↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Satan


Court in the Act


(00/06/1983 - Roadrunner - NWOBHM - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Into the Fire / 2- Trial by Fire / 3- Blades of Steel / 4- No Turning Back / 5- Broken Treaties / 6- Break Free / 7- Hunt You Down / 8- The Ritual / 9- Dark Side of Innocence / 10- Alone In The Dock
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Horns up au procès du diable"
François, le 10/12/2023
( mots)

Au moment du déferlement de la NWOBHM, la vitalité de la scène de Newscastle et de ses environs a suscité la création de l’expression North East New Wave of British Heavy Metal afin de regrouper les formations de la région – Raven, Tygers of Pan Tang, Fist, Venom, pour ne citer que les plus connues. Plus prolétaires dans leur extraction, les groupes du Nord-Est proposent une musique souvent plus brute que ceux de Londres ou des Midlands, ce en quoi, par son raffinement, Satan se distingue de ses homologues septentrionaux.


À force d’abuser du Baphomet et du pentagramme dans ses illustrations, la NWOBHM devait finir par posséder un groupe arborant le nom de la Bête, quand d’autres avaient organisé un triomphe à son nombre. Formé en 1979, Satan obtient très rapidement un réel succès dans sa région mais rencontre les mêmes difficultés que de nombreuses autres formations de l’époque pour enfin placer dans les bacs son premier opus, Court in the Act, qui n'y apparaît qu'en 1983, seulement précédé du single "Kiss of Death" (1982).


Ce raffinement se dévoile par l’introduction digne d’un film d’horreur ("Into the Fire"), prélude au chef-d’œuvre "Trial by Fire" qui délivre tout le génie du groupe : il ne faut pas s’arrêter au riff speed, car il ne laisse pas supposer la richesse des interventions guitaristiques et la mélodicité du chant magnifiquement interprété par Brian Ross, l’un des meilleurs vocalistes de la NWOBHM. Une certaine finesse dans la violence qui se fait sentir au détour d’un pont sur "Hunt Your Own", d’une ligne de guitare sur "Broken Treaties". Satan a l’ambition de révolutionner des gimmicks de l’ancien hard-rock, en témoigne "No Turning Back".


L’osmose entre les deux guitares explique en grande partie la richesse du propos. Elles apportent une puissance écrasante à "Blades of Steel", à la limite du Thrash, et rattrapent tout monolithisme grâce à des arpèges et des envolées orientalisantes. De même, le terrassement speed épique de "Break Free" est rehaussé de soli qui redoublent de virtuosité – peut-être les plus habiles et rapides de la scène, aux côtés d’Iron Maiden.


Plus encore, Satan nous offre un coup de génie final, une suite de trois titres à intégrer dans le registre des grandes heures de l’histoire du Metal. D’abord, "The Ritual", un instrumental à l’ambiance Black Metal qui fait immédiatement penser aux premiers albums d’Opeth, d’une virtuosité véloce à toute épreuve. Ensuite, les fioritures acoustiques de "Dark Side of Innocence", jouées à plusieurs guitares, semblent également avoir inspiré le combo suédois. Elles introduisent enfin "Alone in the Dock" où s’envolent les guitares jumelles dans des élans qui se détachent de l’atmosphère assez lourde du titre.


Le groupe n’obtiendra jamais un succès à la hauteur de son talent, faute peut-être à une arrivée trop tardive – après ce premier album en 1983, le très entreprenant Suspended Sentence ne sort qu’en 1987. Et à un manque de productivité sous ce nom dans les 1980’s. Les changements d’identité de Satan, produits au gré des séparations, (Blind Fury puis Pariah) entravèrent forcément leur essor, avant un retour aussi improbable qu’incroyable dans les 2010’s (avec quatre albums splendides) sans parler de Tanith qui, sous l’influence de Russ Tippins, reprend certaines sonorités sataniques.


À écouter : "Trial by Fire", "The Ritual", "Alone in the Dark", "Blades of Steel", "Break Free"

Commentaires
FrancoisAR, le 11/12/2023 à 07:53
Merci pour vos retours ! @daniel bonne référence que Demon, je compte m’en occuper un de ces jours.
DanielAR, le 10/12/2023 à 18:19
Dans une veine proche (et probablement de la même région), il y a eu aussi Demon. Esthétique et inspiration assez similaires. L'album "Night Of the Demon" (1981) a beaucoup tourné sur les platines des petits rockers... Merci de rafraîchir des mémoires défaillantes avec ces groupes étonnants qui n'ont pas toujours reçu les lauriers qu'ils auraient mérités.
Sebastien, le 10/12/2023 à 17:39
Excellente chronique pour un excellent album. Un de mes préférés de la nwobhm ! Quel dommage que le groupe n'ait pas su s'imposer comme le leader de la fin du mouvement ! Il en avait clairement les capacités.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Satan


Earth Infernal


Album de la semaine

Crown Lands


Fearless


"

Les amateurs auront reconnu dans cette accroche imagée la référence à Rush, qui se justifie par les liens nationaux mais surtout esthétiques qui unissent le trio canadien historique à Crown Lands.

"
À lire également