↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Triumph


Just a Game


(10/01/1979 - Attic - Hard-Rock, parfois prog' ou AO - Genre : Hard / Métal)
Produit par Mike Levine

1- Movin' On / 2- Lay It On The Line / 3- Young Enough To Cry / 4- American Girls / 5- Just A Game / 6- Fantasy Serenade / 7- Hold On / 8- Suitcase Blues
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Tournant de la carrière de Triumph, Just a Game quitte les contrées progressives pour un hard-rock plus accessible mais diversifié"
François, le 27/05/2020
( mots)

Avec ses deux premiers albums, Triumph, brillant trio canadien, proposait un hard-rock mélodique marqué par les sonorités nord-américaines, avec des tendances progressives notables. Un choix musicalement judicieux puisque les opus en question sont mémorables, mais qui les plaçait hélas dans l’ombre d’un monument issu des mêmes contrées : Rush


Sorti en 1979, Just a Game semble vouloir se démarquer de son encombrant voisin, et se sépare donc des oripeaux progressifs pour proposer un hard-rock plus convenu mais diablement efficace. Subjectivement, on ne peut que regretter ce tournant, sans pour autant dénigrer ce bon album, mais objectivement, ce fut une très bonne idée puisque la carrière du groupe prit enfin son envol (on parle ici de disques d’or et de platine, principalement en Amérique du Nord). 


Ne boudons pas pour autant notre plaisir puisque Triumph propose des titres bien pensés. Quand on parlait de sonorités propres au rock d’outre-Atlantique, on pensait par exemple à Grand Funk Railroad, très perceptible sur le dansant "American Girl" (avec une citation de l’hymne américaine très réussie), à Alice Cooper (allié aux Rolling Stones pour le coup, par les réminiscences étrangement mêlées de "Brown Suggar" et "Gimme Shelter") sur "Movin On". Il en va de même avec les émanations bluesy de "Young Enough to Cry", voire crooner sur "Suitcase blues". 


Et finalement, les morceaux à succès ne sont pas forcément les plus mémorables : "Lay it on the Line" demeure assez convenu même si son refrain fonctionne bien et qu’Emmett fait une très belle prestation guitaristique, "Hold On" de son côté possède une première partie un peu guimauve, mais démarre ensuite avec plus de forces et des petites touches progressives (à la batterie, dans son pont presque yessien). En effet, Triumph maintient une certaine sophistication, dont "Just a Game" est la plus belle illustration : le travail de Rick Emmett à la guitare est central dans cette approche. Ainsi, il propose une petite pièce classique et instrumentale comme soliste ("Fantasy Serenade"), caprice qu’il se permettra par la suite d’assouvir à l’envie. 


Bref, Just a Game est un bon album de hard-rock accessible et bien fait, avec des mélodies accrocheuses et des riffs robustes, suffisamment bien composé et interprété (rendons encore hommage au jeu de Rick Emmett) pour ne pas susciter l’ennui, pour peu qu’on aime le rock nord-américain. Le groupe entame ainsi une période glorieuse, avec, selon nous, des choses encore plus abouties par la suite. 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Triumph


Rock & Roll Machine


Album de la semaine
À lire également