↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Von Pariahs


Hidden Tensions


(30/09/2013 - Yotanka - Differ-Ant - - Genre : Rock)
Produit par

1- Gruesome / 2- Carolina / 3- Skywalking / 4- Still Human / 5- Trippin / 6- At The Fairground / 7- Under The Guns / 8- Uptight / 9- Nerves / 10- Someone New / 11- Debauchery / 12- 19.09
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (6 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Toutes les formes de new wave et post-punk abordées par des Français."
Pierre D, le 14/10/2013
( mots)

Le revival eighties lancé par MGMT et consorts continue. À la fin des années 2000 il était question de ressusciter le kitsch des années 80, synthés pouêt-pouêt en avant (même Julian Casablancas s'y était mis). En France on a toujours un temps de retard paraît-il, tant mieux. Car ici on ne revigore pas des choses qu'on aurait préféré oublier. Les Von Pariahs par exemple débarquent de Nantes avec un premier album passant en revue tous les aspects de la new wave.

De quoi parle-t-on avec la new wave ? Terme vague et fourre-tout derrière lequel on retrouve pêle-mêle Joy Division, U2, The Jam et Indochine, la new wave est souvent désignée par "post-punk" par les esthètes. Ce dont il est question, c'est de la vague froide et rigide qui a balayé le rock juste après le tsunami punk. Dès 1978 les Sex Pistols explosaient et les héros du punk sortaient des albums s'éloignant singulièrement des canons établis par les Ramones. The Jam publiait All Mod Cons, The Clash revenait avec London Calling. À côté d'eux, une horde de groupes précisément influencés par le punk décidaient de tirer parti des leçons de cette révolution en allant de l'avant. Fini le blues, on allait expérimenter, d'où une diversité stylistique jamais vue depuis les sixties. The B-52's, Blondie, The Specials, Public Image Ltd., The Cure... Le lien entre toutes ces formations : le traumatisme punk et la volonté de reconstruction sur les décombres encore fumantes.

Les Von Pariahs s'inscrivent explicitement dans cette filiation, l'innovation en moins. Rien de grave, mais l'euphorie post-punk est passée depuis longtemps et le terme post-punk désigne à présent une esthétique assez cadrée, quoique protéiforme. Cette esthétique se veut froide, parfois rigide et toute en tensions. Alors quand les Nantais jouent de la new wave en 2013 ils se coulent dans les différents moules dessinés par leurs prédécesseurs et abordent une multitude de styles déjà entendus auparavant. On trouve sur Hidden Tensions du funk rigide soutenu par une basse élastique ("Skywalking") et une complainte gonflée aux stéroïdes avec "At The Fairground" qui fait péter les coutures de l'uniforme rigoriste enfilé par les Von Pariahs, une pièce épique et pleine d'emphase avec mid-tempo et chœurs à l'unisson. L'héritage de Siouxsie and the Banshees s'entend dans le vaudou tribal entre tensions et explosions ("Carolina") et dans le train fantôme de fête foraine mené par un chanteur à la voix de vampire roumain ("Trippin").

Les Von Pariahs abattent donc toutes leurs cartes dès ce premier essai et fondent, avec talent, leur identité dans des genres très balisés. "Uptight" est parfait dans sa tension et son pont final qui allie mélodie et hystérie. Les guitares tranchantes savent se faire discrètes quand l'heure est à l'apaisement sur le final "19.09". La voix est à l'unisson et s'adapte aux énergies dégagées par les chansons, abordant le registre de stentor de Ian Curtis ("Gruesome") autant que la voix blanche surexcitée allant de piaillements en hurlements, toujours au bord de la rupture ("Someone New"). Les Von Pariahs enchaînent les réussites en s'adaptant aux carcans définis par leurs aînés. Ils œuvrent dans la new wave et le font avec sérieux et professionnalisme. Ce que Hidden Tensions apporte à la musique ? Rien du tout, à part du songwriting.

Si vous aimez Hidden Tensions, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Groupe

Von Pariahs


Critique d'album

Von Pariahs


Radiodurans


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également