↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Virgin Steele


Guardians of the Flame


(00/08/1983 - - Power Metal - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Don't Say Goodbye (Tonight) / 2- Burn the Sun / 3- Life of Crime / 4- The Redeemer / 5- Birth Through Fire / 6- Guardians of the Flame / 7- Metal City / 8- Hell or High Water / 9- Go All the Way / 10- A Cry in the Night
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 2.5/5 pour cet album
"Virgin (cherche son) style"
François, le 03/12/2023
( mots)

Il y a du monde pour regretter que Virgin Steele soit resté dans l’ombre de Manowar à l’échelle du Metal épique américain alors que le groupe de long Island proposait une musique parfois nettement plus réussie et plus finement composée que celle des barbares à peau de bête. Cependant, alors que Manowar était parvenu à briller presqu’immédiatement, Virgin Steele eut un début de carrière plus laborieux et ses premiers albums sont aussi anecdotiques que bancals.


Appréciant l’esthétique de l’illustration metallique des 1980’s, j’ai une sympathie pour l’univers heroic-fantasy développé sur les deux premiers opus du combo, Virgin Steele (1982) et Guardians of the Flame (1983). Or, celles-ci sont comme des promesses que le groupe est incapable de tenir sur le plan musical et ces pochettes demeurent la seule qualité remarquable de ces opus, tant le résultat s’avère générique si ce n’est médiocre.


En 1983, Virgin Steele est moins épique qu’Heavy et légèrement FM, à l’image de "Don’t Say Goodbye (Tonight)" qui, avec ses mauvais synthés, singe Judas Priest (on pense à leur reprise de "Diamonds and Rust") avec beaucoup moins de talent, d’autant plus que DeFeis en fait trop au chant - ou du moins, plus qu’il n’en est capable. La plupart du temps, le groupe demeure dans les eaux connues du Metal de la décennie, qui peut se laisser apprécier sans jamais surprendre ("Hell or High Water", "Life of Crime") quand il n’est pas brouillon ("Burn the Sun" et "Go All the Way", notamment pour la batterie), et possède une orientation US indéniable ("Metal City"). Quant à l’originalité, elle attendra quelques années.


Deux moments témoignent de velléités épico-symphoniques, à commencer par la longue pièce "The Redeemer", un mid tempo maidenien avec des interventions de guitare parfois intéressantes, bien que la longueur ne soit justifiée que par un long solo, d’abord à la six-cordes puis au synthé typé Dio/Rainbow. Introduit par l’ampoulé "Birth Through Fire", "Guardians of the Flame" lance un riff poussif si bien qu’encore une fois, le seul intérêt provienne des chorus, tandis que les transitions soient encore maladroites. Sur le plan du Metal symphonique, il y a certes la référence au Canon de Pachelbel sur le refrain et pour accompagner les soli (réussis) d’"A Cry in the Night" - il est donc fort dommage que ce soit un slow pour lequel le groupe a fourni un excès de guimauve.


En 1983, l’Acier vierge avait encore du chemin à parcourir pour rejoindre la Vierge de fer (aucune source n’indique un parallèle volontaire entre les deux noms) sur l’Olympe du Metal ou au Valhalla des Manowar. Mais le Metal se travaille et c’est en forgeant …


À écouter : "A Cry in the Night" (pour Pachelbel), "The Redeemer", "Metal City"

Commentaires
DanielAR, le 04/12/2023 à 08:25
Ma théorie est que Manowar a remporté la timbale grâce à la voix phénoménale d'Eric Adams (ce bonhomme aurait pu chanter de l'opéra) et aux prestations scéniques du groupe. J'ai souvent été amusé, séduit ou surpris par des concerts mais, avec Manowar, on entrait vraiment dans une autre dimension. Je n'ai pas l'habitude d'avoir "peur" mais, la première fois que je suis allé les voir, le public a fait deux pas en arrière à leur arrivée sur scène. C'était vraiment puissant. Le public ressentait une espèce de danger et d'urgence. Ce sentiment était accentué par le caractère dramatique des compositions (dont certaines sont définitivement excellentes). Je n'ai plus jamais été confronté à cette impression. Sauf peut-être à un concert de Judas Priest mais là, le danger était venu d'une bagarre générale antre des Hells venus de Hollande et d'Allemagne. Bad trip...
Sebastien, le 03/12/2023 à 20:30
Excellente chute ! Bravo ! Et personnellement, je fais partie de ceux qui ne comprennent pas comment Manowar a pu s'imposer comme le leader de la scène heavy américaine. Une énigme.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Crown Lands


Fearless


"

Les amateurs auront reconnu dans cette accroche imagée la référence à Rush, qui se justifie par les liens nationaux mais surtout esthétiques qui unissent le trio canadien historique à Crown Lands.

"
À lire également