes ("I Want You So Hard", "I Only Want You", "Flames Go Higher", "Cherry Cola"). Dommage de laisser sur le carreau quelques morceaux sur lesquels on aurait pas craché comme "Sun Berdoo Sunburn" ou "The Ballad of Queen Bee and Baby Duck". Bénéficiant d’un son sauvagement costaud, le quatuor fait hurler les guitares tandis que Trautman fait subir à sa batterie les derniers outrages. Le rappel s’ouvre sur Hugues entonnant en solo "Midnight Creeper", puis rejoint par ses comparses, sur une batterie de reprises dont une cover laid-back du "Beat On The Brat" des Ramones. Le concert s’achève sur un fédérateur "Brown Sugar" emprunté aux Stones, exécuté devant un public qui n’aura pas débandé d’un pouce de toute la soirée. Définitivement, il y a entre la France et Eagles of Death Metal quelque chose qui fait durcir le pantalon.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également